défi 2 / News

Le désir de montrer mon vrai MOI devient réalité

Jour ’36’

Dans d’autres articles de mon blog, j’ai également mentionné comment la difficulté d’avoir confiance en soi et le manque d’estime de soi interfère avec les choses que je voulais faire. Aussi, comment ferais-je mieux dans une situation si j’en avais une meilleure, si je croyais en moi et si j’appréciais ce que je suis et m’aimais.

Voir aussi mon article sur les travaux physiques, dans lequel je parle aussi de honte et de manque de confiance en moi.

La grande roue qui m’a ramené au passé

En fait, quand j’avais honte de faire quelque chose, ça aurait pu être mieux si c’était arrivé. Mais c’était peut-être bien que je ne l’ai pas fait.

Maintenant, j’essaye de ne rien regretter. La chose la plus importante pour moi en ce moment est ce que je fais et réalise aujourd’hui pour avoir une vie utile, fructueuse et merveilleuse. Je ne veux pas remonter le temps et penser à la façon dont je l’ai perdu et aux choses que j’ai échoué à faire. C’est pourquoi il est temps d’agir et d’atteindre les objectifs que je vise aujourd’hui.

Hier, une grande roue m’a fait réfléchir. Mon mari a passé la grande roue en question, qui est à côté d’un cinéma. Il suppose qu’un film est en cours de réalisation. Il m’a même envoyé une photo. J’adore les attractions comme celle-ci. L’enfance en moi n’est pas encore terminée et l’enfant à côté de moi le libère davantage. Quand j’ai vu la roue associée au tournage d’un film, je me suis souvenu de mes tentatives de m’exprimer, et aussi de leur manque.

Voyez comment une grande roue m’a fait remonter le temps et m’a rappelé un petit désir qui se réalise actuellement assez bien!

Ma première ‘représentation théâtrale’ devant un public, qui est resté dans mon esprit 🙂

J’ai un petit incident qui m’est resté à l’esprit. Cela s’est passé il y a longtemps, j’étais peut-être en 5e ou 6e année. Le professeur de langue et de littérature bulgares nous a attribué des rôles distincts aux personnages de contes de fées. Nous devions jouer la pièce en classe. Il s’agissait du conte de fées « Le Maître chat ou le Chat botté ». J’ai eu l’honneur de jouer le rôle du chat.

Je me souviens avoir honte d’être devant la classe. Pourtant, j’ai fait de mon mieux, même si parfois j’ai ri à cause de mes inquiétudes. Je ne m’attendais pas à ce que mon travail acharné et mon désir de bien performer soient récompensés de cette manière. Après la représentation, le professeur a commenté la présentation de tous les participants. Selon elle, ma performance était la meilleure. Il y eut une remarque de sa part. C’était à propos de mon rire pendant la pièce, ce qui était vrai, mais dans l’ensemble, j’ai mieux performé que les autres.

Comment pourrais-je ne pas rire alors que j’avais une « fièvre de stade » et que je sentais des papillons dans mon estomac tout le temps!

De nombreuses années se sont écoulées depuis, mais un rêve se prépare!

Apparemment, c’était un moment très fort qui m’a fait m’en souvenir encore aujourd’hui. Plus tard, lorsque j’ai décidé de m’inscrire à un cours de théâtre, j’ai été encouragée par cet incident. Mais c’était fini avant que ça ne commence. Je suis allée en classe une seule fois et je ne suis jamais revenue.

Encore une fois, c’était une question de méfiance à l’égard de mes capacités et de manque de confiance en moi. Mais la période difficile dans laquelle je me suis retrouvée a commencé à se développer rapidement. J’ai dû abandonner de nombreux rêves, pas seulement celui-ci.

En fait, en même temps que je décidais de prendre des cours de théâtre, j’allais souvent au théâtre. J’étais accro aux jeux en direct et j’étais vraiment attiré par chaque production. Il n’est jamais arrivé que je sois allé au théâtre et que je sois déçu de la pièce. J’ai adoré y aller.

Même maintenant, si j’en avais l’occasion, je prendrais le temps de lui rendre visite à nouveau. J’aime regarder les acteurs, écouter avec quelle audace ils parlent et admirer la manière naturelle dont ils se comportent lorsqu’ils s’incarnent dans les images des autres. Je veux être comme eux, pas seulement jouer le rôle de quelqu’un d’autre, mais jouer moi-même avec le même enthousiasme qu’ils mettent dans leur jeu.

J’ai déjà un fan, mon souhait est devenu réalité et mon comportement le plus naturel est quand je suis avec mon fils.

Jusqu’à présent, j’ai écrit plusieurs fois dans mon blog sur mes activités créatives. Oui, je chante, je dessine, je récite des vers, je raconte des histoires en le faisant avec audace et expressivité. Je fais tout cela devant et pour mon fils. Il est heureux et est également mon seul fan, ce qui me suffit en fait. Il m’a fait me comporter naturellement et sans crainte comme je l’ai toujours voulu. Je ne suis pas bonne, mais je sens comme la meilleure.

J’ai la liberté des oiseaux, à travers les ailes que me donne mon petit. Je chante comme si j’étais la meilleure chanteuse du monde, je danse comme si j’étais la danseuse la plus séduisante du monde, je peins comme si j’étais une artiste célèbre, je parle et récite comme si j’avais le talent d’un orateur, je raconte des histoires comme si j’étais une actrice qui interprète une pièce de théâtre. Des choses que je n’aurais jamais pensé pouvoir m’arriver lorsque j’étais dans une période difficile.

Maintenant, mon rêve est devenu réalité! Et une fois que j’ai commencé à le faire devant une personne, pourquoi n’oserais-je pas le faire devant tout le monde?! 😉

Voir aussi mes articles sur la peinture, le chant et la musique, dans lesquels j’écris sur ‘mes performances’ et ‘mes talents’, que je montre grâce à mon seul fan, mon fils 🙂 .

Si vous avez aimé l’article, je vous incite à vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualités :)!

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.