articles poèmes / défi 1 / News

Tout commence dans l’enfance : plus de Tedx

Tout commence dans l’enfance et nous aide à mieux nous comprendre. Je travaillais sur mon blog depuis plusieurs mois maintenant et tout ce que j’ai fait en rapport avec celui-ci m’a aidé à analyser non seulement le bonheur en général et mon bonheur que j’ai eu dans ma vie quotidienne. Aussi comment être plus heureuse, mais cela m’a aussi aidé de m’auto-analyser. C’est-à-dire que l’adulte que je suis maintenant est une collection de toutes mes expériences et actions jusqu’à présent.

Cependant, l’enfance joue un grand rôle dans la construction du caractère, et c’est ce que j’ai réussi à apprendre en travaillant sur mon blog ces mois-ci. Un moment extrêmement important pour le futur adulte est de traverser au mieux son enfance. Voici ce que j’ai trouvé sur un site à ce sujet :

‘La petite enfance […]. Il s’agit d’une période cruciale pour l’enfant en ce qui concerne son développement. Car cette période pose les bases nécessaires à l’apprentissage et au bien-être de l’enfant tout au long de sa vie. Elle est donc considérée comme la phase de développement la plus importante de la vie, celle qui forme les futurs adultes, et par voie de conséquence la société de demain.’

Est-ce que tout commence dans l’enfance ?

Eh bien, au moins c’est dans l’enfance que la vie humaine commence et que le caractère d’une personne commence à se construire. À partir de cette période commencent toutes les vidéos tedx que je vais vous montrer. Les présentateurs retournent en enfance pour commencer leur histoire et nous montrer que tout commence par là.

Aujourd’hui, je vais vous présenter plus de vidéos TEDx. Elles parlent de :

1. Comment faire pour ne pas manquer de confiance.

2. Comment retrouver notre voie en revenant à notre enfance et nous souvenir de ce que nous étions à cette époque et de ce que nous aimions faire.

3. Pourquoi nous devrions nous ouvrir à aux autres pour être plus heureux et vivre plainement.

4. Comment avoir la liberté d’être nous-mêmes.

5. Enfin, j’ai choisi une vidéo qui parle du sujet : ‘Pour dépasser ses peurs c’est oser être nous-mêmes’.

On y va 🙂 !

Manque de confiance : comprendre le cerveau pour l’affronter | Lisa Lai | TEDxINSA

Lisa Lay commence son histoire en remontant à son enfance et à son manque de confiance en soi et d’estime de soi durant cette période. Elle mentionne la competition qu’elle a eue avec sa sœur aînée de six ans à l’époque. D’ailleurs, sa sœur n’était pas au courant de cette competition et elle la vivait exclusivement seule. Elle a mené cette bataille a l’intérieur d’elle-même. Pour ne pas culpabiliser que ses parents se sentent impuissants de ne pouvoir l’aider, elle se tut et prétendit que tout allait bien. Mais le problème avec la carapace qu’elle a créé était toujours là.

Elle parle également du fait que chaque pensée négative vient de notre esprit et que c’est seulement là que nous pouvons contrôler. Elle énumère quelques phrases négatives pour nous donner des eemples et elle souligne qu’elles sortent de nos têtes. La manque de confiance peut être surmonté en acceptant d’abord ce sentiment et en réalisant ensuite qu’on doit peser les points positifs de toute cette situation qu’on prend finalement.

Quand quelqu’un échoue dans quelque chose il ne doit pas vivre cet évènement non plus comme un échec mais plutôt comme une étape vers la voie qu’il doit vraiment suivre.

Dès qu’elle manque confiance en elle au lieu de se dire des choses négatives, elle respire un peu et elle se dit : Quels sont les points positifs que cet évènement va pouvoir m’apporter, j’arrête de me fuir et je decide d’affronter.

Vous pourrez trouver vous aussi une solution pour vous permettre de transformer ce qui vous empêche d’avancer en un véritable moteur qui vous emmènera là où vous souhaitez.

Comment trouver sa voie ? | Marie Dosiere | TEDxPoitiers

Dans cette vidéo inspirante, Marie Dosier nous raconte son parcours pour devenir qui elle est en ce moment et avoir l’opportunité de travailler sur ce qui la rend heureuse. Elle nous invite à nous demander ce que nous aimions faire quand nous étions enfants. Elle veut que nous trouvions la réponse à cette question pour enfin réaliser ce que nous allons vraiment faire avec notre cœur et avec grand plaisir. Cela nous rendra également heureux.

Enfant, elle a gommé ses différences, cédant aux règles et comportements qui lui sont imposés. Elle est devenue avocate. Elle a travaillé dur pour trouver ce travail, elle a mis beaucoup de travail et d’efforts. Ici elle parle également de la différence entre ce d’avoir de la chance et travailler dur pour que quelque chose nous arrive. C’est ce qu’elle a fait – elle a travaillé dur pour entrer dans cette profession juridique.

Mais c’était un métier de rigueur. À un moment donné, elle s’est retrouvée à la radio. Petit à petit elle a commencé à animer une émission et finalement le travail de coeur a emporté et aujourd’hui elle est communicative et a créé sa propre société de production.

Souvent, ne pas insister, ne pas aller jusqu’au bout, ne pas oser ce n’est que l’expression du manque de confiance en soi.

Les différence sont nos forces.

Souvent on attend d’avoir confiance en soi pour faire quelque chose mais en fait ca ne se passe pas du tout comme ca. C’est l’inverse. Il faut faire pour avoir confiance en soi. Il faut oser faire, refaire pour avoir confiance en soi et plus on fera plus notre confiance elle grandira réellement.

J’ai aimé beaucoup cette phrase : “Chassez le naturel et il revient au galop”

Comment je suis passé de vivre sous la peur à m’ouvrir aux autres ? | Marine BILLET | TEDxOrléans

Son enfance difficile comme tremplin vers sa réalsiation actuelle

Marine Billet a eu une enfance difficile, a été rejetée par ses camarades de classe et a aussi été maltraitée. Elle était un enfant hypersensible. Elle ne parlait pas beaucoup, voire pas du tout. Mais c’est ce chemin qui lui a amené à faire ce qu’elle aime vraiment c’est-à-dire s’exprimer à travers ses films. Et puis c’est cette enfance qui lui a donné la niaque de faire face aux aléas de ce métier.

Elle est réalisatrice et c’est au fur et à mesure de la réalisation de ses films qu’elle s’est rendue compte qu’ils avaient tous un point commun, elle s’interroge sur notre place dans la société. Elle tente d’illustrer comment donner un sens à sa vie, comment être libre et responsable, comment sortir du conditionnement qui vient de soi ou de l’exterieur. Donc en fait comment vivre en soi pour pouvoir vivre ensemble.

Faire des petits pas, mais toujours agir

J’avance en faisant le plus petit pas possible. Le premier pas c’est le plus difficile parce que c’est le premier. Donc du coup je place un objectif facile qui va me demander peu d’efforts.

C’est en réfléshissant à cette conférence qu’elle s’est rendue compte que ses films suivaient chronologiquement sa façon d’aborder le monde. Son premier film raconte l’histoire d’un homme seul dans un environnement hostile. Son deuxième film s’érargit à la sphère sociale en s’interessant à des familles. Et son troisième film s’ouvre sur des être vivants et sur la planète entière et c’est un film plein d’espoir.

Pour expérimenter ‘vivre ensemble bien heureux’ elle a donc dans un premier temps apprivoisé sa peur d’être visible, elle s’est dit ‘cette peur d’exister elle est en elle mais elle n’est pas cette peur’. Devenir réalisatrice a donné un sens à sa vie et avoir un sens à sa vie lui a aidé à s’ouvrir aux autres. Tout ça c’est work in progress. L’inverse c’est vrai aussi. C’est-à-dire quand elle s’ouvre aux autres elle s’est rendue comte qu’elle se sentait mieux. En fait c’est un cercle vertueux.

J’ai compris que le regard des autres qu’il soit hostile ou bienveillant ça ne me définit pas. Il y a des enfants partout dans le monde qui, comme moi, ont demarré leur vie sur un faux depart. Mais une fois l’adulte on est l’unique responsable de sa vie. La vie n’est ni rose ni noire elle est ce sur quoi je porte mon attention.

Ce qui lui a permis de se sentir vivante c’est d’agir. D’agir pour elle, pour les autres, pour le monde. Le jour où elle ne se sent pas bien avec elle-même elle fait l’effort de s’ouvrir aux autres et d’agir avec bienveillance. Ça change ‘le vivre ensemble’ et donc la manière dont elle vit avec elle-même.

Se connecter à l’amour

Chaque jour elle s’engage à se connecter à l’amour parce que ça s’entretient cette chose-là.

Les jours où elle arrive à la fois agir pour le bien commun et pour son propre bien-être et bien c’est là qu’elle se sent dans la plénitude et qu’elle se sent seraine.

Elle donne un exemple avec le livre de Pablo Servigne et Gauthier Chapelle : ‘De tout temps chez les humains, les animaux, les plantes, les champignons et les micro-organismes : Ceux qui survivent le mieux aux conditions difficiles ne sont pas forcément les plus forts, mais ceux qui s’entraident le plus.’

‘Ce sont les plus idividualistes qui morront les premiers.’

Si on se demande avant d’aller se coucher : « De qui ai-je reçu de l’amour aujourd’hui ? » meme si cette personne ça n’est de personne aujourd’hui, au moins est-ce de moi-même.

L’amour c’est inné, mais surtout ça s’apprend. L’amour, c’est une décision quotidienne.

C’est parce qu’on se croit separés les uns des autres qu’on vit dans le jugement, la peur, la comptétion. Mais l’amour c’est leur appel à l’unité.

J’aime donc je suis.

Enfin libre d’être moi | Patrick Collignon | TEDxDunkerque

Avoir peur du regard des autres dès l’enfance

Patrick Collignon explique que depuis l’enfance il a cessé d’être lui-même en faisant ce qu’il a à faire pour ressembler à ce que les autres voulaient qu’il soit.

Est-ce que je suis suffisamment comme il faut ? C’est une question qu’il se pose comme d’habitude quand il se montre au regard des autres : j’ai comme un doute. Ce doute c’est un vernis, une petite couche au-dessus d’une peur qui est là depuis vraiment longtemps. La peur d’être critiqué, jugé, rejeté et de nous retrouver ici maintenant devant tout le monde seul, seul au monde.

Tu n’es pas responsable de ce qu’on a fait de toi. Mais tu es responsable de ce que tu fais de ce qu’on a fait de toi. Jean-Paul Sartre

Le modèle vers lequel nous devons nous tourner

Il nous invite à prendre contact avec les parties de nous-mêmes que nous avons rejetées au fil du temps. Il nous donne un modèle de personne et nous fait savoir qui est cette personne qui a les qualités suivantes :

  1. Confiante et autonome;
  2. Audacieuse et résiliente;
  3. Sensible et à son écoute;
  4. Determinée.

Cette personne c’est nous à deux ans.

Rappel à l’enfance et notre héros préferé

Alors, toutes les parties que nous avons refoulé au cours de temps elles sont là, en nous. Pour les réapprivoiser il faut simplement changer le regard que nous avons sur nous-même. Pour ça il nous pose une dernière question pour la route. Il nous invite à nous rappeler qui etait le heros de notre enfance. La personne ou le personnage a qui nous avions vraiement envie de ressembler et quelle etait sa principale valeur, sa compétence, sa qualité.

À partir d’aujourd’hui, il nous invite à changer les choses. À nous réapproprier tout notre être en entier pour être acteur de nos vies et pas acteurs à mi-temps ou demi-acteur. Ça commence ici et maintenant et ça commence par quelques phrases simples. Il nous invite à tous nous dire : J’ai ma place ici, je peux m’exprimer ce que je pense et ce que je sens, j’ai confiance en moi, je suis autonome, et j’ai de la valeur. J’ai des qualites et la première d’entre elles si jamais nous avons besoin d’un socle pour nous lancer, la première d’entre elles c’est celle que nous avons reconnues chez le héros de notre enfance. À partir du moment ou nous l’avons vu chez lui.

Dépasser ses peurs, c’est oser être soi même | Paul-Henri de Le Rue | TEDxValenciennes

Il revient également sur son enfance, en disant qu’à un très jeune âge, il s’est rendu compte de manière intuitive que pour être heureux, pour être épanoui, il faut être capable de depasser ses peurs au quotidien.

Comment transformer nos peurs en moteur plutôt qu’en freins ? Pour Paul-Henri de le Rue dépasser ses peurs c’est oser être soi-même.

Il parle de ses succès et de ses échecs. Lorsqu’il est devenu vice-champion du monde junior, il était si heureux qu’il a terminé quatrième lors de la course suivante. Il explique ce qui s’est exactement passé. Il était si heureux, et cette joie s’est transformée en euphorie, et l’euphorie a engendré un comportement destructeur. ‘Au lieu de regarder l’objectif, d’etre pleinement dans ce que j’avais à faire pour atteindre mon résultat, j’ai préfère me regarder mon nombril.’

Il cite ici son cousin qui lui donne quelques phrases motivantes à ce moment-là : L’échec fait partie de la construction. et Si tu veux atteindre la lune il faut viser les étoiles.

3 clés :

1. C’est la pensée magique, celle qui vous conditionne. C’est celle qui vous porte qui vous permet de toujours vous rqppeler qui vous êtes.

2. C’est la pensée motivante, c’est celle qui vous tire du plus profond des abysses, qui vous remet en action, qui vous donne de l’énergie, qui vous permet de ne jamais oublier où est-ce que vous allez.

3. L’instant présent qui vous ancre ici et maintenant; qui vous permet vivre pleinement votre vie, qui vous permet à ne pas réfléchir à la peur de la peur de demain.

Il se termine par des phrases assez inspirantes qui nous replongent en enfance, nous invitant à répondre à la question de savoir quels sont nos rêves : Quand j’étais enfant, le monde pour moi était magique. Aujourd’hui il est encore plus que magique. Je suis père de deux enfants. Je m’éclate. Vous savez pourquoi ? Parce que je n’ai jamais renoncé à ma capacité à vivre mes rêves. Hier, comme aujourd’hui, comme demain. C’est ce qui m’identifie. C’est mon identité. Et vous, quels sont vos rêves ?

Rappel d’un rêve de l’enfance

Vivre l’instant présent

Une petite dose de magie s’opère devant moi,

Elle se déverse doucement mais fort et ça me surprend,

L’eau est pulvérisée dans le néant,

Et ça revient encore et encore,

Je me sens soulagée,

C’est l’instant présent qui s’endort

C’est peut-être une magie sans fin,

Des fontaines,

Des étangs.

Je vois les cristaux liquides

Qui entrent en collision,

Et ils se dispersent dans le vide

Ce n’est pas un mirage ou une illusion

Prisonnière de l’eau

D’ailleurs, toutes ces petites gouttes d’eau

Semblent se déplacer dans la même manière,

C’est le bonheur que je reçois, à nouveau,

Et je deviens leur prisonnière,

Belle vue et interminable, elles caressent mon oeil,

Elles sont également inondées par les rayons du soleil

C’est comme si à côté d’eux,

Elles commencent à briller encore plus fort,

Et commencent à danser d’une manière mystérieuse.

‘Danse à ton rythme, Eau douce,

Joue avec tes gouttes audacieuses,

Apporte de la joie à nous tous

Déploie aussi ton charme irrésistible,

Capture tous les yeux qui rêvent de ton âme libre !’

Avoir le courage d’être soi comme l’eau

Ses gouttes n’ont pas peur d’être eux-mêmes,

le rêve de mon enfance d’être libre et soi comme l’eau; d’être aussi courageuse comme les cristaux magique liquides

Elles savent ce qu’ils veulent,

Elles ont un courage extrême.

Je rêve d’avoir des ailes comme elles,

Mon rêve de l’enfance était d’avoir leur liberté

Et d’avoir aussi leur vitalité illimitée,

Tellement infatigable à être soi tel qu’on est

Et à se montrer au monde volontiers et à bon gré.

En conclusion

Pour compléter ces vidéos d’inspiration, je vous inviterai également à retourner dans votre enfance et à commencer à chercher vous-même là où vous avez été dans votre forme la plus pure à ce jour.

Peut-être que la personne que vous êtes aujourd’hui a changé depuis cette période. Peut-être qu’au fil du temps, il y a des choses qui affectent vos actions aujourd’hui et jusqu’à présent. Ou que votre caractère est une combinaison de tous les événements et émotions que vous avez vécus ? Voulez-vous être l’enfant de deux ans dans la vidéo de Patrick Collignon ? Vous souvenez-vous de ce que vous aimiez faire quand vous étiez très jeune comme le fait Marie Dosiere ? Êtes-vous hypersensible comme Marine Billet ?

À vous de réfléchir ? J’ai hâte de lire vos réponses ou vos histoires ci-dessous !

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

18 octobre 2021 à 17h22

Effectivement notre construction se passe pendant notre enfance et en même temps, toute l’évolution est dans le flot de la vie 🙂



18 octobre 2021 à 18h45

Merci pour toutes ces sources d’inspiration. Personnellement je suis convaincu que l’enfance d’un être jour pour plus de 50% sur son devenir… Malheureusement nous ne contrôlons pas tout. Mais heureusement il est toujours possible de redresser la barre 🙂



19 octobre 2021 à 10h45

Merci pour toutes ces inspirations.
En effet, c’est lorsque moi adulte était très mal que j’ai pu grâce à moi enfant gai-rire…
Ainsi aujourd’hui, je suis moi comme avant, toujours à discuter avec les animaux les mamie de mon quartier et à aider au mieux mon entourage à être sain et heureux 😁🌸🌈.



    19 octobre 2021 à 11h08

    Oui, c’est vrai, nous sommes nés ainsi – heureux, insouciants, aimants, donnant de l’amour. C’est l’environnement dans lequel nous nous retrouvons et peut-être notre hypersensibilité qui nous fait perdre ces traits de caractère à mesure que nous grandissons.



19 octobre 2021 à 14h01

L’enfance est une période primordiale dans notre vie . Elle nous permet de mieux nous connaitre et d’expérimenter la vie ;).



    19 octobre 2021 à 14h32

    C’est vrai, c’est la période où nous sommes nous-mêmes, mais les gens autour de nous commencent à nous remodeler. À partir de là, et selon le degré d’influence que les autres ont eu sur nous, cela détermine également qui nous serons en tant qu’adultes. Tôt ou tard, avec ou sans aide, une personne se rend compte que ce n’est pas son vrai moi et commence à le chercher et le à retrouver.



19 octobre 2021 à 16h08

Merci pour ces temoignages qui m’ont replongé en enfance, d’ailleurs je me suis beaucoup reconnue dans celui de Marine. Quel chemin parcouru depuis ! Aujourd’hui j’espère juste donner une belle enfance à mes enfants 🙂



    19 octobre 2021 à 16h29

    Tellement d’accord avec vous ! Au moins, en tant qu’adultes, nous avons parcouru un chemin qui a fait de nous ce que nous sommes et nous ne pouvons que montrer à nos enfants ce que nous avons appris.



21 octobre 2021 à 22h45

Tes articles sur les vidéos TED sont toujours aussi inspirants et intéressants …. Merci 🙏



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *