articles lyriques / News

Comment un jour au zoo m’a redonné l’amour des animaux

Pendant de nombreuses années, je ne me suis pas sentie heureuse et satisfaite de la vie. J’ai cherché le bonheur et l’amour là où je ne pouvais pas les obtenir et je n’ai pas prêté attention aux choses qui pouvaient vraiment m’en apporter. En fait, je leur ai fermé les yeux et je ne les ai pas laissé entrer dans ma vie. J’ai semblé faire preuve de sang-froid et d’impassibilité à propos de beaucoup de choses, dont les animaux. J’ai refusé de les prendre chaleureusement dans ma vie et de partager l’amour avec eux. En fait, ce sont cet amour et cette affection que j’ai souvent montré quand j’étais enfant.

Après avoir longtemps refusé de montrer de l’affection aux animaux et de toute émotivité en leur présence, cela a encore plus endommagé mon état mental. Et de là à mon bonheur, qui pendant des années m’a échappé et je pensais que pour l’atteindre il fallait ceci et cela (surtout des choses que je croyais ne pas avoir, des choses qui étaient extérieures de moi et étrangères).

Au fait, j’ai supprimé toute émotivité et n’ai pas bien exprimé mes sentiment. Ce qui a conduit à la dépression et à une mauvaise santé mentale.

Compte tenu des leçons que j’ai pu tirer de cette année de blogging, des changements qui ont progressivement commencé à se produire dans ma vie en conséquence, de la présence de mon enfant et de la joie de sa naissance, je suis lentement passé de la haine à l’amour.

Ce qui a également changé par inadvertance mon attitude envers les animaux. Un changement qui est venu lentement et est négligemment tombé sur mes épaules. Je l’ai juste accepté parce que c’était bon pour moi. En fait, je me sentais vraiment heureuse.

En tout cas, le mot haine sonne fort et dérangeant, comme vous le savez. Et pour adoucir cette expression, je dirai que j’ai plutôt supprimé les bonnes et les mauvaises émotions, ne les ai pas exprimées extérieurement et n’ai pas voulu montrer d’amour à l’extérieur ou à l’intérieur de moi, ce qui a en fait conduit à mon effondrement.

Mais petit à petit, et grâce aux événements que j’évoquais plus haut, j’ai pu ouvrir mon cœur au monde et à moi-même. Quelque chose qui menait à l’amour, à la gratitude, à la bienveillance.

J’aimais la présence non seulement du monde végétal qui m’entourait. J’ai réussi non seulement à accepter les erreurs humaines comme faisant partie de chacun de nous, à pardonner et à me pardonner, ce qui m’a aidé à vivre plus facilement. Mais petit à petit j’ai répondu aux émotions positives et agréables qui découlaient de ma relation avec le règne animal.

J’écris souvent sur les oiseaux dans mes articles et je les relie à la liberté qui m’est si difficile à atteindre, mais que je veux si désespérément. Peu à peu, je me suis sentie proche des autres animaux et du fait qu’ils me rendaient plus heureuse et plus reconnaissante d’être ici et maintenant, chaque jour.

Alors, comment un jour au zoo m’a redonné l’amour des animaux ? En savoir plus sur mes ressentis de ces nouvelles vieilles émotions dans les lignes suivantes.

Un jour au zoo avec les animaux

L’hiver touche à sa fin et cela semblerait nostalgique, mais plein d’espoir, si je dis que j’ai passé un bon moment. On dit que pendant la période froide et plutôt le début de l’année, lorsque les mois les plus froids sont, une personne est plus susceptible de tomber dans des moments dépressifs.

C’est vrai, j’en ai moi-même fait l’expérience plusieurs fois.

Cette année, cependant, l’hiver semblait m’étreindre et m’embrasser. Elle m’a abrité sous ses caresses de neige et de soleil cru pour me le faire vivre au mieux. Et l’un de mes meilleurs moments a été le jour où nous avons visité le zoo voisin et y avons passé la majeure partie de la journée.

J’ai été dans des zoos d’autres fois. J’ai côtoyé des animaux des millions de fois. Mais cette dernière expérience a été inoubliable et ma présence y était plus que jamais.

Avant même d’entrer dans le zoo, mes yeux ont vu ces cigognes majestueuses en blanc et noir.

Dans mon pays elles symbolisent l’arrivée du printemps, mais ici ce ne sont que des oiseaux.

Il y avait des cigognes perchées sur un grand arbre juste devant l’entrée. Puis j’ai regardé autour de moi et j’ai vu un nid de cigogne. Il y en avait plusieurs à l’intérieur.

J’ose dire qu’à partir de ce moment je pourrais même partir – j’en avais assez vu 🙂 . Bien sûr je plaisante, une petite blague de gamin, même si c’est logique, car c’est une belle expérience pour moi de les voir à cette période de l’année.

Et c’est là que l’aventure du zoo a commencé…

Pendant que nous apprécions et admirons la vue apaisante de tous les animaux du zoo, les cigognes étaient tout le temps avec nous et se tenaient de temps en temps aux côtés de leurs autres confrères dans le parc.

Il en était plein, à la fois dans le ciel et perchées sur des arbres et des poteaux. Je ne mentirais pas si je disais qu’il y avait des nids de cigognes au sommet de chaque arbre que j’ai vu. C’était magique !

Elles étaient si belles et n’avaient pas peur de garder sous l’oeil tous les animaux là-bas. Comme si elles portaient chance non seulement à nous, les humains, mais aussi aux autres créatures du zoo. Leur vol dans le ciel y enveloppait tout l’espace. Elles parcoururent chaque recoin du parc, s’assurant que tout était en ordre.

Elles nous ont aussi montré le chemin – elles nous ont conduits, nous les avons suivis. Nous avons donc réussi à nous connecter à chaque esapce là-bas et à tirer de l’énergie qui y jaillissait comme un puissant volcan de la terre.

Puisque les cigognes que j’ai vues avant d’entrer dans le parc ont tellement attiré mon attention que j’ai voulu plus de cet émerveillement, ah, ce que mes yeux voient !

Peu de temps après être entrés, nous avons tourné sur un pont et à gauche sur l’herbe verte brillante à côté d’un petit magnifique étang se trouvaient des créatures mobiles roses. Elles étaient nombreuses. La prairie en était pleine.

Ces flamants roses marchaient fièrement et s’approchaient de l’allée, espérant une petite gâterie. Ils y étaient vraiment habitués.

Ils marchaient d’un pas important. Comme s’ils voulaient montrer que cet endroit était le leur et que personne ne pouvait le leur enlever. Ils se sont sentis les seigneurs de la prairie et ont attiré l’attention avec leurs beaux costumes et leurs pas confiants.

Certes, nous n’y resterions pas éternellement, sur leur territoire. Tout leur appartenait là-bas.

Les cigognes nous suivaient. Elles étaient avec nous aux flamants roses et avec leur aide nous avons dépassé les pélicans. Elles nous ont guidés et nous ont donné confiance dans le choix de la direction. Nous sommes même devenus impatients de conquérir les autres animaux qui nous attendaient.

Alors, nous avons pu voir les phoques et les pingouins, toujours grâce à elles.

Nous ne pouvions plus imaginer voir les autres animaux sans leur aide. Elles étaient perchées au-dessus de l’étang où nageaient les phoques, et à côté d’eux se trouvait l’étang avec les pingouins.

Ces majestueux oiseaux noirs et blancs voulaient également s’assurer que nous apprécions chaque animal.

A leur tour, elles saluaient les nouveaux que nous allions visiter et les prévenaient que des invités arrivaient.

La performance des phoques était plus qu’artistique. Ils ne se doutaient peut-être pas qu’ils faisaient preuve d’un talent artistique sans précédent, mais ils l’ont fait. Sans aucun doute, nous avons vraiment apprécié cet accomplissement.

Nous avons continué notre chemin, les cigognes étaient toujours au-dessus de nos têtes…

Nous sommes passés à travers des rhinocéros, des poneys, des chèvres, des poules, de beaux pigeons.

La chouette somnolait dans son trou. L’écorce brune de l’arbre contrastait avec son plumage blanc et ne pouvait nous échapper. Bien qu’elle ne souhaitait pas particulièrement notre compagnie, elle était une attraction. Et elle faisait la sieste, qui veut être dérangé quand il dort…

Les chouettes et les hiboux sont des oiseaux nocturnes et je les associe à l’obscurité. Mais c’est exactement pourquoi ils attirent mon intérêt et mon esprit pour les explorer et les observer. Après tout, ce sont toujours des oiseaux…

Et quand j’ai parlé des oiseaux, la beauté a parlé et le paon est apparu. Il sait qu’il est beau et il n’a pas fait attention à nous. Il n’a même pas eu besoin de solliciter notre approbation et nos regards curieux admiratifs.

Je voulais vraiment qu’il écarte largement sa queue pour que je puisse profiter des couleurs qui la recouvraient, mais hélas. Il était modeste et ne voulait pas attacher d’importance. Pourquoi spéculer sur quelque chose que tout le monde savaient.

Les girafes, ah ces longs animaux qui rayonnaient de respect, qui attiraient les plus jeunes visiteurs du parc justement par leur taille.

Et les tigres, les lions, les guépards… Ces prédateurs dont on ne pouvait s’approcher pour rien au monde, mais qui nous enchantaient de loin.

Et pour mon fils ce n’étaient que des félins plus gros 🙂 .

Ils étaient en train de dormir. Apparemment nous avions atteint l’heure de leur sieste de l’après-midi.

Heureusement, à la fin de notre visite du parc, nous avons décidé de prendre le joli train et de refaire le tour des animaux avec de l’œil qui voyait du niveau du train. Alors mon petit était doublement heureux, et nous avons remarqué que certains des animaux dont je parlais se sont réveillés. Et donc nous sommes allés les voir dans toute leur taille et leur force.

Les cigognes nous ont emmenés vers des zèbres aux mêmes couleurs que les leurs. Mais les rayures semblaient tristement rappeler leur vie carcérale face à la liberté des oiseaux.

Les ours nous ont accueillis, levant la main pour saluer et espérant les nôtres.

Les singes jouaient entre eux et se disputaient même. Apparemment, chacun d’eux se battait pour son territoire, ou plutôt chacun d’eux voulait que la branche à côté d’eux devienne leur gibier.

L’aquarium était aussi une grande attraction. A l’intérieur, poissons, méduses, tortues, requins et dauphins ont pris place. Ils nous ont mis au défi de nous arrêter devant chacun d’eux, en compétition pour une place plus près du verre. Ils nous ont donc mieux vus et nous ont également salués.

J’avoue que les aquariums sont mes préférés. Dernièrement, j’ai ressenti le désir d’en obtenir un.

Ils m’apportaient la tranquillité d’esprit et je rêvais d’en ajouter un à ma maison. A l’intérieur de celui-ci il y avait de la vie – des poissons, mais aussi de la végétation, de la verdure – des coraux, etc., et de l’eau délicatement bruyante et apaisante.

Peu de temps après, dans notre promenade, nous avons rencontré des autruches. Heureusement, ils ne s’étaient pas mis la tête dans le sable, mais nous observaient curieusement à travers le filet. À côté d’eux se trouvaient les hippopotames, presque invisibles pour nous, enfouis dans la boue et se prélassant au soleil.

Les deux loups m’avaient l’air tristes, mais assez amicaux. Leur regard sévère, bien connu de nous, s’était transformé ici en une lueur chaleureuse qui venait du fond de leurs yeux.

Les deux lynx étaient parmi les derniers animaux que nous avons trouvés derrière la barrière. Ils tournaient autour de la vitre qui les séparait de nous, nous ont regardés et ont visiblement voulu nous rejoindre. Surtout, mon petit enfant voulait que cela se produise, espérant et pensant que c’était son chat préféré.

Je ne peux pas m’empêcher de mentionner les pandas qui étaient en train de manger de bambou. Les deux bébés récemment nés ressemblaient à des anges ou, je dirais, à des mascottes au zoo. Que Dieu les protège !

Scientifiquement prouvé que les animaux nous rendent heureux

Le contact avec les animaux, comme cela m’est arrivé au zoo, peut libérer l’ocytocine, qui est une hormone du bonheur.

Voyez ce qu’un site nous en dit dans les lignes suivantes. Cliquez ici pour lire l’article complet.

En effet, la biophilie, théorie développée par le biologiste américain Edward O. Wilson, désigne l’affinité innée de l’humain pour le monde vivant et les systèmes naturels. Mais ce concept ne se limite pas à cet aspect car il existe également des paramètres physiologiques concrets qui démontrent les bienfaits de la relation homme-animal.

Côtoyer un chien, avec lequel on a tissé un lien affectif, permet de libérer de l’ocytocine, l’hormone du plaisir. On constate également une réduction du taux de cortisol, indicateur physiologique de stress, dans le sang, et une augmentation du taux d’endorphine, un peptide agissant comme un neurotransmetteur et responsable de la sensation de bien-être. Au-delà de ces bienfaits visibles, cela permet de ralentir le rythme cardiaque et de faire baisser la tension artérielle. (Odeendaal, 2000).

Le contact avec les animaux semble également bénéfique pour notre santé, tant physique que mentale. Ainsi, par exemple, le fait d’avoir un animal de compagnie permet non seulement de réduire la tension artérielle mais aussi d’avoir une activité physique plus intense et de renforcer notre système immunitaire. (Anderson et al, 1992; Nimer and Lundahl, 2007).

La relation avec un animal de compagnie nous permet d’être plus empathiques avec les êtres vivants en général et avec les personnes, en particulier.

Le poème ‘L’hiver touche à sa fin’

C’est encore l’hiver, mais ça sent bon le printemps. Les fleurs des arbres ornent déjà leurs cimes et me font les chercher.

Cette année est différente des autres. J’ai hâte de les voir plus que jamais devant moi, sentant et répandant leur merveilleux parfum partout où j’irai.

Cette année, j’ai vu des cigognes plus tôt, car en Espagne, elles ne volaient pas vers le sud vers des pays plus chauds pour passer les mois froids, comme dans ma patrie, la Bulgarie.

L’expérience au zoo a été unique et inoubliable, ainsi que de nombreux moments cet hiver. C’est pourquoi je veux le terminer par un verset que j’ai dédié à cette saison.

Autrement dit, à cet hiver froid, qui ne m’apportait que de la négativité dans le passé, mais maintenant j’essaie de redécouvrir son charme.

Dans ce paysage hivernal,
Les étincelles du soleil se frayent un chemin à travers chaque flocon de neige
Et rendent chaque espace blanc éblouissant,
Les fondant doucement en magie,
Les embrassant inlassablement jusqu’à ce qu’ils soient complètement fondus.

Les poussant à rêver, à tomber dans le piège de l’infini,
Pour enfin s’abriter dans le sol au printemps
Et renaître de l’éternité jusqu’aux prochaines gelées.

Ce poème participe à l’événement “Recueil de poésies sur la conscience bienveillante” du blog declic-et-vie.com. J’apprécie beaucoup ce blog et mon poème préfé de l’autrice est Mon majestueux cocotier !

Conclusion

Et pour finir le voyage au zoo, vu le bonheur que les animaux m’ont apporté là-bas, je dirais que le bonheur est atteignable, à tout moment de l’année. Oui !!!

Et moi, ayant réussi à m’attacher à eux, qui m’ont donné tout leur amour sans bornes, j’ai réussi à le leur rendre. J’ai réussi à redonner mon amour pour les animaux en général, gagnant que des points positifs en leur compagnie.

De plus, chaque saison a ses avantages et ses inconvénients. Nous ne devons pas rechercher la perfection, mais nous devons apprendre à apprécier et à voir le positif dans n’importe quel espace de temps. Aussi pour être reconnaissant qu’ils soient là pour nous distraire de la vie quotidienne trépidante, pour faciliter nos journées, pour être en pleine forme à tout moment de l’année.

J’avais l’habitude de tout ignorer. Maintenant je ne rate plus les plus petits moments que je vis et qui me procurent du bonheur.

Maintenant, j’essaie d’exprimer mes émotions, car en les expérimentant, je les accepte mieux. Des moments agréables et désagréables dans ma vie. Les laisser sortir signifie laisser passer le bonheur dans mon cœur, me permettant d’être parfois heureuse et triste. De cette façon, je permets que des vécus désagréables, mais aussi agréables, m’arrivent.

J’ai donc permis à mon cœur de s’ouvrir à nouveau aux animaux ! Ce qui me rend très heureuse et encore plus amoureuse de la vie – de vivre les émotions de mon enfance !

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

21 mars 2022 à 12h28

Pour vivre aux côtés des animaux depuis mon enfance je peux confirmer qu’ils nous rendent heurexux. Ils ont cette capacité à provoquer chez nous plein de bienfaits : réduction du stress, empathie etc… ce n’est pas pour rien que de nos jours, ils accompagnent aussi certains professionnels de santé pour des activités thérapeutiques.



21 mars 2022 à 12h54

Je te rejoins totalement par rapport au fait que les animaux nous rendent heureux. C’est reconnu vs les chiens, les chats mais aussi les chevaux par exemple. A titre personnel, j’adore les observer ;). Merci Genka pour ton article qui m’a fait voyager !



22 mars 2022 à 8h58

Bonjour,
J’a eu moi aussi une phase très difficile où je ne ressentais plus rien. Le vide intérieur ! C’était vraiment bizarre: Zéro sentiment, Zéro émotions … Une façon particulière – que je ne connaissais pas – de faire une dépression !

Depuis, je suis de nouveau complétement « normale ». à mes côtés j’avais mes 2 chats que j’aime par dessus tout. Ils m’apportent beaucoup d’amour, même s’ils m’apportent aussi beaucoup de travail parfois xD

J’ai un pass annuel pour le Zoo que je n’ai quasi pas utilisé alors que j’aime moi aussi aller au zoo, admirer les animaux et les photographier. C’est agréable et fait du bien !

Ce qui me dérange par contre, c’est que les animaux n’ont vraiment pas beaucoup d’espace pour vivre et que souvent les Zoos sont bondés de monde. Il faut arriver à y aller lorsqu’il n’y a presque personne …



    22 mars 2022 à 15h22

    Merci pour ton retour Marie ! Il y a beaucoup de raisons dans ce que tu dis, il n’y a pas assez d’espace et c’est pourquoi certains ont même l’air triste, mais ce n’est que mon interprétation. Cependant, les admirer est merveilleux !



23 mars 2022 à 19h49

Quel plaisir de lire ton article … je me suis laissé porter par tes mots en m’imaginant voir les animaux que tu décrivait … une belle balade remplie de belles rencontres … Les animaux me permettent de me connecter à mon animalité, pas la bestialité mais la connexion intime qui nous relie à Gaïa, notre D’Âme Nature.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.