News

Comment un défi d’un mois m’a-t-il amélioré ?

Cela fait quelques jours qu’un autre défi lié à mon blog s’est terminé et je suis plus fatiguée que jamais…. Mais c’est parce que cela s’est combiné avec certains problèmes qui sont survenus en cours de route… Et j’ose dire que cela m’a rendu plus forte, plus résistante aux expériences difficiles. Aussi plus ambitieuse que jamais de fusionner et de contunier à suivre mes deux sens dans la vie – la famille et l’écriture dans mon Blog.

C’est-à-dire qu’une fois de plus je me suis convaincue que cela valait tous les efforts investis dans mes publications et mes écrits. De plus, chaque geste et travail que je dédiais à ma famille.

D’ailleurs, je ne peux pas me passer des deux… Ce qui me réconforte un peu. Car ne pas pouvoir m’en séparer me maintient sur le chemin de mes rêves. Et sur le chemin de la stabilisation de ma famille, qui est plus que tout dans mon monde.

Prendre soin des deux en vaut la peine non seulement parce que cela donne un sens à mes journées. Mais cela me maintient également attachée aux choses qui me font grandir et suivre le chemin de mon cœur.

Et ces deux chemins se confondent et se chevauchent, m’apprenant à la fois à être heureuse et en paix avec moi-même. Même eux se complètent en s’aidant mutuellement et aussi en étant utiles l’un à l’autre.

En fait, de quel genre de défi s’agit-il ? Je ne me tromperai pas si je vous dis que j’ai utilisé mes poèmes d’un défi précédent en les postant tous les jours pendant un mois. Et cela, sur 4 réseaux sociaux. Le clip devait être tourné à la verticale et durer au minimum 30 secondes, au maximum 1 minute.

Vous direz que c’est facile à faire quand on a des textes prêts et si on a un peu de temps pour tourner une vidéo d’une minute. Mais les choses ne se sont pas si bien passées dans mon cas…

En fait, il m’a fallu beaucoup de force pour me connecter à de nombreuses émotions différentes qui m’ont rendu plus résiliante et plus forte dans le processus.

J’attribue ces émotions qui m’ont secoué pendant ce défi, bien sûr, à l’hypersensibilité que j’ai récemment découverte à travers l’écriture de mon blog. Et je savais qu’elles faisaient partie de moi.

Ce qui ne devait pas me déresponsabiliser et me décourager, mais au contraire. En les laissant couler de moi, j’ai réalisé l’importance de chacune d’elles ce mois-ci, générées pendant le défi et dans ma vie personnelle.

J’ai rencontré des difficultés en cours de route, mais je savais que j’étais mis au défi. Lorsqu’on fait quelque chose avec d’autres personnes, il nous est plus facile de nous battre pour continuer à le faire. En les acceptant comme une meilleure motivation.

De plus, lorsqu’on «promet» à quelqu’un qu’on est impliqué dans une cause ou autre chose, on a plus d’inspiration pour continuer dans ce qu’on a entrepris comme engagement. Je mets le verbe promettre entre guillemets car même si on ne fait pas cette promesse à quelqu’un personnellement, on sait qu’on s’est donné un mot, nous-même.

Je savais que tout cela finirait par me faire sourire et pousser un soupir de soulagement à la fin de ce mois.

Si j’y tenais jusqu’à la fin, je ne regretterais pas de ne pas avoir réussi et d’avoir échoué.

Je travaillais sur moi-même, sur ma combativité, ma résilience, ma paix intérieure.

J’ai retravaillé les versets que j’utilisais chaque jour, sachant qu’ils avaient besoin d’être améliorés. Et sachant aussi que tout travail à une autre étape de ma vie peut être amélioré, révisé avec les connaissances que j’ai accumulées. Avec l’expérience que j’ai acquise et les efforts que j’ai fournis pour y arriver.

Il peut toujours y avoir des améliorations et un travail n’est jamais tout à fait terminé. Alors que la vie est celle qui nous enseigne chaque jour et nous grandissons en tant qu’individus. Progressant vers notre meilleur moi, nous développant personnellement.

Un autre problème qui s’est posé entre-temps était de respecter cette minute, ce qui, pour beaucoup de mes longs poèmes, était une tâche difficile. J’ai divisé certains d’entre eux en deux vidéos.

Celles que je voulais couvrir en une minute mais qui ont duré un peu plus longtemps au départ, se sont également avérées être des pierres d’achoppement dans mon discours. Je n’ai pas eu assez de temps pour les intégrer, donc c’était un problème jusqu’à ce que je maîtrise enfin la situation.

J’ai sué pour parler une langue étrangère avec eux. Aussi pour pratiquer mon expression rapide et l’intelligibilité de mon discours.

Sur le plan personnel, une émotion supplémentaire pour moi a été mon fils, qui a commencé la maternelle pour la première année. Il ne le vit pas très bien, il ne se sent même pas encore très bien. Je me suis pas mal épuisée de ces soi-disant des moments de crise pour lui. Aussi de ces nuits blanches où lui et moi avons commencé à tomber malades à cause de la saison. Tout cela était un fardeau supplémentaire pour moi de relever le défi.

J’ai pourtant continué. Et je ne voulais pas me laisser abattre. Je ne voulais pas baisser le nez quand tous ceux qui ont relevé ce défi sont arrivés au bout, et j’ai raté cette opportunité.

Je me suis posée la question, si d’autres peuvent le faire, pourquoi pas moi ? En quoi suis-je différente d’eux ?

En fait, je vivais dans mes poèmes en les récitant devant la caméra. J’ai revécu chaque souvenir que j’avais laissé en eux quand je les ai écrits pour la première fois. Je les ai améliorés et me suis sentie fière de moi et heureuse qu’ils puissent être entendus.

Par conséquent, j’ai aimé ce que j’ai accompli. Ils étaient mes réalisations, mes trésors, mes enfants…

Je les ai tous ressentis avec mon cœur et les ai touchés avec mon âme, les laissant authentiques, me motivant et me soutenant.

Les résultats que j’ai obtenus concernant leur audience ne soient pas énormes. Mais il est important pour moi que, grâce à eux, j’atteigne également ceux qui y ont répondu.

Cela signifie qu’ils étaient utiles à au moins une autre personne que moi. Ce qui augmentait leur valeur en ayant été capable de faire ressentir à quelqu’un d’autre ce que je ressentais à travers eux.

J’étais honnête en eux et ils signifiaient beaucoup pour moi. Donc ils m’ont fait croire en eux à chaque fois que je les lisais. Et je savais que cela pourrait être précieux pour d’autres dans ma situation.

Ce qui est d’ailleurs l’un des buts de mes écrits. La plus grande réussite avec eux est personnelle – ils m’aident.

J’écris en public, ce qui d’autre part m’oblige davantage à étayer mes pensées et mes raisonnements. Ce même public, à son tour, peut aussi y trouver de la valeur à sa manière. Car mon écriture parvient à résonner avec lui de la même manière qu’elle résonne avec moi. C’est en fait leur autre objectif que j’essaie de leur donner.

Le défi que j’ai relevé ce mois-ci montre une fois de plus que je peux dépasser mes limites pour être enfin libre, comme en parle mon article sur ce sujet.

Par conséquent, la fatigue et tous les problèmes survenus lors de celui-ci ne m’empêcheront pas de relever d’autres défis. Parce que cela me permet de me surpasser, d’apprendre, de devenir plus forte, d’être plus résiliente. Cela me permet de devenir le meilleur de moi-même et de suivre le chemin de mon cœur.

Afin de mieux surmonter tous ces soi-disant obstacles que j’ai traversés lors de ce défi, le livre de Robert Kiyosaki m’a aussi aidé. Vous pouvez en voir plus dans mon article Comment surmonter les obstacles selon Robert Kiyosaki qui en parle.

Toutes les émotions désagréables que j’ai vécues étaient là pour m’améliorer et pour devenir plus courageuse dans d’autres entreprises. Elles ne me rejetteront pas, mais au contraire. Elles me permettront d’être moi-même une autre fois dans l’un de mes prochains défis.

Alors, en route au prochain défi. Je suis prête à lui faire face !

Je passe au prochain défi… Es-tu prêt toi aussi ?

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

31 octobre 2022 à 8h43

Bravo pour ça, on sent bien que cela n’a pas été facile pour toi. C’est justement le but d’un challenge mais tu as eu des obstacles supplémentaires . »Grâce » à ces obstacles supplémentaires tu te rends compte tu es capable encore bravo et bon courage pour ton fils !



31 octobre 2022 à 9h37

Ton article est très sincère, touchant et inspirant à la fois. J’avais l’impression en le lisant de revivre avec toi les moments des difficultés et ceux du bonheur. Bravo pour ta motivation et ton inspiration positive que tu communique si bien.



31 octobre 2022 à 10h13

Bravo Genka pour avoir relevé ce défi … c’est en relevant des défis que nous trouvons une force intérieure qui nous permet d’avancer vers de nouveaux horizons … Un défi est par essence difficile, sinon nous ne pourrions l’appeler ‘défi’ … n’est-ce pas ?



    1 novembre 2022 à 7h34

    Merci Éric pour ton retour ! Je suis absolument en accord avec toi, c’est pourquoi je relèverais à nouveau des défis qui me rendraient encore plus forte et audacieuse dans mes efforts !



31 octobre 2022 à 10h52

Très bel article. Merci d’avoir partager vos défis quotidien. Cela révèle chez vous une force intérieur énorme et une envie de réussir et redonner à son entourage ! Bravo



    1 novembre 2022 à 7h36

    Merci pour tes mots! En plus d’écrire et de faire des choses pour m’améliorer, je veux donner l’exemple aux autres pour qu’ils fassent de même avec eux-mêmes ! Parce que je vois que ça m’aide vraiment !



3 novembre 2022 à 0h26

Bravo pr ton défi ! Il ta permis de te surpasser et dépasser tes limites !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *