défi 2 / News

Ma passion pour les traductions

Jour ’35’

Dans l’article d’hier sur le défi, je suis allée sur Wikipédia pour voir comment ils expliquaient le simple mot «eau». J’ai vu la page bulgare pour ce mot, ainsi que la page française. Comme il y avait de petites différences dans le contenu, j’ai décidé de choisir quelque chose de la page bulgare qui manquait dans l’autre, de le traduire en français et de le présenter dans mon article. Tout comme je l’ai fait.

Qu’est-ce qui m’a fait revenir sur cette traduction aujourd’hui? Je vais répondre à cela très simplement.

En fait, je voulais juste partager avec vous ma passion pour les traductions. J’aime en faire, même, en faire régulièrement. C’est un grand plaisir pour moi de jouer avec les mots pour choisir le plus approprié et trouver le meilleur texte qui puisse exister dans la langue de traduction. Et cela me donne vraiment beaucoup.

Alors aujourd’hui, mon article sur le défi, et ce qui m’a fait plaisir hier, c’est ma passion pour les traductions. Venez lire mon article quotidien et nous essaierons de comprendre ensemble l’art de faire une traduction.

D’où vient ma passion pour les traductions?

Ma passion pour les traductions est liée au master que j’ai obtenu il y a 15 ans. Il s’agit de la traduction du français vers le bulgare et du bulgare vers le français. Parce que je n’ai jamais fait cela professionnellement même après avoir obtenu mon diplôme, je n’ai aucune expérience.

mais mon esprit s’est éclairci en faisant les choses que j’aime faire et avec le soutien d’êtres chers.
J’étais perdue comme dans une forêt,

Quand je me suis retrouvée dans une période difficile, quelques années de ma vie auraient été complètement dénuées de sens si je n’avais pas été motivée à faire des choses qui me procuraient vraiment à la fois bénéfice et bonheur. De plus, c’étaient des choses que j’avais étudiées et y investi des efforts, de l’énergie et de l’argent.

Les gens à côté de moi m’ont également aidé à rester motivée. C’était très important pour moi d’avoir leur soutien. Ils ont cru en moi et m’ont fait croire en moi. J’ai montré ce que je pouvais non seulement à moi-même mais aussi à eux. Ils marchaient côte à côte avec moi, suivant les choses que je faisais, me montrant exactement où me concentrer et quoi faire.

Parce qu’à un tel moment, il est très difficile de passer au crible ce qui est l’important, d’évaluer la bonne stratégie pour que je puisse récupérer et surmonter les difficultés. Bien sûr, ces personnes me connaissaient très bien et savaient ce qui serait le mieux pour moi dans cette situation. Elles m’ont montré comment travailler sur moi-même et projeter mes pensées dans des actions de valeur. Donc, elles m’ont guidé et encouragé.

J’étais le marin qui s’était perdu et elles étaient le «phare maritime» qui m’a montré comment me rendre au bon endroit et où ne pas me tromper.

J’ai engagé mes pensées dans les traductions

J’avoue que c’était très difficile pour moi de faire quoi que ce soit pendant cette période. Il était presque impossible, surtout pendant les premiers mois, de se concentrer sur autre chose que les pensées malades que j’avais. À ce moment-là, elles étaient très sombres, négatives et ne m’apportaient rien d’autre que de la destruction de mon état mental, mais aucun progrès. Pourtant je n’ai pas abandonné.

Les livres que j’ai traduits étaient faciles à lire, sans engagement. Mais il y avait aussi des livres liés à mon développement personnel. C’étaient les soi-disant livres de qualité.

J’ai déjà évoqué les traductions que j’ai faites des cinq premiers livres de Harry Potter de l’anglais vers le bulgare dans mon article, où je parle du bonheur que je trouve dans les nouvelles technologies.

Je peux y ajouter le livre «Happiness» de Matthieu Ricard, que j’ai traduit de l’anglais.

J’ai également essayé de traduire des articles du français liés au développement personnel.

Comme si cela ne suffisait pas pour les lire. Je voulais tirer beaucoup plus de leurs informations extrêmement précieuses. Je voulais absorber chaque mot qui était là et chaque leçon qu’il avait. Au fur et à mesure que j’engageais mon esprit dans la traduction, j’ai pris beaucoup plus d’informations en moi et je les ai gardées là-bas.

Je tiens également à dire que mon niveau de progression dans ces langues n’a pas d’importance ici. Ou du moins ce n’était pas la chose la plus importante. Ce qui valait la peine de faire ces traductions, c’est mon engagement de mes pensées à faire quelque chose qui m’attirait et me concentrait sur des actions plus positives et meilleures.

Lorsque j’utilise des langues étrangères, les traductions sont toujours dans ma tête.

Maintenant, je dois utiliser des langues étrangères et ce que j’ai appris avant m’aide beaucoup. Mais même si je forme constamment mon esprit avec eux, je n’arrive toujours pas à arriver au point où je peux commencer à penser dans une langue étrangère (j’ai presque réussi en français 🙂 , même pas complètement!).

Pour l’instant, la traduction fonctionne toujours en moi. Et la langue bulgare est la première à laquelle je puisse penser. J’espère qu’avec le temps, je me débrouillerai et traiterai plus facilement mes pensées dans une langue étrangère.

Alors pardonnez-moi si les choses que j’écris ne sonnent pas bien dans votre langue maternelle. J’avance et j’essaye de progresser pas à pas. Je sais qu’une bonne réflexion mène toujours à de meilleurs résultats.

Si vous avez aimé l’article, je vous incite à vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualités 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *