articles poèmes / défi 1 / News

Passer de la haine à l’amour

Aujourd’hui, je vais vous parler de la façon dont je suis passée de la haine à l’amour dans ma vie. De plus, mon article sera un peu différent et je donnerai un sens particulier aux vers que je vais publier.

Cette fois, je partagerai quatre poèmes que j’avais déjà écrits à différentes étapes de ma vie. Ces étapes sont logiquement liées à mes expériences individuelles et à l’accumulation de celles-ci. Dans une certaine mesure, ils marquent mes transformations, qui ont culminé avec la naissance de mon fils et ont commencé à définir l’amour dans ma vie aujourd’hui. J’ai décidé qu’il serait bon de les traduire, car ils décrivent clairement mon chemin d’amour.

En fait, ce sont des tournants dans ma vie. Chacun d’eux célèbre des événements importants qui me changent et dictent mon épanouissement et ma croissance futurs.

Maintenant, je suis ce que tous ces événements m’ont fait – la meilleure version de moi-même. Ou du moins j’essaie chaque jour d’être celle qui a plus d’amour en moi que de haine ; qui est plus audacieuse et plus libre, au lieu d’avoir constamment peur.

Alors on y va 🙂 !

Perdre l’appétit pour la vie

Le premier poème révèle le temps pendant lequel j’ai fait l’expérience de mon faux moi.

J’ai essayé de prétendre que je vivais ma vie, que j’étais qui je voulais être, mais j’ai gagné en négativité.

Je n’avais aucun respect pour moi-même et je ne pouvais pas le gagner des autres de cette façon. Tout le temps, je me suis mentie. J’ai ressemblé aux autres et fait semblant d’être humain, mais je n’ai pas montré ce que j’étais vraiment à l’intérieur.

Par conséquent, le moment est venu où je ne voulais pas me réveiller le matin et je n’avais aucun amour pour moi-même. En fait, j’avais un manque aigu d’appétit pour la vie. C’est ainsi que commencèrent lentement l’auto-accusation et les pensées destructrices.

Quand j’ai commencé à ‘ramper sur le sol’, j’ai finalement réalisé que quoi que j’essayais d’être et de montrer que j’étais, ce n’était tout simplement pas mon vrai moi, pas même la plus petite partie de celui-ci.

Essayer de ne pas être moi-même et vivre la vie de quelqu’un d’autre m’a rendu complètement fatiguée, épuisée, physiquement et mentalement. Rien ne s’est bien passé et j’ai perdu la motivation de passer à autre chose.

Quand j’ose être moi-même aujourd’hui, la culpabilité et l’apitoiement sur moi-même pour avoir échoué dans quelque chose, fait une erreur ou manqué une tâche disparaissent progressivement.

Mais cela arrive bien après ce moment d’insatisfaction de la vie. Cela se produit même en ce moment et j’apprends toujours à être moi-même.

Je réalise que comme tout le monde, je ne suis qu’une personne qui apprend et grandit constamment et qui a le choix de changer chaque jour.

Poème « Personnel »

J’y suis allée – j’ai demandé
Vous êtes seule?
Et la réponse était claire –
C’était plutôt une question – ça va?
Je reprends la conversation
Mais ensuite elle a disparu
Et en moi – sans aucun doute l’horreur
Qui se cachait et s’arrêtait là …
Mais était-ce vraiment elle
Pourquoi était-elle partie comme ça ?
Son cœur était-il insidieux ?

Se cachait-elle dans le noir…
J’ai regardé autour – hélas
Elle semblait s’envoler – des larmes
Coulèrent de mes yeux
Et ce n’est qu’alors que j’ai réalisé
Qu’elle rampait –
Bon sang –
C’était juste moi,
Il n’y avait pas d’autre réalité !

Recevoir le soutien de mes proches

Avec le deuxième poème, je fais référence à ma période difficile, lorsque je me suis cachée de tout le monde et que seuls mes proches m’ont tenu la main et ne l’ont lâchée qu’à la fin.

Partager l’amour, partager le bonheur

J’étais assise sur un banc, seule et je ne voyais rien devant moi, il n’y avait pas d’avenir, il n’y avait rien … même s’il y avait des paysages magnifiques et intéressants partout et des moments que j’ai ratés, j’étais aveugle à eux. Maintenant, je fais plus attention à ce qui m’entoure – je remarque tout autour de moi, même le plus discret, qui est ici et maintenant – dans l’instant présent. Cela remplit mes yeux et je l’apprécie pleinement.

Nous décidons de notre propre destin,
Nous agissons et travaillons tout plein,
Nous faisons preuve de persévérance et de patience,
La vie elle-même est notre inspiration et nous influence,
Chaque seconde volant dans les nuages,
Faisant nos propres plans, ayant des ambitions,
Résolvant hardiment nos problèmes,
N’inclinant nos fronts fiers devant personne,
Ouais, ça sonne bien…
Si nous récoltons notre succès seuls et sans travail acharné.


Hélas, je vais enfin te décevoir,
En fait, je vais t’aider sans te flatter,
Lorsque tu sens une boule dans ton estomac,
Et quelque chose de désagréable t’est arrivé.
Mais il y a quelqu’un pour t’aider à cette heure.
Alors sois reconnaissant au destin,
Qu’il y a quelqu’un à côté de toi et il est très précieux.

Parce que l’homme est toujours seul et peu sûr,
Quand il n’y a personne sur qui s’appuyer,
Quand nous luttons dans nos vies troublées
Et nous n’avons personne avec qui le partager
Et sa douleur à surmonter
Mais aussi du bonheur quand nous l’avons.

L’amour donne naissance au grand amour

Le troisième poème marque l’apparition de la créature la plus douce de mon monde – mon fils. Cela a vraiment donné un sens à ma vie et en a fait une grande et passionnante aventure qui ne finira jamais et durera éternellement.

Prière parentale

Tout a commencé d’une manière inattendue.
Le destin nous a-t-il réunis ou était-il le dieu,
Peut-être la vérité était quelque part au milieu,
Quoi qu’il en soit, nous avons créé,
La créature la plus douce et la plus innocente,
Quelle magie s’est produite, c’était notre bébé,
Magie si sincère et même réconfortante,
Nous sommes tombés amoureux de lui –
Il était notre reflet, aussi un don béni et gratuit,
Nous avons commencé une bataille parentale,
Mais nous ne savions pas contre qui nous allions nous lutter,
Parfois, il n’y avait pas de repos et la fatigue semblait augmenter
Pourtant, rien d’autre n’était plus merveilleux.
Si nous manquons le point important,
Soudain, il grandira,
C’est pourquoi chaque instant avec lui,
Nous rend heureux et reconnaissants,

Même une seconde sans cette charmante créature,
Cela nous attristera et nous privera de bonheur.
Cher bébé, souviens-toi !
Nous serons toujours avec toi,
Nous serons ton soutien éternel,
En te donnant notre amour paternel et maternel.

Faire partie d’une société

Le dernier poème s’inspire déjà du temps considérable passé avec mon enfant. Je sais que cela peut sembler d’une naïveté enfantine, mais cela a un sens profond pour moi. Mon fils a ouvert mon cœur et mes yeux au monde, à tous les êtres vivants, à la vie !

J’ai réalisé que je fais partie de la société et que j’y ai ma place comme tous les êtres vivants.

Alors là, j’exprime déjà mon attitude humaine envers chaque organisme vivant. Je respecte la nature et l’environnement de toute la Terre. En plus de faire partie de la société et de l’humanité, il existe autour de nous une flore et une faune variées que nous devons également valoriser et respecter.

J’ai écrit ce poème sur la base d’une expérience réelle. Mon garçon se tenait à côté du chat; le chat me regardait, le petit me regardait aussi.

Et du coup, cela s’est avéré être une superbe photo.

C’était sa première photo avec un chat, qui semblait annoncer une amitié éternelle – ils ressemblaient vraiment à deux amis.

Quand ma sœur l’a vue, elle m’a suggéré d’écrire un poème sur cette photo. C’est pourquoi je l’ai écouté – j’en ai écrit un.

Maintenant, il y a un grand souvenir de ce grand événement dans la vie de mon petit enfant.

Cela a marqué le début d’un grand changement, une première amitié inoubliable et un vrai poème.

J’ai abordé ce poème avec un peu d’humour. N’hésitez pas à accepter cette comptine comme une petite fable, qui vise à donner une agréable leçon de vie.

Amour amical

‘Quand on sait que chacun dans le groupe ose prendre sa place, s‘occupe pour que chacun puisse et ait la permission réelle de prendre sa place, alors une espèce de truc magique qui se passe et il y a de la place pour tout le monde […] Faire de la place à chacun et pour le reste laissez faire l’univers. S’avoir s’aimer ça s’apprend, c’est notre bien le plus précieux, alors cultivons-le’ Camille Syren dans sa TEDx talk

Deux amis fidèles,
Ont été photographiés en souvenir,
Le premier était le chaton gris,
L’autre – l’enfant d’une mère,
Le premier regardait autour de lui,
Et fronçait les sourcils,
L’autre riait,
Allez, souris, on lui a dit,
Et c’était ce qu’il a fait,
Mais ce dernier fronçait les sourcils,
Pourquoi tu refuses de rire? – on lui a dit,
Et ils semblaient offensés –
Ils fronçaient tous les deux les sourcils,
Alors le singe qui était sorti du cirque,
Se tenait devant eux, (il était un vrai narcissique)
Et les sourires tant attendus sont apparus,
Alors qu’il leur racontait des blagues folles,
Puis des oiseaux les ont survolés,
Et tout le monde a chanté
Chansons drôles et même pour danser,


Enfin les sourires des deux,
Sont notés sur une photo,
De la photographe novice, Madame ‘Zèbre’,
Puis elle est devenue un géant célèbre,
Et parmi les cercles photographiques,
Elle est devenue plus aristocratique,
Tout à coup j’ai dit STOP et tout s’est arrêté,
Mais le souvenir allait rester,
Et avec le temps maman allait raconté,
Une fois que le garçon grandissait,
L’histoire de cette photo d’amitié,
Qui est instantanément devenue leur préférée 🙂 .

Grandir en tant que personne et construire le caractère

J’ai réussi à réduire les larmes amères. Maintenant il est temps pour celles causées par le bonheur qui se passe dans ma vie. La tristesse, l’anxiété et l’haine constantes cèdent progressivement la place à la satisfaction, à la joie et à l’amour.

Alors qu’il y a des années, j’ai comblé les lacunes et les fissures en moi-même en achetant des choses matérielles, en poursuivant des intérêts et en copiant le comportement des autres. Maintenant je les remplis d’une vie de qualité, poursuivant mes rêves purs, aussi avec mon amour, avec ma gratitude. Pour que je puisse enfin dire que je donne déjà un sens à ma vie.

Alors qu’avant je ne cherchais que l’approbation des autres, maintenant je donne l’exemple et j’apprends des meilleurs.

Alors qu’avant je m’attendais à ce que ma vie change de l’extérieur, maintenant j’ai commencé à faire bouger les choses par moi-même et à les changer.

Il y a quelque temps je me demandais quel comportement choisir devant une personne, maintenant je suis en train de m’en foutre et je suis moi-même.

Alors qu’avant je ne m’aimais pas et ne m’appréciais pas du tout. Maintenant, petit à petit, j’ai commencé à me respecter.

Je sais qu’en me respectant, je respecterai tous les êtres vivants. Je fais des petits pas. J’ai commencé à apprécier les relations interpersonnelles et les conversations, à rencontrer des gens, à prêter attention à d’autres choses (comme la flore et la faune) autour de moi qui ne sont pas moins importantes.

Alors, j’ai commencé à respecter l’amour en general (celui que je veux donner et celui que je veux recevoir).

Apprenons à gérer nos emotions

Lorsque nous ne pouvons pas gérer nos émotions, elles commencent à leur tour à nous gérer.

Nous perdons le contrôl sur elles et elles commencent à nous influencer. Et si elles sont négatives, nous tombons dans un trou, nous tombons dans la dépression.

Elles ont commencé à conquérir notre conscience. Nous nous détestons, nous détestons que nous ne pouvons rien changer, mais en fait ce sont elles qui nous changent.

Nous commençons à nous sentir mal à l’aise, nous pensons que nous sommes nuls. Alors nous essayons d’être quelqu’un d’autre, nous nous énervons parce que ça n’aide pas, et nous finissons par abandonner la vie.

Plus tard, nous réalisons qu’avec la bonne attitude et les bonnes pensées, nous seuls pouvons changer.

Lorsque cela se produit et nous rendons compte que le changement est possible à chaque instant de notre vie et que chaque jour est une opportunité de changement, alors notre monde et notre compréhension de l’existence de ce monde changent drastiquement et nous commençons à vivre pleinemen.

Nous nous sommes acceptés tels que nous sommes, nous continuons à ressentir toutes sortes d’émotions en nous-mêmes, mais nous savons que c’est normal.

Nous savons qu’ils font partie de nous, nous apprenant à les gérer. Réalisant qu’ils existent, mais que c’est nous qui les gérons et ne les laissons plus nous ruiner et nous tuer petit à petit, nous apprenons à vivre avec elles.

Remplissons nos cœurs d’amour, pas de haine

Alors la haine fait place à l’amour, nous aimons nos erreurs, nos défauts et nos qualités. Nous sommes humain, et qui n’a pas tort ?

Nous faisons des erreurs et apprenons d’elles. Elles nous font grandir et devenir non seulement plus efficaces, mais aussi plus confiants et plus indépendants.

Nous n’avons besoin de personne d’autre pour nous dire que nous sommes un individu. Nous avons juste besoin de croire et de savoir que nous sommes dignes et précieuses pour nous-mêmes.

La transition est très douce et se fait progressivement avec un travail acharné de notre part. Il n’est pas facile de faire le premier pas vers le changement.

Une fois que nous réalisons que tout ce qui se passe dans nos vies est le reflet de nos pensées et que nous pouvons les changer, le changement commence déjà à se produire.

La vie ne devient pas parfaite, et nous ne sommes pas parfaits non plus. Mais ce qui se passe, c’est ce que nous voulons, car nous pouvons recommencer tous les jours.

Pour être heureux et amoureux de la vie, nous n’avons pas besoin d’être parfaits

P.S. une rose d’amour imparfaite, belle comme toutes les autres et ayant sa place dans ce monde comme les autres fleurs de son espèces. ❤

Si jamais je décide de devenir perfectionniste, je perdrai l’opportunité de m’aimer à nouveau, d’aimer les autres et la vie dans laquelle j’ai l’honneur d’être l’acteur (pas spectateur) et celle qui compte le plus.

Je vais aussi perdre l’occasion d’être heureuse.

Parce que nous nous aimons et aimons les autres malgré nos défauts et malgré leurs défauts. Et sans le savoir, en tant qu’êtres humains, nous ne pouvons pas exister.

Le désir d’être parfait nous éloigne de l’humain, de la normalité et du développement que nous souhaitons vivre afin d’atteindre la réussite et le bonheur intérieur…

Je vais terminer ces mots par un extrait d’une vidéo de TEDx Talcs dans laquelle Pascal Molho parle ‘de l’art de se rendre la vie plus belle’ et cela m’a vraiment ému :

‘Je suis loin d’être parfaite, ce n’est pas le but, l’important c’est d’être plus conscient de ce qui se passe pour nous‘.

En conclusion

Et vous, avez-vous tendance à choisir la voie de l’amour ou préférez-vous rester au pays de la froideur et de l’apathie envers la vie, et aussi nager dans les profondeurs du perfectionnisme ? Pensez-vous que vous n’avez pas la chance de vous aimer et d’aimer la vie pour y revenir ?

Moi, je pense que tous les êtres ont une place bien méritée pour faire partie de la vie et de la société ici et maintenant. De plus, ils méritent d’en faire l’expérience et d’être là de la meilleure façon possible et d’être remplis d’amour et de bonheur.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Photo by Mayur Gala, Christopher Beloch, Hannah Busing on Unsplash

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

5 juillet 2021 à 18h49

Ce sont toujours de très belles et douces paroles merci !



Nicolas
5 juillet 2021 à 18h51

Très joli remède à ce sentiment dévastateur qu’est la haine (ou la colère d’ailleurs).
Vous semblez avoir trouvé votre remède c’est bien. Personnellement je l’ai trouvé dans la lecture de comtes philosophiques… « Zadig » de Voltaire, « Jacques le fataliste » de Diderot etc… Cela me détend de façon incroyable et je peux continuer à aimer mon prochain sans limite 🙂



7 juillet 2021 à 8h46

Très beau partage Genka et je t’en remercie. Ton article me fait penser à la métaphore de la chenille qui refuse le changement car elle ne sait pas qu’elle deviendra papillon … j’ai écrit un petit ‘Haïku’ à ce sujet que je te partage en avant-première

Un charbon
remercie toujours Gaïa
lorsqu’il
devient diamant
::
Telle la chenille
remercie la Vie
lorsqu’elle
devient papillon



9 juillet 2021 à 22h48

Quelle plongée dans ton passé! C’est interessant de voir le lien qu’est le poème à tout instant de ta vie, présent. Passer de la haine à l’amour est tout un cheminement. j’aime beaucoup ton résonnement sur le fait de ne pas être parfait.
En fait, nous sommes toujours en train de grandir, d’apprendre sur le monde, mais aussi nous-même. Il y a beaucoup de choses qui me parlent dans cet article. Ne plus rechercher de reconnaissance, se respecter soi-même, attirer le positif tout d’abords en changeant positivement notre vision du monde.
Merci!



11 juillet 2021 à 22h33

Merci pour cette article qui nous rappelle que nous sommes tous humains et que chacun de nous peut traverser la vie en y puisant de merveilleuses leçons. Et si la réponse trouvée est l’amour alors cela signifie que nous sommes sur le bon chemin. Plus le temps passe et plus on se rend compte que le reste importe peu.



    12 juillet 2021 à 8h43

    Oui, c’est vrai, l’important est de comprendre que nous sommes là pour un moment et que nous n’avons pas besoin de gâcher nos vies dans des émotions négatives qui nous tuent petit à petit.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.