News

Comment surmonter mes insécurités ? ( suite )

Dans la continuité de mon article ‘Comment j’ai affronté la peur de l’inconnu‘, l’idée de mon post d’aujourd’hui est née. Comment surmonter mes insécurités ? Mes peurs et angoisses concernant mon enfant et ses premières tentatives à la maternelle sont toujours à l’ordre du jour. Comme je l’ai écrit dans mon post précédent, elles ne sont pas encore partis, et peut-être qu’ils ne le seront jamais.

Pas parce que je ne crois pas que mon petit ne s’y habituera pas du tout. Au contraire, je le crois. Mais les peurs font partie de nous et nous vivons avec elles.

Ou nous choisissons de les cacher en nous en ne les acceptant pas et en ne leur donnant pas la parole en les réprimant. Ou nous les acceptons et agissons et vivons malgré elles.

La seconde est une meilleure décision pour mieux vivre. Car c’est ainsi que nous menons nos vies et vaquons à nos occupations quotidiennes malgré elles. Nous réussissons chaque jour grâce à elles, car nous savons qu’elles peuvent nous arrêter, mais nous continuons quand même.

C’est pourquoi je ne renonce pas à l’opportunité de l’envoyer à la maternelle. Je me lance aussi dans l’aventure d’améliorer mon comportement au quotidien au profit d’encourager le petit aussi.

Je ne renonce pas non plus à surmonter mes insécurités, simplement parce que je réalise que mon choix affecterait l’estime de soi, l’attitude et la socialisation de mon jeune enfant dans une société qui lui est totalement inconnue.

Et il s’avère qu’au lieu que j’aide l’enfant, il m’aide aussi. Je deviens plus confiante, plus audacieuse et plus déterminée en étant auprès de lui, juste pour montrer l’exemple.

Même si je ne cherchais pas délibérément à ce que cela se produise, ces traits de mon caractère s’amélioraient de jour en jour.

Chaque jour, petit à petit, je comprends qu’en essayant d’être le soutien de quelqu’un, même si je suis vulnérable d’esprit, je construis le rocher en moi. Et je deviens un géant et maître de mes pensées et de mon comportement, pas leur victime.

Je n’ai pas l’air d’un nain devant eux, qui baisse le moral à chaque fois qu’ils me mettent la pression. Jusqu’à ce que je touche complètement le sol et renie mon existence.

Et cela n’a rien à voir avec ma taille et ma stature. Cela a à voir avec mes propres sentiments et émotions qui me remplissent. Avec mes expériences intérieures de mes pensées qui me font me sentir inférieure à toute autre personne. Par peur d’être remarquée et provoquée d’une manière ou d’une autre.

Quoi qu’il en soit, je vous ai promis de continuer mon histoire sur les premiers jours de mon fils à la maternelle, sachant qu’il y aura plus à partager avec vous.

Puisque surmonter de nombreux traits de mon caractère et affronter la réalité malgré eux permet une telle prise de conscience, j’ai décidé vous faire à nouveau témoins de mon chemin vers la paix intérieure justement grâce à cette histoire.

Être heureux n’est pas si difficile. Je l’ai déjà dit plusieurs fois.

Ma vie n’est pas toujours toute belle ni toute rose. Et je suis sûre que la vie de personne ne l’est. La vie humaine est pleine de difficultés et de mauvais moments précisément parce que nous sommes humains et faisons partie de la société. Une partie d’un cercle proche, d’amis, d’expériences.

C’est pourquoi on ne peut pas toujours être souriant, toujours de bonne humeur, toujours satisfait. Et jamais l’inverse…

Nos insécurités font aussi toujours partie de nous. Mais elles ne doivent pas nous empêcher d’accueillir notre bonheur quand nous le voyons sous nos yeux.

Si nous pensons qu’être heureux dépend de la réalisation des choses énumérées ci-dessus, alors nous ne le serons jamais.

C’est pourquoi moi-même je ne renonce pas à être heureuse, même quand devant moi je ne vois qu’un mur noir et rien pour distraire mon regard pour le rendre plus lumineux. Je sais que je dois parfois passer par là, et ça fait partie de ma vie.

Mais je continue à mener mes tâches quotidiennes et à m’améliorer. Je continue à chercher du sens, à ne pas perdre courage, à être plus motivée, à évoluer pour le mieux.

Mes insécurités ne me font pas peur, elles me permettent de me donner davantage. Et elles sont aussi une bonne motivation. Mon fils, par exemple, s’avère être un plus pour les surmonter.

Je suis moi-même très inspirée dans mon choix de vivre mon quotidien mieux que la veille. J’ai le courage de me réveiller le matin et de penser que peu importe ce qui m’arrive pendant la journée, je n’y abandonnerai pas.

En fait, je n’abandonnerai pas mon chemin pour voir mon bonheur là où il n’y a aucun moyen de le voir. Le chemin qui me mène à réaliser mes rêves et à devenir chaque jour une meilleure version de moi-même.

Je ne manque pas la chance de poursuivre mon esprit libre et ma sérénité. Et l’enfant fait partie de tout cela et me permet inconsciemment de m’améliorer.

Je peux dire catégoriquement qu’il est un puissant tremplin qui me tire vers le haut et loin de ces insécurités. Il me fait avancer et je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer.

Sans perdre de temps, je vais vous dire que le simple fait que je partage et vous parle de toutes ces choses, de mes peurs, de mes insécurités, confrontées à des difficultés, comme c’est le cas autour de la maternelle avec mon fils, réduit de moitié leur effet sur moi.

Le fait même que j’écrive publiquement à leur sujet les rend un peu plus percutants pour moi en tant que personne.

Séparément, je m’améliore moi-même, essayant de lui montrer comment il doit réagir dans chaque situation, sachant aussi ce qui est bon pour lui. En me basant sur mes préjugés, mes peurs, mes insécurités, j’essaie de lui montrer comment vivre malgré eux.

En conséquence, je deviens moi-même plus forte et plus confiante en moi. C’est comme une baguette magique qui m’aide tout en me faisant booster ma confiance en moi.

Si je devais gérer par moi-même toutes ces émotions problématiques et ces traits de personnalité, ce serait probablement plus difficile. Parce que maintenant, quand je sais qu’une deuxième personne dépend aussi de mon comportement, j’agis avec plus de confiance et les surmonte plus facilement.

La prise de conscience que je vis avec chacun d’eux et qu’ils sont inévitables dans ma vie quotidienne me les rend même nécessaires.

Les rencontrer et passer d’une dimension à une autre, à une meilleure, malgré eux, ne les fait pas disparaître.

J’apprends juste à être plus active et plus courageuse, sachant qu’ils sont là, quelque part, au plus profond de moi.

Je ne dis pas qu’il est facile pour nous deux, pour moi et pour le petit de traverser une telle période dite d’adaptation.

Cependant, les difficultés ne doivent pas être un obstacle pour avancer sur la voie que nous avons empruntée. Pour réaliser nos intentions et acquérir l’expérience que nous aimerions avoir.

Voici certaines de mes insécurités auxquelles je suis actuellement confrontée à propos de ce qui se passe avec mon fils et auxquelles je m’accroche toujours du passé.

Par exemple, en rencontrant des gens, et beaucoup de gens, l’insécurité vient de la façon dont ils me percevront, s’ils m’accepteront. Si moi-même je m’estime assez pour côtoyer ces gens.

Autant de questions dont je trouve la réponse au cœur de l’ouragan.

C’est-à-dire que face au problème de près, je n’ai pas beaucoup de temps pour me poser des questions. Je suis sincèrement inquiète. Mais je sais que c’est nécessaire. J’ai un devoir et une responsabilité envers mon fils qui est plus important. Et je vais juste là-bas et je dois être moi-même. Je sors aussi de ma zone de confort.

Il n’y a pas de temps pour les tours, les jeux et les bêtises qui me priveraient de ma propre liberté dont j’aspire tant.

Plus encore, mon enfant me connaît mieux que quiconque et aspire également à mon naturel, même inconsciemment. Que ce soit parmi d’autres personnes, même beaucoup d’autres personnes. Et je suis également sûre qu’il sentirait quand quelque chose ne va pas et ne serait pas content. Cela ne le motiverait pas non plus à réagir de manière adéquate. Et cela ne fait pas partie des valeurs que je souhaite lui inculquer.

J’ai aussi une chose en tête – je donne l’exemple à mon fils. Je montre de la manière la plus naturelle comment être soi-même, même quand les gens ne l’accepteraient pas. C’est la vie après tout.

Cela m’est aussi venu d’une connaissance qui m’a dit récemment que les gens nous regardent de haut en bas quand ils veulent savoir de quelles ressources nous disposons… Quelque chose qui ne définirait pas la personne dont les vêtements ne sont pas conformes à la norme de quelqu’un, mais la personne qui cherche une certaine façon de s’habiller pour en tirer ses conclusions.

Et là je répète encore une fois que ce n’est pas l’argent qui définit une personne, mais ce qu’elle a à l’intérieur comme qualités.

Peu importe combien d’argent nous avons, notre attitude envers le monde et notre réaction à celui-ci sont plus importantes. L’argent ne nous définit pas, mais les relations nous définissent, les compréhensions avec les gens et avec nous-mêmes, l’amour pour le positif, pour nous-mêmes et pour les autres.

Ainsi nous attirerions à nous ce que nous pensons de l’intérieur et ce que nous rayonnons. Mais un personne serait repoussante et peu attirante pour les autres s’il était de mauvaise humeur, avec de mauvaises intentions, amère malgré son compte en banque.

Une de mes insécurités telle que « vais-je y arriver » ont également résonné en moi lorsque je me suis posée la même question à propos de mon fils. Saura-t-il s’en sortir là-bas ? Je me répète quand je dis que nous devons entrer dans l’ouragan lui-même pour voir de quoi nous sommes capables et quelles sont nos forces. Chacun de nous fait face à des difficultés au quotidien. Mais cela devrait-il nous rendre passifs ? Bien sûr que non.

Au contraire, malgré elles, nous nous efforçons d’agir et de les surmonter. Car si nous ne le faisons pas, nous ne saurons jamais ce que c’est que de les dépasser. Et ce que nous visons après avoir traité avec elles.

Qu’il s’agisse de poursuivre un rêve, d’atteindre un objectif quotidien ou simplement de résoudre un problème de la vie. Quoi qu’il en soit, l’important est que nous le recherchions avec notre cœur. Que nous le désirions sincèrement et que nous soyons impatients de nous en occuper.

Essayez de penser à vos insécurités parfois. Pour ce qui vous empêche d’avancer. Ce qui vous rend peu sûr de vos actions.

Avez-vous quelque chose qui vous tourmente et vous rend impuissant dans des situations que vous aimeriez autrement surmonter ?

Si quelque chose vous vient à l’esprit, demandez-vous : est-ce la seule raison pour laquelle je n’avance pas ? Celle à cause de laquelle je ne suis pas motivé à agir et d’autre part elle me fait reculer.

Est-ce une pierre d’achoppement suffisante et raisonnable qui m’empêche d’être moi-même. Et d’arrêter de poursuivre ma liberté. Aussi d’arrêter d’être confiant et incapable de réaliser mes rêves. Est-ce la seule chose qui m’empêche d’être heureux ?

Toutes ces questions sont une raison suffisante pour cesser de laisser ces incertitudes nous gêner. Même si la personne pour qui nous voulons montrer l’exemple n’est pas notre enfant. Même si cette personne n’est peut-être que nous. Demandez avant tout à être un modèle pour vous-même et des miracles se produiront.

Parlez-en devant des gens qui ne vous connaissent même pas et démystifiez la peur et l’incertitude simplement en les partageant. Et ainsi vous réduisez leur effet, car elles sont déjà dans la lumière et à l’extérieur de vous.

Essayez-le ! Vous ne perdez rien ! Si vous ne le faites pas, vous ne pouvez que perdre – quelques rêves non réalisés, des efforts inutiles dans des situations antérieures, des occasions manquées de tirer le bonheur des choses simples de la vie. C’est à vous de réfléchir !

Pour résumer, quelles sont les deux principales actions que je prends qui me libèrent de mes insécurités ? Et en même temps cheminer vers le bonheur, devenir plus confiante, courageuse et libre malgré elles.

La première étape consiste à montrer l’exemple. Dans mon cas, c’est celui de mon enfant, mais aussi de moi-même.

Et d’autre part, d’en parler et de le partager publiquement, garantissant ainsi la crédibilité de mes propos et de mes intentions.

Et rappelez-vous : Rien d’autre ne définit une personne plus que ses actions, ses soins et son comportement envers lui-même et les autres, ses intentions…

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

10 octobre 2022 à 13h19

Ce qui est sûr, c’est que tout le monde à ses propres peurs… C’est même qqchose de vital pour notre espèce (même si celles de notre temps sont bien différentes de celles des hommes préhistoriques). Je pense que chacun doit chercher à les surmonter en commençant par les comprendre.



11 octobre 2022 à 23h02

Merci pour ce témoignage très touchant ! Tes réflexions sur ce que t’apportent tes enfants me parle beaucoup. Je trouve effectivement que le souhait d’exemplarité qu’on a en tant que parent nous permet de travailler sur nos peurs, nos blocages et nous permet d’avancer. Et je suis bien d’accord que le simple fait de partager ses peurs et insécurités avec d’autres permet déjà de les diminuer.



12 octobre 2022 à 16h26

Merci pr ce partage ! Ton article est très complet et réfléchi ! Je suis d’accord avec toi le fait de partager se peurs avce d’autre personne nous permet de les surmonter plus facilement 👍!



14 octobre 2022 à 17h04

Chère Genka … voici un article très puissant par le le message que tu nous transmets. Au-delà de ce message de résilience, dépasser ses inquiétudes et prendre la vie à bra le corps, je ressens également un ancrage profond qui se manifeste en toi … ton style s’affine et cela apporte l’authenticité qui te caractérise … Merci à toi d’être toi 🙏



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *