News

Comment rebondir après un échec ?

Aujourd’hui je vais parler de l’échec et en particulier je vais essayer de répondre à la question ‘Comment rebondir après un échec’. Je participe à l’événement interblogueurs proposé par Caroline, auteure du blog  mieuxetreaunaturel.fr. J’apprécie beaucoup ce blog, dont mon article préféré est Psychologie Positive ou la science de l’épanouissement.

L’attitude la plus simple que nous puissions avoir vis-à-vis de l’échec et le moyen le plus simple de le surmonter est que l’échec n’existe même pas. Ou du moins le sens que l’on donne à ce concept et qui est lié au triste sentiment de défaite ou de malheur qui nous afflige.

Avec la bonne attitude et le bon esprit, l’échec est toujours un pas en avant.

Donc, si nous devons agir, la meilleure chose que nous puissions faire est de savoir que les échecs n’existent que dans notre mauvais comportement envers le problème auquel nous sommes confrontés.

Comprenant mieux la situation, nous sommes prêts à évaluer ce « problème » et cette « peur préliminaire » qui existent comme une opportunité pour notre croissance et notre développement futurs de réaliser et d’atteindre nos rêves et objectifs.

Pourtant, la possibilité de la peur de l’échec existe toujours pour la plupart des gens. Même pour moi.

C’est pourquoi je suis sur ce blog pour avancer doucement ensemble, pour apprendre à marcher, pas à pas.

Main dans la main, nous pouvons surmonter les obstacles liés à notre mental.

C’est ainsi que je voudrais avancer et essayer d’intégrer cette façon de penser dans ma vie future.

Voici mes techniques pour faire face à une situation critique, un échec, un malheur ou un simple accident.

Qu’est-ce qui peut déclencher l’idée d’échec dans nos têtes ?

Qu’est-ce que le concept d’échec et qu’est-ce qui peut le provoquer dans nos esprits ?

Selon un site populaire, la définition de l’échec ressemble à ceci :

Résultat négatif d’une tentative, d’une entreprise, manque de réussite ; défaite, insuccès, revers.

  • C’est une situation à laquelle nous sommes confrontés pour atteindre un objectif et dans laquelle nous avons échoué.
  • C’est un état de désespoir, de dépression, de malheur ou d’intolérance de notre existence. Et de là à réaliser que ma vie est un échec.
  • Ce sont des petites situations du quotidien auxquelles nous sommes confrontés (lors de l’élevage de notre enfant par exemple). Ensuite, nous regrettons nos actions, croyant qu’elles sont un échec. De plus, si cuisiner est redevenu un événement terrible à la maison, malgré tous nos efforts, on se sent à nouveau coupable et on se reproche l’échec.

Cependant, il existe de nombreux autres cas qui nous culpabilisent de ne pas les avoir traités. Pour nous, c’est un échec, à travers lequel nous devenons par la suite peu sûrs et commettons plus d’erreurs. À tout le moins, nous commettons l’erreur d’arrêter de grandir et de suivre nos rêves et notre cœur.

Alors, que se passe-t-il après un tel échec ?

Il y a donc trois manières de réagir à ce soi-disant échec qui nous arrive :

  • Avancer, en stoppant toutes les options de développement, en désespérant et en négligeant toute notre existence.

C’est à dire arrêter notre développement et sombrer dans le chagrin à cause de rêves non réalisés. C’est ce qui nous arrive assez souvent.

Nous continuons à vivre parce que nous ne pouvons pas arrêter de le faire ……

À partir de là, toute notre vie n’a plus de sens, ce qui n’améliore pas beaucoup la situation. Même pas du tout.

  • Avancer, mais sans continuer le chemin que nous avons pris.

Cela signifie que nous préférerons emprunter le chemin qui est dans notre zone de confort. Il n’y aura donc aucun risque, nous nous sentirons à l’aise dans tout ce que nous ferons. C’est ce « tout » dans nos vies qui va nous le faire vivre simplement, sans aucun sens.

Dans ce cas, nous serons plus souvent des spectateurs, pas des acteurs.

  • Avancer, sachant que cela fait partie du processus, de notre croissance et de notre monde.

Cela fait partie de la vie des personnes qui réussissent qui traversent leurs échecs et commettent leurs erreurs pour réaliser leurs rêves.

Elles donnent un sens à leur vie en prenant des risques, malgré leurs peurs. Ils profitent surtout de la vie avec un grand V. Elles ne passent pas leurs journées juste pour être.

Alors, quel chemin choisirez-vous ?

Toutes les personnes qui réussissent passent par leurs échecs

Aussi dramatique que soit l’événement auquel nous pensons avoir échoué, il ne mettra pas fin à nos vies.

À partir de là, c’est à nous de décider comment et pourquoi nous voulons aller de l’avant.

En fait, les soi-disant échecs accompagnent chaque individu humain, sous n’importe quelle forme, à n’importe quelle taille.

Pensez aux personnes qui réussissent ou qui sont aussi en train de réussir, qui échouent tous les jours mais n’abandonnent pas.

Des exemples simples, mais indicatifs et qui ne devraient que nous motiver. Nous sommes tous humains. Une fois que quelque chose arrive à une personne, cela peut arriver à n’importe qui, cela peut même devenir une partie de notre vie !

De ce point de vue, nous serons honorés de faire partie des échecs collectifs et à ce titre nous sommes invités à agir.

Comme toutes les personnes qui réussissent qui nous inspirent et nous motivent. Tant qu’ils échouent, ils atteignent leurs objectifs.

Peut-être sommes-nous à un pas d’une autre réussite. Et qu’est-ce que la réussite alors ?

N’accepterons-nous pas la réussite dans l’échec lui-même ? Ne nous donne-t-elle pas une leçon, ne nous aide-t-elle pas ?

Il ne nous empêche pas de nous développer, au contraire, il nous tire vers l’avant.

Et si la peur existait toujours ?

Il faut oser plus, avoir le courage de se foncer, d’expérimenter.

Si nous n’agissons pas, nous resterons immobiles. N’est-ce pas vrai ?

A cette occasion, je me suis souvenue d‘une vidéo que j’avais regardée pendant le mois de mon défi Tedx. A la fin de son discours, Ilios Kotsou déclare :

‘Ceux qui connaissent la peur sont les seuls qui peuvent se montrer courageux : petite peur, petit courage, grande peur, grand courage, pas de peur, pas de courage 🙂 .
La peur n’est pas un problème. C’est la peur de la peur qui nous paralyse.’

Souvent, le refus d’aller de l’avant et de suivre nos rêves est causé par la peur de l’échec. Par conséquent, la peur de l’échec est ce qui nous empêche d’agir. Cela nous inquiète et crée un certain inconfort face à de nouvelles situations.

Que pouvons-nous faire ?

Socialisation

Nous devons sortir plus souvent de notre zone de confort. C’est à dire poser des gestes dans lesquels nous ne nous sentons pas tout à fait à l’aise, mais qui nous saisissent et pour lesquels nous montrons de l’intérêt.

Rejoindre un club de sport, être artistique, assister à des événements publics.

Cela nous socialise, nous donne l’opportunité de trouver des personnes qui ont les mêmes intérêts que les nôtres. Cela nous fait comprendre que nous ne sommes pas seuls.

Chacun progresse différemment. L’important c’est de s’amuser au final et de relâcher la tension qu’on n’arrive pas à gérer.

Plus on sort de sa zone de confort, plus on s’habitue à de telles situations et aux échecs qui en découlent inévitablement.

Nous devons relever plus de défis afin de ressentir le plaisir d’être acteurs de nos vies. L’envie d’avancer, d’essayer de nouvelles choses, d’échouer plus souvent, et de s’y habituer.

De cette façon, nous comprendrons que l’échec est un résultat normal de nos actions et qui arrive aussi aux autres.

Entourage de qualité

J’ai la chance d’avoir une famille merveilleuse et solidaire qui me met à l’aise dans mon inconfort.

C’est pourquoi il est très important de savoir quel genre de personnes sont autour de nous.

Nous inspirent-ils, motivent-ils, accompagnent-ils, soutiennent-ils – peu importe., vous me comprenez…

C’est important pour que nous puissions agir avec plus d’audace.

Je ne dis pas que tout doit dépendre de notre entourage, mais cela joue aussi un rôle énorme dans notre développement et dans nos actions à risque.

Quand on a un entourage de qualité, on y va hardiment.

Lorsque nous faisons des erreurs, nous devenons plus confiants car nous savons qu’à chaque fois nous nous levons. À chaque fois, nous avons une chance de nous améliorer et à chaque fois, nous avons l’occasion d’essayer à nouveau.

Le poème ‘L’Echec’

Que signifie l’échec pour nous ?

Les oiseaux ne pensent pas à l’échec, ils volent simplement et atteignent leur destination. Soyons comme eux pendant que nous marchons sur la terre.

Un mot qui ne nous dit rien ?

Un mot qui s’oppose à succès ?

Mais nous ne sommes pas parfaits du tout.

Et on ne peut pas toujours aller jusqu’au bout

Sinon, nous sommes nés omniscients et omnipotents.

Et faire tout notre travail du premier coup.

Avouons-le, non?

Nous apprenons toute notre vie,

Même elle ne nous suffirait pas…

Cependant, nous faisons ce que nous pouvons.

Et si un jour nous y croyons,

Nous comprendrons la valeur de tous nos échecs.

Ils deviendront de belles leçons utiles

Ancrées dans notre quotidien.

Sinon nous passerons une vie insensée et inutile.

En conclusion

Pour terminer ce texte sur l’echec je vous donnerai une citation :

Tous les plans d’action sont risqués, donc la prudence n’est pas d’éviter le danger (c’est impossible), mais de calculer le risque et d’agir de manière décisive. Faites des erreurs d’ambition et non des erreurs de paresse. Développez la force de faire des choses audacieuses, pas la force de souffrir.

Niccolo Machiavel

Si nous commençons par supposer que l’échec n’est qu’un pas vers notre reussite, mais pas de souffrance, alors : : il n’y a pas d’échec, juste une leçon, grâce à laquelle il faut avancer. En d’autres termes, l’échec équivaut au réussite une fois que nous réalisons ce que nous en gagnons, pas ce que nous perdons.

Je vous encourage donc à commencer à perdre pour savoir combien vous gagnerez. Ne pensez-vous pas?

Photo by Muzammil Soorma on Unsplash

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

13 décembre 2021 à 15h49

Merci à toi pour ces rappels important et aussi pour le poème!

Il est vrai qu’on a tendance à penser que ceux qui réussissent ne connaissent pas l’échec, alors que la vérité est tout autre et qu’ils ont juste appris à bien le gérer, et à parfois, le rencontrer le plus vite possible pour mieux s’adapter!



15 décembre 2021 à 20h27

Merci Happiness pour ce bel article accompagné d’un beau poème comme d’habitude … Quelqu’un a dit, mais je ne me rappelle plus qui, ‘je ne perds jamais, j’appends !’ … 🙏



17 décembre 2021 à 21h41

Cela me rappel l’un des trois principes fondamental de Nassim Nicholas Taleb : l’anti fragilité. C’est l’idée que nous progressons face à la difficulté.

Je rejoins ce que tu précises dans l’intro « l’échec n’existe même pas ». Après tout, l’échec c’est avant tout, dans nos perceptions, n’est-ce pas ?

Merci pour cet article 🙂



    18 décembre 2021 à 7h44

    C’est vrai. Et c’est nous qui décidons comment percevoir ce qui nous arrive. Et si tout se passait parfaitement et que nous ne rencontrions pas de difficultés, nous ne nous développerions pas et ne grandirions pas.



18 décembre 2021 à 15h28

Bonjour Genka,
Merci beaucoup pour ta participation à cet événement inter-blogueur et à cet article qui permet d’avoir un autre point de vue sur l’échec notamment celui de « l’échec n’existe pas ». Que je partage cette idée ! Cela a déjà été dit dans les précédents commentaires mais effectivement, ce n’est qu’une question de point de vue et à partir du moment où l’échec est perçue comme un apprentissage, une façon de mieux faire, … alors on n’est plus paralysé par cette peur lié à l’échec justement et on peut enfin agir, avancer et avec le sourire en plus ! 🙂
La citation exacte de Mandela c’est « JE NE PERDS JAMAIS. SOIT JE GAGNE, SOIT J’APPRENDS » 🙂



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *