articles poèmes / défi 1 / News

Prisonnière de l’hypersensibilité : une confession

Aujourd’hui, je vais vous parler de mon hypersensibilité et du fait qu’elle a toujours fait partie intégrante de ma vie.

Quand j’ai commencé ce blog il y a environ 9 mois, je n’avais aucune idée que j’allais commencer à mieux me comprendre et pouvoir me redécouvrir à travers mes articles. Je n’avais aucune idée que je serais capable de mieux m’identifier à chaque article que j’écrivais.

J’ai aussi commencé à mieux me connaître et à expliquer plusieurs de mes actions dans ma vie à travers ces traits de caractère qui m’appartiennent.

C’est comme ça que j’ai découvert l’hypersensibilité… J’ai donc réalisé que j’étais une personne hypersensible. J’ai reconnu mon hypersensibilité.

Comme j’ai commencé à transférer mes pensées tout au long de mon enfance, puis à travers l’adolescence, atteignant mes années d’étudiant et le début de mon premier emploi, puis le deuxième, le troisième… c’est ainsi que je suis arrivée au point où je suis tombée malade en 2010, et 2 mois plus tard, je suis devenue déprimée.

Puis est venu le tour du changement, le soi-disant nouveau départ, qui est entré doucement dans ma vie. Il y avait des hauts et des bas jusqu’à ce que je commence à chercher le bonheur à travers mon blog: j’ai commencé à mieux me comprendre, à me redécouvrir, à m’accepter.

En lisant de plus en plus d’articles sur le développement personnel, je suis progressivement tombée sur des articles liés à l’hypersensibilité comme caractéristique d’une personne.

En fait, j’ai réalisé à quel point j’étais piégée dans un trait aussi merveilleux que l’hypersensibilité toute ma vie. Je me suis rendue compte qu’aujourd’hui, malgré elle ou plutôt grâce à elle, je peux être heureuse et trouver mon bonheur.

Alors découvrez ma confession sur la façon dont j’ai été prisonnière de l’hypersensibilité toute ma vie :

Mes premières rencontres avec l’hypersensibilité

Tout au long de ma vie, en évitant de mieux me connaître, de m’accepter tel que je suis, d’être moi-même j’ai fui ma vraie nature. J’ai refusé d’approcher les gens pour ne pas être blessée.

C’est peut-être ainsi que ma maladie a commencé il y a quelque temps, ainsi que la dépression, qui s’est débloquée un peu plus tard.

Trop anxieuse, extrêmement émotive, très empathique envers les gens quand j’étais enfant, mais en même temps j’ai accumulé des émotions et des expériences négatives en moi.

Elles sont devenues si nombreuses, et je n’ai même pas essayé de les partager avec quelqu’un d’autre.

La première trahison

L’une des choses qui m’est arrivée quand j’étais enfant, c’est la rencontre avec de « fausses amitiés », qui sont progressivement devenues peut-être l’une des raisons pour lesquelles j’ai perdu confiance en les gens.

Ces mêmes trahisons, dans la petite enfance cela peut sembler incroyable et étrange, mais ils arrivent même à ce moment-là. Et ils sont les plus douloureux et laissent des conséquences graves pour toute une vie.

Je tiens à souligner que ce sont mes expériences personnelles de mon âme et je décris mes expériences telles que je les ai ressenties. En remontant le temps, j’ai pu créer des souvenirs que j’ai l’impression de vivre encore et encore.

Avec ma nature hypersensible, j’ai gardé ces moments négatifs à l’intérieur de moi, je les ai accumulés et j’ai perdu de plus en plus confiance en moi et confiance dans les gens. Il peut s’agir de circonstances parfaitement normales pour une personne non hypersensible.

Peut-être que les gens dont je parle ne voulaient pas du tout que je ressente ces émotions et ces sentiments. Ils ne savaient probablement pas ce qu’ils pouvaient me faire par leurs actions.

Peut-être que ces gens ont eu ses propres expériences et émotions. Je ne le sais pas.

En fait, je ne parle que de mes sentiments et de ce que je ressentais à cet époque-là.

Les conséquences

Je parle d’un âge très fragile, ce qui montre qu’ils m’ont fortement marqué et ont affecté mon état mental.

Au fur et à mesure que je traverse ces souvenirs douloureux dans mon esprit, les gardant en moi pendant si longtemps, je pourrais expliquer bon nombre de mes actions dans ma vie. Je me rends compte qu’ils ont défini également de nombreux traits de mon caractère. Mes réactions plus tard dans la vie ont été déterminées par ces souvenirs dans ma tête.

Quand j’ai commencé ce blog, je n’avais aucune idée où mes écrits m’emmenaient.

J’avais l’impression de commencer un nouveau départ, mais je ne savais pas qu’une ère de connaissances plus intimes allait m’accompagner. Ce dont je suis reconnaissante !

Échapper à mon hypersensibilité

Comme je l’ai dit plus tôt dans l’article, toute ma vie, j’ai essayé de fuir quelqu’un ou quelque chose, mais à la fin, la personne que j’essayais de fuir, c’était moi.

Pendant longtemps, j’ai même essayé d’endormir cette hypersensibilité en moi, par exemple en ne permettant pas aux gens d’entrer dans mon cœur et dans ma vie.

Apparemment, je faisais semblant de ne me soucier de rien, mais intérieurement, je brûlais de tout ce qui m’arrivait.

En fait, je retenais chaque instant qui m’impressionnait et qui m’a touché. J’ai gardé en moi chaque moment qui a affecté ma sensibilité et mon âme.

Ces événements ne parlaient que d’une évasion d’émotions fortes. J’ai même dissimulé leur manifestation.

Réalisant mon impuissance face à eux, ce qui contribue également à la peur de l’attachement, j’ai fait semblant d’être un être courageux.

J’ai cherché la reconnaissance dans des personnalités fortes

En essayant de cacher ses émotions fortes, j’ai en fait montré encore plus ma faiblesse en m’accrochant à des personnes fortes à qui je voulais ressembler.

J’ai demandé leur reconnaissance. Je voulais partager leur liberté, leur force de caractère, leur ressembler, faire partie d’elles.

Cela m’a conduit à manquer d’opinion, à être d’accord avec tout ce que les autres me disaient. J’ai fait semblant d’être quelqu’un que je n’étais pas. J’ai montré une confiance en moi qui m’était étrangère et que je n’avais pas.

Tout cela montrait une manque de caractère. C’est-à-dire que n’importe qui pouvait faire de moi ce qu’il voulait.

J’ai donc perdu mon vrai moi. Je ne savais plus qui j’étais. Je n’avais aucune idée de ce que je voulais de la vie. Devrais-je entendre celui-ci, devrais-je écouter celui-là, ou devrais-je le faire pour quelqu’un d’autre. Qui devrais-je être.

Alors je suis entrée dans ma confusion, dans une maladie, dans une dépression.

Je cherchais l’amour pour être plus forte

Par contre, en cherchant une main forte sur laquelle m’appuyer, je suis souvent tombée amoureuse. Je savais que je ne pouvais pas faire confiance aux gens, mais je cherchais toujours quelqu’un pour me prouver le contraire. C’était comme si je cherchais la sécurité, le soutien, une main forte, sachant que j’étais moi-même fragile, instable, plus sensible aux émotions (même si je les cachais à l’intérieur).

De plus, je n’avais aucune estime de moi et je pensais que si jamais j’étais aimée, cela compenserait son manque.

Je cherchais une paille à attraper en haute mer, mais parce que les pailles sont assez fragiles et instables et difficiles à attraper, cette relation frénétique avec l’amour de ma vie n’a jamais eu lieu.

Je suis souvent tombée amoureuse, mais je l’ai toujours fait désespérément. J’étais si loin de moi-même, si peu sûr de moi, que je cherchais ce manque de confiance en soi chez l’autre.

De plus, je pensais que l’autre personne me donnerait cette confiance. C’était comme si je m’attendais à ce que quelqu’un m’approuve pour que je puisse croire que j’étais ce que j’étais.

D’ailleurs, je ne pouvais pas prendre la position d’une personne qui croit vraiment en l’amour.

Admettre mes émotions, mon hypersensibilité

Le ciel au-dessus est sombre,
C’est comme s’il est un peu triste.
Je ne vois que mon ombre
Dans le reflet du miroir de mon âme.
On dirait qu’il va pleuvoir.
Alors cette tristesse du temps
Comme s’il prenait vie en moi.
Mais je n’y vois plus de menace,
Et je ne me cache plus derrière un masque,
Maintenant j’accepte toutes mes émotions et mes sentiments,
Je leur ouvre mon esprit et les prends,
Je réalise déjà qu’ils font partie intégrante de moi
Et je ne les dissimule pas.
Je n’ai pas du tout honte de ce que je ressens.

Il y a une clarté qui s’ouvre au loin,
Elle est celle dont j’ai vraiment besoin
Des nuages ​​blancs moelleux en sortent,
Il y a donc de l’espoir.
Parfois le temps est mauvais, parfois il s’améliore,
C’est la même chose avec ma vie,
Parfois il y a de la douleur
Mais il y a aussi du plaisir;
Il y a le silence, la tranquillité…
Malgré les mauvais moments qui peuvent survenir.
Je me réconcilie avec mon hypersensibilité,
Et je veux vivre en paix,

Une fois que cela arrivera,
Je ne serai pas si passive et routinière,
Je ferai plus et serai plus audacieuse,
Et je n’aurai plus honte de moi.
Je reconnaîtrai mieux ma lumière,
Je sortirai plus souvent de ma zone de confort.

Être plus heureuse avec mon hypersensibilité

Lorsque j’ai pris conscience de mon hypersensibilité, j’ai compris pourquoi j’ai créé un blog qui me permet de travailler de chez moi, seule, dans une ambiance décontractée.

Me voici au seuil de 2022, je voudrais dire une personne complètement nouvelle, mais toujours prisonnière par son hypersensibilité. J’ai trouvé l’amour de ma vie, j’ai à côté un merveilleux être, mon fils. J’essaie de m’accepter chaque jour avec mes négatives et positives et je suis toujours à la recherche d’un changement pour le mieux.

Donc pas une nouvelle personne, mais plutôt la vieille âme hypersensible qui s’efforce de changer pour le mieux. Qui essaye de mieux se comprendre et de pouvoir comprendre les autres, de pardonner aux autres et de se pardonner. Qui a plus confiance en soi et commence à faire confiance aux gens.

Je continue à me développer, à m’épanouir, à profiter de la vie.

De plus, je suis prête à abandonner mon passé et à accepter mon avenir uniquement comme une direction que je dois prendre pendant que je vis vraiment mon présent.

Je suis prête à construire et à affronter mon avenir, en m’abandonnant totalement au moment présent et à le vivre de la meilleure façon possible.

En conslusion

Pour conclure, je dirai que je suis prête à embrasser mon hypersensibilité et à vivre avec elle dans un bonheur et une harmonie complets. Je suis prête à embrasser mes différentes émotions et à faire et construire à travers elles une personne meilleure et plus courageuse. Ainsi qu’à embrasser ma liberté à travers elles.

Je les laisse couler de mon âme, comme une eau orageuse tombant d’une cascade, qui, bien qu’elle frappe fort en dessous, continue son chemin, complètement propre, fraîche, claire et confiante. Il y aura des hauts et des bas, mais je resterai entière, fidèle à moi-même, vraie et toujours moi-même après chacun de ceux-ci.

Maintenant je comprends que je ressens des émotions différentes, plus fortes que les autres, que j’ai plus développé mes cinq sens, que je suis irritée par les odeurs, les bruits, que je suis plus attentive, etc. mais ça ne me rend pas bizarre.

Cela fait de moi une personne hypersensible qui vit en paix avec son hypersensibilité et la comprend mieux. De cette façon, j’essaie aussi de mener une bonne vie avec les autres, d’avoir plus de respect pour eux et pour moi-même, et aussi de mieux prendre soin des autres et de moi.

Et vous, êtes-vous prêt à être heureux grâce à votre hypersensibilité ? Êtes-vous prêt à l’accepter? J’ai hâte de vous lire ci-dessous !

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Photo by Aarón Blanco Tejedor on Unsplash

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Sources :

https://www.huffingtonpost.fr/2014/06/28/hypersensibilite-comment-identifier-hypersensible_n_5539377.html
https://connectthedots.fr/hyperesthesie/
https://psychotherapie.ooreka.fr/astuce/voir/531793/hyperesthesie
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypersensibilit%C3%A9_(psychologie)#:~:text=L’hypersensibilit%C3%A9%2C%20en%20psychologie%2C,extr%C3%AAme%20%C2%BB%2C%20par%20son%20entourage.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

11 octobre 2021 à 18h09

Merci pour ton témoignage personnel.
Je crois que la notion de résilience est souvent présente chez les hypersensible et empathes. Je t’invite à la découvrir car grâce à elle j’ai pu mieux m’accepter comme je suis et ainsi avec mon hypersensibilité 😁.



11 octobre 2021 à 19h55

Belle introspection ! Comme quoi l’écriture est vraiment un outil formidable et à la portée de tous. Pour ce qui est de l’hypersensibilité, c’est clair qu’il faut apprendre à la connaître… pour mieux vivre avec.



12 octobre 2021 à 12h13

Merci pour ce témoignage plein d’espoir 🙂 j’ai découvert que j’étais une personne hypersensible il y a quelques année, et en prendre conscience m’a permis d’ajuster des petits détails ou de me guider pour des choix de vie plus importants.



    12 octobre 2021 à 14h48

    J’ai découvert ce type de trait récemment, bien que j’aie été hypersensible toute ma vie, et au moins j’ai réalisé que je ne suis pas bizarre à certains égards. Cela m’aide beaucoup. En dehors de toutes les choses positives auxquelles je veux associer cette hypersensibilité.



12 octobre 2021 à 13h44

Bravo pour ce beau témoignage. Une fois qu’on sait qu’on sur réagit il est souvent plus facile d’accepter ses émotions, et parfois on peut même confondre déprime ou dépression avec hypersensibilité …



12 octobre 2021 à 16h12

Quel témoignage authentique, fort et puissant … Tu as su trouver l’étincelle de ta lumière intérieure et le conseil que je peux te donner est de l’alimenter par tes 3 centres énergétiques du Corps, de l’Âme et de l’Esprit … Ce que j’appelle la Triangulation de Soi. Je ne peux que te recommander de lire mon petit livre ‘Bubble Up – Petit manuel d’éveil de Soi’ disponible sur Amazon https://www.amazon.fr/Bubble-développement-spiritualité-intérieure-méditation/dp/B087648KJF/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1634047844&sr=8-1 ou bien le livre d’un ami qui m’a permis de changer mon paradigme de vie ‘L’uppercut de la délivrance’ de Mustapha Bouktab, également disponible sur Amazon https://www.amazon.fr/Luppercut-délivrance-Mustapha-Bouktab/dp/B083XX4M34/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=1634047892&sr=8-1 .

Tu vas pouvoir maintenant cheminer sur ton chemin de lumière et je ne doute pas qu’il te sera trés éclairant … Merci infiniment d’avoir écrit cet article que je n’hésiterai pas à partager sur mes réseaux 🙏



13 octobre 2021 à 1h31

Merci de ce témoignage fort. C’est très touchant de parler de soi de cette façon.
L’écriture m’aide aussi beaucoup ainsi que la CNV… avant je pleurais tellement souvent dès que je m’apprêtais à parler de mon ressenti…



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.