articles poèmes / défi 1 / News

Pas besoin d’être parfait pour être heureux

Aussi impossible et surréaliste que cela puisse nous paraître, on n’a pas besoin d’être parfait pour se sentir heureux. Et quand je dis perfection, je veux dire tout ce à quoi on peut penser. On peut passer par notre apparence pour arriver à l’envie de perfectionner la gestion de nos tâches.

J’apprends aussi chaque jour à accepter mes imperfections et à me rendre compte que je ne peux pas être parfaite, personne ne l’est. Mais dans mon quotidien j’arrive déjà à trouver mon bonheur et, pour être honnête, je m’améliore tout en réalisant que je ne le suis pas. Ainsi, la prise de conscience que je ne suis pas parfaite, et cette imperfection et ce refus de rechercher la perfection à tous égards, me permet d’être plus heureuse.

Par conséquent, étant donnée que jusqu’à récemment, je recherchais également le perfectionnisme, je comprends maintenant que j’ai fait un énorme pas en avant à cet égard.

Donc, j’ai commencé à voir le monde différemment. J’ai pu comprendre la beauté des petites choses et des courts moments et ressentir le bonheur à travers leur prisme.

J’ai pensé que ne pas être parfaite est un problème et donc j’ai essayé de le poursuivre, mais ma vie n’allait pas bien.

C’est pourquoi la poursuite constante du perfectionnisme ne conduira jamais à des résultats positifs. Cela ne fera que paralyser nos actions et notre développement, en suivant cette voie, que nous ne pourrons cependant jamais atteindre. Tout simplement parce qu’il n’existe pas.

Voir plus à ce sujet dans les lignes suivantes et comment on peux être heureux même si on n’est pas parfait.

Le bonheur vient de l’intérieur de soi, pas de notre perfection

Avoir une bonne attitude

On n’a donc pas à s’efforcer d’être parfait lorsque on veut être heureux. Notre propre bonheur doit devenir un état d’esprit et provenir de notre attitude intérieure et de nous-mêmes.

Chaque jour, je m’assure qu’il ne me faut pas grand-chose pour être heureux.

Cependant, ce sera triste si nous pensons que quelqu’un, quelque chose ou une circonstance nous rendra plus heureux que nous ne le sommes. Si nous ne changeons pas de l’intérieur, le facteur externe n’aura jamais d’effet positif.

C’est à dire nous ne pouvons pas nous ouvrir à quoi que ce soit si nous supprimons intérieurement que cela nous arrive, en recherchant le moment parfait, la personne parfaite, le changement parfait.

Pour commencer, cela doit venir de nous-mêmes. C’est notre façon de penser, qui devrait être dans l’attitude que nous sommes ouverts à la possibilité d’être heureux.

Tout le monde mérite le bohneur. Et n’importe qui peut y parvenir avec la bonne attitude.

Accepter qui nous sommes pour être heureux et commencer à le nourrir

C’est nous qui décidons de profiter du moment présent et de nous immerger complètement. C’est à nous de décider si nous allons nous concentrer sur ce qui se passe ici et maintenant, ou si nos pensées vont se tourner dans une autre direction.

Et cette direction ne sera pas le temps réel dans lequel nous sommes. Elle cherchera quelque chose de différent, quelque chose de parfait, quelque chose de mieux. Elle recherchera un changement qui nous rendra parfaits et meilleurs. Et donc, en prévision de telles situations, nous manquons les moments de profiter de la vie ici et maintenant.

On n’a pas besoin d’être parfait pour profiter de ces moments et être heureux.

Nous pouvons être heureux parce que nous sommes qui nous sommes, avec nos imperfections, avec nos défauts, avec les erreurs que nous commettons, avec les lacunes que nous avons.

Il y aura aussi des moments tristes, donc pour injecter l’hormone du bonheur dans notre corps, nous devons le nourrir quotidiennement.

Mémoire d’enfants

Un poème lié au courage que j’ai eu et montré quand j’étais enfant (j’ai toujours gagné aux jeux), pourtant étant complètement dans ma zone de confort – dans un cercle d’amis. Et pas du tout parfaite 🙂 :

Mémoire d’enfants / Un peu banal / Un simple souvenir / Jeux et rires / Enfants / Parfois j’étais seule / Jeux et rires / Un simple souvenir / Est-ce que je savais / L’ai-je ressenti / Ai-je pensé à l’avenir / Non / En jouant je ne pensais qu’au jeu / Et là j’ai toujours gagné / J’ai toujours été vainqueur / J’avais pour objectif d’être la première / Je n’avais même pas de partenaire / Je n’avais que des concurrents / Mais je n’ai rivalisé avec personne / J’ai concouru avec moi-même / Еt juste pour moi / Pour me surpasser à chaque fois / Et c’était bien / Et je n’étais pas parfaite / Mais j’ai gagné, en fait / J’étais un gagnant / Un gagnant dans les jeux / Mémoire d’enfants / J’étais un enfant et j’ai gagné / J’ai gagné pour moi-même / Je voulais gagner / Et j’ai gagné / Je voulais seulement ça / Je ne voulais pas grand-chose / Je n’avais pas grand-chose / Et c’est pourquoi j’ai toujours gagné / Donc j’ai toujours eu le courage de gagner / Et je l’ai fait / Souvenir d’enfance / Je ne suis plus un enfant / Mais ? / Aurai-je envie de devenir un gagnant / Et de sortir de ma zone de confort / Pour vivre l’instant présent / Si cher et si fort.

Comment développer son épanouissement et aller de l’avant même si on n’est pas parfait

Le courage de l’enfant que j’étais, n’étant pas parfaite du tout

Je me souviens que dans mon enfance, dans les jeux avec mes meilleurs camarades, je voulais gagner et gagner à tout prix. J’ai fait preuve d’un courage et d’une audace qui ne me caractérisaient pas lorsque j’étais hors de ma zone de confort. Ce courage dont je faisais preuve étant enfant, c’était entre copains, où je me sentais bien dans ma peau. Je savais que je n’étais pas parfaite. Mais je ne pouvais pas me sentir mal en leur compagnie. Nous nous sommes tous acceptés tels que nous sommes, nous avons joué ensemble, et j’ai gagné…

J’ai gagné parce que j’ai entraîné mon for intérieur alors que j’étais sur le bon terrain, dans mes propres eaux, parmi de vraies connaissances. Je voulais faire mes preuves, surmonter mes peurs, mais j’étais avec mes camarades, je me sentais chez moi.

J’ai gagné parce que je n’avais tout simplement pas peur de perdre.

En tout cas, j’ai pris confiance en moi, mais toujours dans ma zone de confort.

Ce courage s’est évaporé en sortant de la zone de confort

Que s’est-il passé depuis ? Qu’est ce qui a changé? Je sors de ce cercle et me sens comme un étranger. Je ne suis plus en sécurité et je suis plus vigilante. Prudente. Effrayée. Je commence à voir mes lacunes plus que je ne le devrais. J’ai peur de la réaction des autres. De leur regard.

C’était comme si tout s’effondrait sous mes pieds avant que quelque chose de vraiment grave ne se produise.

C’est aussi ce que j’ai ressenti à l’époque. Au moment où je suis sortie de ma zone de confort, de mon cercle d’amis, tout a basculé. Je me suis enfoncée dans le sol. J’ai tout gâché en moi, même si personne n’a même donné de raison pour cela. Je n’avais aucun courage; j’étais inquiète; j’avais honte de moi.

Maintenant, je veux la même chose. Je veux gagner mais non pas dans les jeux de mon enfance, mais dans les jeux de la vie. Tirer profit de mon combat pour me dépasser, être moi-même, être plus courageuse et sortir plus souvent de ma zone de confort afin de vivre pleinement l’instant présent.

Être la fille imparfaite de l’enfance et être toujours heureuse. Tout en dehors de ma zone de confort. Et aussi assurante que je l’étais à cette époque.

Je veux gagner mais pas à n’importe quel prix. Parce que ne choisissant que la victoire, je m’épuise mentalement et physiquement à la poursuivre avec persistance, et cela ne me vient pas toujours. Alors j’accepte que j’aurai tort, j’accepte que j’aurai des ratés, j’accepte que les choses ne se passeront pas toujours comme je le souhaite.

Alors je me permets d’être imparfait et de ne pas rechercher la perfection, qui est de toute façon inaccessible.

S’efforcer d’être parfait ressemblera à une bataille contre le vent.

Le désir d’être parfait bloque notre développement

Plus nous nous sentons mal à l’aise et anxieux, plus nous avons peur de nous exposer au monde, plus nous faisons des erreurs, trébuchons, nous embrouillons, échouons.

Nous commençons à accumuler des erreurs, des échecs et de là à nous isoler. D’ailleurs, nous n’avons pas le courage de montrer notre vrai Soi. Nous pensons à chaque qualité qui nous appartient et qui n’est pas parfaite. Nous arrêtons de voir nos bonnes qualités, nous concentrant uniquement sur ce qui n’est pas parfait.

En fait, nous nous mentons à nous-même et aux autres, nous nous retrouvons davantage dans notre monde illusoire, nous nous embrouillons. Nous ne savons plus qui nous sommes, ce que nous voulons, ce qui est bon et mauvais pour nous, comment agir. Nous tombons dans le piège de la honte à cause de l’imperfection et nous ne pouvons pas nous en sortir.

On n’a pas la confiance nécessaire pour affronter le monde et montrer ses qualités.

À la fin, nous arrêtons notre développement de peur de ne pas avoir l’air assez bien, de ne pas être assez intelligent et assez bon dans nos actions.

Accepter à faire des erreurs et continuer à avancer malgré la peur

Nous devons d’abord accepter le fait que nous sommes imparfaits et ensuite accepter le fait que nous pouvons faire des erreurs. Nous devons également supposer que nous aurons peur de temps en temps, ce qui est une condition humaine normale.

Et malgré la peur, nous devons continuer à nous développer et à faire des choses qui nous plaisent. Il ne doit pas nous arrêter, car si nous voulons vraiment quelque chose, nous devons essayer de le réaliser.

Comme j’étais dans les jeux avec mes amis d’enfance. Je veux aussi gagner quand j’ai un bon objectif et une bonne cause. Quand j’ai un rêve, je veux me battre pour cela de tout mon cœur sans abandonner.

Je sais que je ne serai pas parfaite dans leur performance, je ferai des erreurs. Mais j’apprendrai d’eux et ainsi je développerai et progresserai.

Alors le plus grand courage dont nous puissions faire preuve désormais est d’oser refuser d’être parfait. Être accepté tel que nous sommes. Avec ses erreurs et ses échecs, ses qualités et ses bonnes intentions. Avec tout ce qui fait partie de nous !

Profiter de l’aventure de la vie

Si on est constamment obsédé par l’idée d’être parfait dans la vie, la vie commencera à nous submerger et à épuiser nos forces.

Doucement. Soyons réaliste. Ne tirons pas directement en haut. Si nous l’atteignons, alors nous devrons en descendre, ce qui n’est pas bon. La montée est toujours meilleure que la descente et l’aventure jusqu’au sommet, tout en profitant et en vivant chaque instant en vaut la peine.

Il sera certainement plus intéressant de profiter du voyage qui nous attend jusqu’à ce que nous atteignions un objectif, même si nous ne le réalisons pas.

Si l’on s’efforce d’atteindre la perfection dans la performance, nous abandonnerons chaque fois que nous ferons une erreur et que nous ne nous sentirons pas parfaits.

Alors ne soyons pas parfaits !

Commencer par la tâche la plus simple pour gagner en confiance et être plus heureux

Afin de commencer à réaliser un rêve, nous devons commencer par le niveau le plus facile à réaliser. Cependant, il ne faut pas perdre la motivation en partant du niveau le plus difficile. Cela tuera notre désir de continuer et nos tentatives s’arrêteront là.

Par conséquent, nous devons également commencer par le niveau le plus facile, en augmentant progressivement. Si on reste sur un seul niveau, on se fatigue vite et on est plus enclin à monter plus lentement.

Nous devons faire des choses que nous pouvons bien faire. Ceux qui ne prennent pas beaucoup de nos forces. L’effort que nous y mettons en vaut la peine, car en les faisant avec facilité, nous sommes plus motivés pour aller de l’avant. Nous sommes plus confiants dans nos actions et nous nous sentons plus en sécurité.

Cependant on est plus heureux quand on a de la confiance en soi.

Enfin, je partagerai un poème dédié au fait qu’on n’a pas à être parfait:

Le courage d’accepter de ne pas être parfait

la prise de conscience

Le courage d’accepter son imperfection /une rose imparfaite/

Quand tu pleures et que tu te souviens,
Que tu ressentais toujours les mêmes regrets,
Tu te tournes vers ton cœur et lui demandes :
Ai-je été honnête avec toi ces derniers jours de chagrin ?
D’ailleurs, ai-je te fait mal et as-tu pleuré,
À cause de mes nombreux rêves non réalisés ?
Quand tu es seul et que tu ne parles à personne
Tu commences à te poser des questions
Qu’ai-je fait ou pas fait, par où commencer ?
Comment puis-je être courageux
Quand il n’y a que de la peur à l’intérieur ?

Quand tu veux te lever à l’heure,
Mais qu’il n’y a personne pour te réveiller, alors,
Tu penses que tout le monde est contre toi,
Et tu n’es que leur proie.
Tu remarques toutes tes lacunes et erreurs,
Et tu ne peux pas passer au crible les bons.
Tu ne trouves aucun moyen de t’aimer.
Et il n’y a aucun moyen d’avancer
Quand tu ne veux pas te valoriser.
Alors accepte-toi comme tu es, accepte les gens,
Et accepte que tu sois humain,
Tu ne peux pas changer les gens
Mais tu peux te changer toi-même,
Change chaque fois que tu le peux,
Ne pense jamais que tu as des défauts,
Et ne pense pas à ce que les gens diront.
Ne te sous-estime pas et avance dès maintenant.

le moment où tu commences à te redécouvrir

toujours imparfaite mais belle

Quand tu dors et la nuit il n’y a personne à côté de toi
Alors tu penses et rêves, le monde n’est-il pas devant toi ?
Tu commences à te comprendre, te découvrir et t’accepter
Tu t’approuves et tu deviens une étincelle
Qui peut s’enflammer à tout moment, le tout sensuel,
Et éveiller l’amour de soi,
Tu te transformes en une immense flamme,
Là, dans les rêves de minuit, tu révèles ton âme.

le moment où tu t’acceptes

J’aime les roses qui ne sont pas parfaites autant que celles qui ne le sont pas. Après tout, chacune d’elles a des épines, mais elles sentent la même chose et décorent la rue avec leur perfection et leur imperfection..

Quand quelqu’un te réveille
Et que tu réalises que tu es vivant pour lui,
Peut-être es-tu son merveilleux réveil,
Vous profiterez déjà tous les deux de la pluie !
En fait, c’est ton Soi actif, sincère, omnipotent,
Qui n’a pas peur de te réveiller et de faire le premier pas,
C’est ainsi que tu comprends que tout a un sens
Et tu t’engages à créer des moments beaux et imparfaits.
Tu te rends compte que tu n’es pas parfait,
Mais tu es déjà toi-même, avec ton vrai Soi
Tu as un ami fidèle pour la vie, et il est tout pour toi.

Tu comprends qu’avec lui tu peux être courageux,
Même si tu es imparfait, c’est humain,
Personne ne l’est,
C’est la vraie clé et le bonheur !
Tu peux maintenant ouvrir ton cœur
Et continuer ton heureux voyage sans peur.

En conclusion

Nous devons nous débarrasser de ce sentiment qu’il faut être parfaits. Cela nous fait nous sentir mal tout le temps et nous épuise inutilement.

Nous devons trouver un équilibre dans tout ce que nous faisons.

En nous efforçant de faire les choses de manière équilibrée, de nous aimer, de profiter des choses que nous faisons, nous atteignons la paix intérieure, le calme. Ainsi nous avons accès à notre bonheur et à une vie plus harmonieuse.

En conséquence, nous devenons plus heureux et plus équilibrés dans nos relations avec nous-mêmes et avec les autres.

Et vous, voulez-vous être parfait à tout prix ? Cela ne vous épuise-t-il pas et ne vous tire-t-il pas en arrière au lieu de continuer à réaliser vos rêves ? Êtes-vous motivé après avoir lu l’article qu’accepter que le fait de ne pas être parfait est le meilleur choix ?

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

6 septembre 2021 à 13h43

Bonjour, je suis d’accord avec vous qu’il faut développer la pleine conscience.
Je pense que le perfectionnisme est lié aussi à la satisfaction. En développant la gratitude, on développe aussi le contentement plutôt que la satisfaction. La satisfaction est est lié au plaisir éphémère alors que le contentement nous permet de nous épanouir positivement.



6 septembre 2021 à 13h58

J’ai été perfectionniste par le passé. Du coup, ton article me parle grandement ! La perfection est une quête perdue d’avance car sans fin. On finit par s’épuiser, par perdre confiance…puisqu’on n’atteint jamais cette perfection de toute façon. C’est une grande libération je trouve le jour où on accepte d’être imparfaite. Et je suis complètement d’accord qu’on profite beaucoup mieux de la vie ainsi 😉



6 septembre 2021 à 14h43

Très bel article, qui décomplexe et déculpabilise ! La quête de la perfection est une course sans fin, mais la société nous pousse à suivre ce schéma. Dès qu’on arrive à s’en émanciper en sortant de sa zone de confort, on se sent pousser des ailes ! Ca ne serait pas ça alors finalement le bonheur ?! 😉



6 septembre 2021 à 14h46

Dans un premier temps, il faut reconnaître que nous ne serons jamais parfaits. Et même si nous le devenons, nous serons vite malheureux. Car pour s’épanouir, il faut sans cesse repousser ses limites, c’est ça qui donne un sens 🙂



6 septembre 2021 à 18h14

Quel chemin j’ai aussi parcouru pour lâcher le contrôle de la perfection ! C’est un sujet très intéressant !



6 septembre 2021 à 18h39

Super article très inspirant 🙂 c’est vrai que nous avons tous tendance à dire « je suis trop ceci » où « pas assez cela » alors que nous sommes parfaits comme on est, car tous différents !
On se compare trop souvent aux autres alors que chacun a son propre parcours.
La complétude se trouve à l’intérieur de nous. 100% d’accord 🙂
Merci !!



    6 septembre 2021 à 19h06

    Merci aussi ! La comparaison nous en empêche et nous dégrade. Nous devons être constructifs dans nos actions lorsque nous sommes inspirés par quelqu’un ou prendre un exemple.



8 septembre 2021 à 18h12

C’est un très joli article qui me donne envie de ire que la perfection n’est qu’une posture de l’esprit … et d’aucune manière une destination que l’on peut atteindre … plutôt un chemin à suivre si l’on est capable d’accepter ce qui nous différencie des autres ….



    9 septembre 2021 à 7h35

    Merci, Éric. C’est précisément que nous sommes tous différents qui est le plus précieux et suffisant, ne pas poursuivre quelque chose qui est même inaccessible.



11 septembre 2021 à 21h59

Merci beaucoup pour ce bel article, tu as tellement raison !
Je pense que beaucoup de personnes doivent avoir le même mindset que toi :))



11 septembre 2021 à 22h00

Merci beaucoup pour ce bel article, tu as tellement raison !
Je pense que beaucoup de personnes doivent avoir le même mindset que toi :))



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.