articles poèmes / News

Reconnaître le syndrome de l’imposteur en soi

Aujourd’hui je vais vous parler du syndrome de l’imposteur. Le sujet que je vais aborder sera Reconnaître le syndrome de l’imposteur en soi.

Suis-je atteinte de cet état psychologique méconnu ? Est-ce que je veux me protéger pour ne pas en tomber à l’avenir ? J’ose certainement dire que les deux sont valables pour moi.

En fait, ma sœur, me connaissant bien, m’a récemment suggéré d’écouter un podcast sur le syndrome de l’imposteur: Your Insecurities Aren’t What You Think They Are WorkLife with Adam Grant

Et cela m’a fait penser à moi et à mes doutes intérieurs, qui étaient presque toujours à l’ordre du jour dans mon esprit.

En fait, je dois admettre que pendant de nombreuses années de ma vie, je ne me sentais pas assez bonne en quoi que ce soit. Quelque chose qui nécessitait une validation constante de la part des autres.

Cela m’a enlevé mes forces, a fait fondre mon énergie, a fait de moi le perfectionniste que je ne devrais pas être …

L’effort que j’ai mis dans chaque action n’a pas été vain, mais cela m’a rendu impuissante dans certaines situations et a ruiné mon estime de soi, ma psyché et réprimé mes émotions.

En savoir plus sur le syndrome de l’imposteur dans les prochaines lignes.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Avant de donner des exemples de mes expériences et situations personnelles, je voudrais vous proposer quelques lignes sur ce qu’est le syndrome de l’imposteur. J’ai fait des recherches sur plusieurs sources sur Internet à son sujet. Mais au final je n’en ai retenu qu’une seule :

Voici ce que Wikipedia propose comme définition de ce sentiment d’insécurité injustifié :

‘Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur, […], expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, leurs relations, des circonstances particulières). Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs et s’attendent à être démasquées d’un jour à l’autre.’

Là, il est mentionné également que 60 à 70% des personnes souffrent de ce syndrome au moins une fois dans leur vie.

Comment ai-je su que j’étais affectée par ce syndrome de l’imposteur ?

Qu’est-ce qui m’a amené à l’idée que j’étais atteinte de ce syndrome de l’imposteur ? En dehors du blog qui m’a fait grandir personnellement et professionnellement, j’ai eu des expériences et des situations dans le passé qui me relient au travail sur lequel je travaille actuellement ici – à savoir l’introspection et l’extériorisation de ma personnalité, dont j’ai déjà parlé dans d’autres articles.

Alors que je continue à travailler sur moi-même, je parviens à expliquer bon nombre de mes réactions, comportements et humeurs dans ma vie.

Quand je suis finalement arrivée au sujet de l’article d’aujourd’hui, faisant de larges recherches sur ce syndrome, j’en suis venue à la conclusion que j’en suis moi-même affectée.

J’avais rencontré ce terme auparavant, mais je n’avais pas complètement approfondi sa signification. J’entends ici vous offrir mon expérience et les conséquences que j’ai eues en lien avec le syndrome du fraudeur.

D’ailleurs, comment panser ces blessures aujourd’hui et me remettre sur pied en sortant de ce cercle vicieux.

Afin de ne pas trop vous ennuyer, je vais vous parler brièvement de quelques périodes clés qui, selon moi, ont influencé cet état psychologique aujourd’hui. Je vais tirer quelques conclusions de tout cela et vous donner des solutions possibles pour éviter cela. Ou pour vous montrer que vous faites fausse route en étant impliqué dans ce syndrome.

Premier signe du syndrome de l’imposteur à l’école primaire

À l’école primaire, j’aimais être parmi les premiers, avoir de très bonnes notes, n’avoir que de bonnes notes, tout faire sans faute. Bien sûr, je savais qu’il y avait des choses qui ne me tenaient pas à cœur, et pourtant j’essayais de briller en elles. C’était difficile, mais je devais être parmi les premiers.

Personne ne m’a obligé à le faire. Moi, avec une faible estime de soi et m’efforçant de briller avec des notes dont personne n’a besoin, j’ai déguisé ma faible estime de moi et je me suis trompée que cela m’aiderait d’une manière ou d’une autre.

Par contre, je me retrouvais dans des situations cocasses dans le monde réel en dehors de l’école et j’étais une projection de mes pensées négatives sur moi-même et causais ainsi de mauvaises relations avec les gens autour de moi. Dans l’ensemble, je me cachais beaucoup de moi-même, de mes émotions et de ce que je pensais vraiment aimer et adorer.

J’avais de bonnes notes et ça avait l’air assez bien, mais ce n’était pas le cas. En fait, je n’ai jamais pensé que je brillais de quelque manière que ce soit à travers ces évaluations, que je suis meilleure que les autres ou même plus. Mon estime de moi ne montait pas du tout. Au contraire. Je pensais que j’étais encore plus perdue parce que quelque chose me faisait vouloir plus de moi-même que je ne pouvais pas montrer. Parce que j’ai fait de mon mieux.

Je ne me tromperai pas en disant que je me suis souvent sentie déçue de moi-même.

Et même si j’ai montré à la maison que j’avais la meilleure note, même devant la classe j’ai fait le meilleur, ça n’a pas fait de moi le meilleur dans ma tête.

Mes doutes constants sur mes propres qualités me rendaient folle. Il me manquait encore quelque chose pour devenir la ‘Genka parfaite’ que je voulais être… Ce qui ne pouvait pas arriver…

Premier signe du Syndrome de l’Imposteur

Au lycée

Je suis déjà au lycée. Ce perfectionnisme résiduel continuait de me hanter là-bas. Mais comme les matières devenaient de plus en plus problématiques, l’énergie que j’y mettais était beaucoup plus grande qu’au primaire pour m’y préparer. Et je voulais garder le niveau auquel j’étais.

De plus, il y avait aussi des gens qui disaient que je ne serais pas là au niveau où j’étais dans mon école primaire rurale que je fréquentais. Et ça m’inquiétait encore plus…

Des doutes ont surgi dans ma tête. Suis-je capable de bien réussir au lye, comme je le faisais avant ? En conséquence, j’ai de nouveau obtenu mon diplôme d’études secondaires avec d’excellentes notes …

Mais à quel prix ? Au prix d’une peur et d’une tension constantes provenant d’un apprentissage constant. J’ai toujours dû être préparée.

Du temps pour soi – zéro.

Presque pas de plaisir.

Maintenant je me demande – à qui ai-je prouvé tout cela ?

A l’université

Mes forces sont déjà épuisées et les choses commencent à changer à l’université. Le premier semestre s’est bien passé pour me tenir éveillé. Mais les choses ont changé depuis.

En fait, j’ai été accepté pour étudier la philologie, qui est liée aux langues. Mais je n’étais pas très douée pour ça.

De plus, j’ai continué à être parfaite et j’ai beaucoup étudié. Mais cela devenait très difficile. Ce perfectionnisme ne pouvait être atteint à n’importe quel prix. Je ne m’en rendais pas compte et je travaillais toujours dur. Mais les résultats n’étaient pas les mêmes. L’estime de soi ne s’est pas améliorée du tout.

La peur du regard des autres me pressait extrêmement. Cela rendait de plus en plus difficile la mémorisation du matériel. À la fin, j’ai même prétendu que je m’en foutais et que je me fichais de mon insuccès.

J’ai accompli beaucoup de choses, je l’avoue, pendant cette période, plus que je n’aurais jamais espéré. Et pourtant je ne croyais pas en mes réalisations.

Car les échecs allaient aussi de pair avec les moments positifs. De cette façon, je ne considérais pas mes réalisations comme réelles mais leur donnais à ma chance.

C’est arrivé au point que je ne voulais plus briller avec des notes, et même si je faisais bien, je ne me sentais pas bien. Les pensées constantes sur ce que les gens autour de moi allaient dire m’affectaient beaucoup.

J’ai essayé de me comporter comme prévu. Ce n’était pas moi.

Faux comportement qui sentait le syndrome de l’imposteur.

Les travaux

Plusieurs travaux suivirent, dans lesquels, naturellement, habitué à la commodité et au confort de la perfection, je ne pouvais accepter de ne pas être parfaite.

Hélas, cela n’arrivait pas, et de jour en jour les choses empiraient, avec des doutes constants quant à savoir si je méritais cet endroit.

Lors de mon dernier emploi, j’ai directement demandé aux gens autour de moi comment j’avais pu être élu à un tel poste. Étant donné que je n’avais pas les qualités nécessaires, à mon avis.

Je ne croyais pas que je pouvais vraiment avoir du potentiel, mais ce destin a été gentil avec moi et m’a aidé dans ce cas.

Je me suis même inscrite pour étudier le tourisme afin de prouver au monde et à moi-même que je mériterais ce poste.

Un poste que j’occupe depuis peut-être 4 ans maintenant…

Toujours ce syndrome de l’imposteur…

Choisir le bon sceptique

Les doutes sur la possibilité d’agir ne disparaissent pas. C’est pourquoi il y a toujours un risque.

C’est pourquoi je fais confiance à mon intuition et préfère sortir plus souvent de ma zone de confort, même si les résultats de ces actions peuvent sembler discutables.

Je décide d’essayer et de relever le défi. Je sais que les conséquences ne seront peut-être pas ce que je voulais, mais l’expérience sera importante.

C’est ce qui se passe actuellement avec mes écrits, mes poèmes et aussi mes publications sur les réseaux sociaux.

Ça arrive aussi avec le blog, dont je ne pensais pas qu’il grandirait autant.

Je ne pensais même pas pouvoir évoluer à ce point, mais je me suis tout de même lancée dans ce challenge !

Des doutes comme : Pourquoi ai-je été choisi ? Est-ce que je méritais ce poste ? Ai-je les qualités nécessaires pour continuer à le faire ? ont été récemment remplacés par le bon choix du sceptique. Les bons et les mauvais sceptiques dont parle Olivier Roland dans son livre Tout le Monde n’a pas eu la chance de rater ses études :

Les mauvais sceptiques sont ceux qui, en découvrant une théorie nouvelle qui remet en cause leur conception des choses, la rejettent immédiatement en se disant ‘ce n’est pas possible ! Cela va à l’encontre de tout ce que je sais, et si cela permettait vraiment d’avoir les résultats décrits, ça se saurait !’

Les bons sceptiques sont ceux qui, en découvrant une théorie nouvelle qui remet en cause leur conception des choses, se disent ‘c’est intéressant, et les résultats décrits sont motivants. Mais est-ce vrai ? Hmmm .. Quelle expérience simple pourrai-je employer pour tester un ou deux principes de cette méthode ?’

Quelques astuces qui nous aideront à faire face au syndrome de l’imposteur

  1. Reconnaitre le syndrome de l’imposteur – D’abord, nous devons reconnaître que nous sommes affectés par le syndrome de l’imposteur afin de commencer à agir.
  2. Évaluation des efforts – Appréciez chaque effort que vous déployez pour faire face à une situation. Appréciez les résultats que vous obtenez. Réalisez le prix que vous payez pour arriver ici.
  3. Accepter les échecs comme faisant partie du succès
  4. Ayez de la gratitude – Soyez reconnaissant pour les compliments que vous recevez. Apprenez à les accepter et comprenez les critiques constructives qui vous font grandir.
  5. Arrêtez de vouloir être parfait – La perfection est inaccessible et épuisante dans la plupart des cas. J’en parle dans mon article, Pas besoin d’être parfait pour être heureux, où je montre comment s’en débarrasser.

Sources : https://online.edhec.edu/fr/blog/syndrome-de-l-imposteur/

Poème ‘Le syndrome de l’imposteur’

Vous ne devez pas douter
des qualités que vous possédez,
de la position que vous occupez,
de ce que vous êtes à l’heure actuelle,
en vous-même.
Ne le faites pas, sinon
vous perdrez votre véritable image de vous-même
et en obtiendrez une toute nouvelle – une fausse,
basée sur ce que vous croyez que les gens pensent de vous.

N’ayez pas de doutes lorsque vous décidez
que vous pouvez essayer quelque chose de nouveau
qui vous attire, et en même temps
vous n’êtes pas complètement sûr de son résultat positif.
Essayez-le, faites un test
et décidez vous-même si vous continuerez à l’utiliser.
Prenez le rôle d’un bon sceptique!

Pour conclure

Je ne suis pas une personne expérimentée en psychologie, mais faire des introspections comme celle-ci avec le syndrome de l’imposteur, me font sortir à chaque fois comme une nouvelle personne.

Cela m’a fait sortir d’une situation où j’ai été en captivité pendant longtemps, prenant une leçon et apprenant à changer. Pour me changer en mieux.

Découvrir des défauts en moi, réaliser des traits que je n’approuve pas et le désir subséquent de les changer, faire face à ce genre d’introspection me font devenir une meilleure personne.

Cela me permet de devenir plutôt une meilleure version de moi-même.

Reconnaissez le problème en vous et résolvez-le ! Reconnaissez le syndrome de l’imposteur en vous et agissez pour développer des doutes positifs !

Photo by Towfiqu barbhuiya on Unsplash

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

18 avril 2022 à 19h50

Article très bien écrit ! Sujet difficile, surtout d’arriver à sortir cet imposteur de soi. Excellente introspection à faire pour analyser comme tu nous le proposes. Merci !



18 avril 2022 à 19h51

Article très bien écrit ! Sujet difficile, surtout d’arriver à sortir cet imposteur de soi. Excellente introspection à faire pour analyser comme tu nous le proposes. Merci !



18 avril 2022 à 20h10

Merci pour ce partage Genka ! 🙏 J’en ai beaucoup appris sur le « syndrome de l’imposteur » que je ne connaissais pas. J’ai apprécié que tu nous partage ton vécu et tes astuces. C’est toujours un plaisir de savoir que la gratitude est une action puissante. 🙏



19 avril 2022 à 9h03

Je me suis reconnu dans le syndrome de l’imposteur et le fait de vouloir être perfectionniste. Je te rejoins totalement. Merci à toi



20 avril 2022 à 18h36

Genka, comme d’habitude tes poèmes sont percutants et empreint d’une grande sincérité … merci pour l’ouverture de ton ‘Moi’ profond que tu partage car ce syndrome de l’imposteur est tellement présent au sein de la plupart d’entre nous … Merci Genka 🙏



22 avril 2022 à 10h09

Le syndrome de l’imposteur…

En effet, avoir la sensation de ne pas mériter la place, les compliements, etc… n’est pas un sentiment inconnu….
Sauf que je suis loin d’être douée à l’école et dans bien des domaines ! ^^

Chez moi, c’est plutôt à l’âge adulte où j’ai eu ces sensations.

Merci pour cet article intéressant !



24 avril 2022 à 10h35

En plein dedans cet article tombe à pic ! Ah le fameux syndrome de l’imposteur qui met quelques semaines voir quelques mois à disparaitre dans certains domaines de ma vie ! Merci j’ai enregistré le poème pour le garder précieusement en cas de besoin !



25 avril 2022 à 8h44

Excellent article. J’ai eu longtemps ce syndrôme de l’imposteur. Et tous les conseils que tu donnes sont précieux pour bien le comprendre. Moi, c’était surtout le désir de perfection, je voulais que tout soit parfait. J’ai appris à faire du mieux que je peux, et à me centrer sur mes forces. Merci pour ce bel article.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.