News

Il est où le bonheur quand il y a l’obscurité totale ?

Où est le bonheur quand on est dans l’obscurité totale ? Et notre âme, notre cœur, notre corps se sont rendus pour ne plus être … ?

Est-ce même là quand nous sommes tombés dans un trou noir dont on pense ne jamais sortir ? Quand le pessimisme nous a rattrapés et qu’on est perdu dans des pensées noires pendant la majeure partie de la journée ?

Peut-on être heureux et ressentir de la joie lorsque nos yeux pleurent et sont pleins de larmes ? Quand on n’a plus la voix et la motivation pour dire ce qu’on ressent ? Ou le pouvoir de faire tout ce qui peut nous remplir d’espoir ?

Arrivons-nous à atteindre cette floraison d’émotions agréables et positives alors qu’il nous semble que rien ne va plus ? Quand on est au milieu de nulle part et qu’on ne fait qu’imaginer le pire ?

Le bonheur parvient-il à se faufiler de quelque coin pendant ces moments de tristesse et de douleur ? Pouvons-nous en saisir un morceau pour nous rafraîchir, saturés de moments chaleureux et réchauffer nos cœurs ?

J’ose dire que j’étais là quelque part ayant perdu mon chemin et ma lumière. Mais je suis déjà ici et maintenant… Alors, je me suis retrouvée et je jouis de ma liberté. Aussi j’ai le courage de combattre la vie telle que je la comprends.

Ayant traversé une période difficile pendant plusieurs années avec dépression, maladie, etc. aujourd’hui je suis au-dessus de tout ça. Je me construis pas à pas chaque jour grâce aussi à mon blog. Et à mon écriture.

J’ai dit plus d’une fois que mon blog est ma forteresse et grâce à mes écrits, j’arrive à briser beaucoup de glace en moi. À guérir de nombreuses blessures du passé et développer et améliorer ma nouvelle personnalité.

Mais j’ai aussi mentionné plus d’une fois que la vie n’est pas toute rose ni toute noire. Elle est colorée et saturée de toutes sortes de couleurs et de toutes sortes d’expériences.

Nous traversons constamment des événements qui nous font un peu trébucher. Ils nous empêchent d’avancer et dans une certaine mesure nous découragent même. Nous baissons la tête et n’observons que les énormes émotions négatives qui nous ont envahi et ne veulent plus nous quitter.

Lumière ? On se demande ce que c’était. Peut-être que la réponse se cache quelque part là-bas et on ne lui donne même pas la chance de se révéler à nous.

J’ai récemment traversé une telle période qui n’a pas duré longtemps. Mais qui m’a donné une chance de grandir à nouveau et de réaliser une fois de plus que cela faisait partie de la vie.

Une série d’événements qui sont parfois agréables, parfois moins bons. Mais ils nous apprennent tous à être plus courageux et plus disposés à les accepter quand ils nous arrivent. Éléments incontournables de notre quotidien, ils sont ce qui nous rend plus forts et plus stables dans la construction d’une personnalité que nous voulons posséder et manifester.

Pendant cette période j’avais souvent les yeux noirs, je l’avoue. Mais pas tout le temps. Car les aperçus qui m’emplissaient de temps en temps me maintenaient en vie.

Les roses à l’hôpital ont vraiment attiré mon attention

Les rayons d’espoir qui venaient de derrière les rideaux sombres éclairaient mon chemin même pour un court instant et je me sentais moi-même. Je pouvais sentir le bonheur et l’amélioration pour lesquels je me bats ici sur mon blog. Je me suis rendue compte des progrès que j’ai reçus grâce à mon écriture ici.

En fait, j’ai remarqué des choses que je n’aurais pas remarquées auparavant. Je vivais le moment présent alors même qu’il n’y avait aucun espoir de le remarquer autrement, à une étape antérieure de ma vie. J’ai vu des choses qui ont égayé mes minutes alors que je rassemblais de l’espoir sur mon chemin à travers celles-ci.

Feuilles en couleur à l’extérieur de la pharmacie peu après minuit

Je pouvais voir à quel point un hôpital où on va pour un traitement pouvait être merveilleusement vert.

La palette d’automne vue de la fenêtre de l’hôpital me fascinait. Pour être honnête, je n’ai jamais vu d’arbres aussi colorés ailleurs en ce moment :).

Je pouvais voir quelle palette automnale se jouait devant moi face aux feuilles des arbres quand j’attendais l’achat de médicaments à la pharmacie.

Aussi j’étais consciente du merveilleux effet miraculeux du soleil essayant de percer les nuages avec moins de courage. Attendant avec impatience chaque rayon de soleil qui pénétrait dans la pièce, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de plus grand plaisir que les merveilles naturelles / l’ordinaire naturel. Qui, de quelque manière que ce soit, veut comprendre ce dernier 🙂 .

Souvent incapable de dormir la nuit, je pouvais entendre les oiseaux à l’extérieur, ce que je trouvais étrange. C’était comme si c’était une journée ensoleillée et nous étions dans un parc où les oiseaux nous entouraient en abondance.

Non, j’étais dans mon lit, enceinte de huit mois, malade, avec mon enfant également malade à mes côtés au milieu de la nuit et de l’obscurité. Mais je les ai entendus ! C’était tout ce que je voulais obtenir à ce moment-là.

Il y avait beaucoup de ces espaces verts, même à l’intérieur de l’hôpital lui-même. Séparément à l’extérieur de celui-ci, dans sa cour, il était jonchée de tels … Comme si la nature, en tant que guérisseur précieux, aidait au traitement des patients …

Je savais que je ne pouvais plus souhaiter. Je m’attendais à un développement, qui s’est toutefois fait lentement, et cela m’a beaucoup fatigué physiquement et mentalement. Mais je savais que ce moment viendrait.

Oui, les gens, je pensais que j’étais en enfer même, et pourtant le ciel apparaissait souvent devant mes yeux. Désireuse de saisir chaque image de ce dernier, je me suis permise de sortir de l’obscurité et de recueillir la lumière dans mes poings.

Il y a certainement des expériences et des maladies pires que ce que mon petit et moi avons enduré. Je suis même sûre que le nôtre n’avait rien de spécial par rapport à des cas plus graves, voire désastreux…

Mais à ce moment-là, je ne faisais que ressentir ce que je vivais et j’ai pu trouver un soutien là où je n’aurais jamais imaginé auparavant.

Encore un exemple, j’ai personnellement entendu les enfants en bonne santé gazouiller dehors sur la cour de récréation et cela m’a donné de l’espoir. Nous avons été captivés par l’expérience de maladie pendant un moment et allions bientôt rejoindre ce vacarme gai. Je me suis convaincue que bientôt nous ferions partie d’eux, sains, forts et invincibles 🙂 .

Les voix des enfants m’ont donné le courage que la vie continue et qu’il ne faut pas s’enfoncer plus profondément à l’avance.

J’ose me vanter d’avoir saisi les signes du moment présent et de l’avoir piégé dans mes pensées. Il les a incontestablement guéris et m’a rendu éveillée et vivante.

Les orangers visibles depuis l’une des fenêtres de l’hôpital ont attiré mon attention. Je ne dirais pas non à un verre de jus d’orange fraîchement pressé 🙂 .

Nous sommes encore en phase de reprise, mais l’envie d’écrire est très forte. Cela fait partie de ma vie et partager mes pensées me réveille avec des émotions agréables.

En fin de compte, je me rends compte que chaque événement de ma vie que je traverse et qui me secoue négativement d’une manière ou d’une autre me rend plus résiliente qu’avant. J’apprends à être plus résiliente ‘grâce’ à cela.

Par conséquent, j’ai choisi de voir le bonheur même à travers l’obscurité et la noirceur qui m’avaient submergé pendant ce soi-disant période difficile pour moi.

Je peux donc le confirmer à coup sûr ! Il y a du bonheur alors que j’étais dans cette obscurité totale. Je peux dire en toute sécurité que je l’ai ressenti sur mes épaules et dans mon cœur.

Je terminerai par une de mes phrases préférées : ‘Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts’.

Et à chacun de ces moments vécus, je suis convaincue qu’il en est exactement ainsi…

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

10 novembre 2022 à 9h42

C’est impossible d’être heureux en permanences. En revanche, avec un bon état d’esprit, on peut mieux le vivre ;).



10 novembre 2022 à 18h42

Oooh mais quel article dense et plein de sincérité qui te caractérise … Un jour ma maman m’a dit que quoi qu’il arrive il faut garder sa voile tendue par son corps, son âme et son esprit … ce que tu as fait pour accueillir la lumière qui tu nous transmet dans ton blog … Merci Genka 🙏



11 novembre 2022 à 2h06

Merci pr le partage de cet article plein de bon sens ! Le plus important est de se contenter de ce qu’on a et de ne pas compter sur le matériel pr être heureux !



12 novembre 2022 à 10h51

Quand tout est noir, j’ai pris pour habitude de me forcer à changer de point de vu et a célébrer chaque lumière : le sourire d’une infirmière, le repas chaud qui vient de mettre donné,… Chaque petite attention me tire vers le haut et je les chéri a chaque instant



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *