articles poèmes / défi 1 / News

Biens matériels et le bonheur

Dans l’article d’aujourd’hui je parlerai des biens matériels et plus précisément de leur importance dans le bonheur.

Il est vrai que les biens matériels jouent un rôle vital dans la vie de beaucoup d’entre nous.

Il y a certainement des objets dont nous avons vraiment besoin et qui ont de la valeur pour nous.

Cependant, lorsque les achats inutiles deviennent partie intégrante de notre vie quotidienne, cela parle de comportement destructeur.

Qu’est-ce que je veux dire par là ?

C’est quand on achète quelque chose pour la centième fois au cours des deux derniers mois, en pensant que cela nous apportera du bonheur.

On achète des objets et il semble qu’ils nous rendent plus heureux.

Plus on en a, plus on pense que le bonheur va frapper à notre porte. Mais plus on en est submergé, plus on commence à suffoquer.

Ils prennent beaucoup de place dans notre maison, où nous passons une grande partie de notre vie quotidienne. Ils occupent nos vies et nous nous rendons compte que nous ne pouvons même plus respirer.

J’appelle donc ce comportement destructeur, car en achetant plus d’articles, nous détruisons toute notre vraie nature en tant qu’êtres humains.

Nous nous attachons à des objets inanimés au lieu d’exprimer des sentiments et des émotions dans des relations humaines normales, en vivant de grandes expériences inoubliables.

Pourtant, on se perd dans ces marchandises. Nous croyons qu’ils nous aident, mais elles entravent au contraire la possibilité d’être nous-mêmes.

Elles nous empêchent de nous ouvrir aux opportunités quotidiennes qui peuvent nous rendre heureux.

On perd des moments précieux au détriment des ‘déchets matériels’.

Tout vient de nos idées fausses sur la vie, notre bien-être et notre épanouissement.

C’est ainsi que j’explique cette situation liée au surplus de produits matériels dans nos vies.

Apprenez-en plus à ce sujet dans les lignes suivantes !

D’abord le poème :

L’importance des biens matériels dans le bonheur

Un endroit assez simple, mais la vue est complètement naturelle, m’offrant le calme et la détente dont j’ai besoin !

On est de plus en plus esclaves de notre temps,
On manque les moments brefs et les plus importants,
Ce sont des biens matériels qui jouent un grand rôle dans nos vies,
On en est même accro, à mon avis,
Et on y est tellement attaché
Qu’on ne peut pas accepter notre existence
Sans sa présence réelle dans notre futur.
En plus, à un moment donné, on jettera tout à la poubelle.
Et tout est si fatiguant qu’un jour
On a juste envie de nous reposer,
De nous ressourcer,
De rester avec soi, pour toujours,
De communiquer avec notre propre âme,
De parler à quelqu’un que l’on connait bien,
De vivre des émotions qui nous sont inhérentes,
D’aller dans la nature pour avoir des moments de détente,
De ralentir de temps en temps en ne faisant rien
Là où on a juste envie d’être soi-même !
Là où on accumulera des souvenirs de qualité
Et on aura de bonnes expériences
Sans objets étouffantes et inutiles qui n’ont pas de sens.

Dépendance aux possessions matérielles dans le passé

J’ai acheté des objets inutiles au détriment de vivre de bonnes expériences

Il y a quelque temps, j’en étais aussi accro aux achats inutiles. Je n’avais pas beaucoup d’argent, mais je cherchais toujours une occasion de me faire plaisir avec des produits.

C’était comme si je voulais choyer mon ego en achetant des vêtements, des sacs, des chaussures, etc. J’ai remplacé les expériences vraiment précieuses, celles qui m’apporteraient de la valeur dans la vie, par des « déchets matériels ».

Je n’avais pas réalisé que l’achat de jeans devait simplement combler un trou douloureux dans mon âme, par exemple.

Par contre, j’ai raté des moments de qualité, me faisant croire qu’ils ne pouvaient pas m’arriver.

La vie nous offre des opportunités dont nous ne pouvons même pas rêver, mais nous les ignorons et les laissons passer.

Communiquer avec les gens, mener des conversations vraiment précieuses avec des personnes autour de moi, recueillir des connaissances de la vie elle-même, c’a été des choses qui me manquaient.

Les beaux petits nuages blancs au-dessus de ma tête, les délicates fleurs multicolores du jardin – tout cela, je ne pouvais pas le voir.

Je laissais passer le présent sans m’en rendre compte. Je lui étais indifférent, je ne nourrissais que ma vanité, ce qui ne servait à personne, mais surtout à moi.

Cependant, l’effet de la joie de l’achat a été si fugace que le lendemain j’étais déçue et plus négative. Je suis devenue encore plus anxieuse. Je perdais de plus en plus confiance en moi.

La réalisation : mieux vaut tard que jamais

À un moment donné, j’ai réalisé que la moitié des choses que je possédais, sinon plus de la moitié, je ne les portais plus, et certaines je ne les portais même jamais.

La plupart d’entre elles ont été achetées uniquement à cause de l’humeur dans laquelle j’étais à l’époque.

Aussi, à travers elles, je voulais combler les lacunes que seul mon for intérieur pouvait combler.

88 s’est améliorée pendant un certain temps. Mais après quelques heures, j’ai regretté d’avoir donné mon argent pour cela. Sans compter que je n’ai même pas aimé le résultat final.

J’ai oublié ces achats, les gardant quelque part où ils remplissaient des pièces, des armoires, des étagères, insignifiants et encombrants…

Il n’y avait plus d’air dans les chambres et je ne pouvais plus respirer. J’ai réalisé que tout cela n’était pas nécessaire. Par contre, la seule chose qui pouvait me rendre heureuse était ma richesse immatérielle.

En fait, petit à petit, j’ai commencé à réaliser que j’avais tout ce dont j’avais besoin pour être heureuse à ce stade de ma vie.

Ces biens matériels ne cherchaient qu’à augmenter ma confiance en moi, ce qui me manquait.

Cependant, cela ne s’est pas améliorée. Au contraire, accro aux biens matériels, j’ai oublié ma vraie nature et je me suis perdue en elles. J’étais le reflet d’une mauvaise pensée.

J’avais l’illusion que je deviendrais une meilleure personne grâce à eux. Au final, je n’y ai rien gagné. Je n’ai eu qu’une vraie perte – de l’argent précieux et des expériences de valeur.

Mais ce n’est que maintenant que je réalise pleinement que tous ces achats que j’ai faits sont le résultat d’une faible estime de soi et d’un manque de respect pour moi-même.

Et c’était précisément ces lacunes que je voulais combler avec ces biens matériels que j’avais achetés.

Les biens matériels au détriment des expériences de valeur

On a besoin d’une maison pour vivre, de vêtements pour rester au chaud, de nourriture et d’eau parce qu’elles sont vitales, etc.

Mais on se réjouit et on se sent heureux lorsqu’on partage de merveilleux moments chaleureux dans la maison avec nos proches.

On se sent bien dans ses vêtements car on les choisit soi-même.

On fait son choix sur les couleurs de nos vêtements et leur apparence. Et ils ont également été achetés par pure nécessité.

Au final, on est heureux car on porte ce qu’on veut et seulement ce dont on a besoin. On n’a souvent besoin de rien de plus que nos besoins de base.

C’est pourquoi on commence à faire confiance à sa propre intuition. C’est ainsi qu’on a atteint la confiance en soi que tout le monde veut atteindre.

On est également content de préparer des plats simples qu’on partage avec nos proches.

On aime être entouré d’eau sous toutes ses formes tous les jours et on peut se sentir bien, même lorsque on est au bord d’une rivière, d’un petit ruisseau ou juste à côté d’un petit étang.

On ne se contente pas des biens matériels, eux-mêmes, mais des moments partagés, des bonnes émotions, des peits gestes, des brefs moments…

Pas besoin de beaucoup des objets pour être heureux

Quand j’ai appris à apprécier les petites choses de la vie de tous les jours, j’ai réalisé ce que c’était d’être vraiment heureuse.

Par exemple, quand je vois mon enfant rire du fond du cœur ou quand nous apprécions ensemble un chant d’oiseau ou une belle fleur, je ne pense pas du tout aux biens matériels que je possède ou ne possède pas.

Ce qui me rend également heureuse, c’est de savoir que mes proches sont en bonne santé.

Aussi, quand je suis dans la nature, où je me calme, je me rafraîchis et je me recharge. L’air pur et frais que je ressens là-bas, la belle flore et faune que j’y rencontre, les routes sablonneuses et caillouteuses que je traverse. Tout cela m’apporte bonheur.

Peu m’importe le nombre de choses matérielles que je ne peux pas me permettre d’acheter, seules les expériences de qualité, les moments de détente et de respect que personne ne peut m’enlever sont importants pour moi !

Les biens matériels excédentaires ne remplacent pas le temps de qualité

Bien sûr, pour me sentir à l’aise et profiter de ces moments en pleine nature, j’ai besoin de chaussures confortables, de vêtements appropriés, d’un bonnet et d’une écharpe s’il fait froid, etc. J’ai donc besoin des biens matériels. C’est alors que je réalise que l’argent est vraiment une nécessité pour moi.

Cependant, les excès et l’encombrement n’augmenteront pas mon bonheur. En fait, je vais rater des moments à chaque nouvel achat inutile et je vais essayer de satisfaire mon ego. Je remplacerai les expériences de qualité qui valent la peine et mon bonheur par un simple achat inutile.

Pour moi, aucun achat matériel ne me fera ressentir ce que mes yeux peuvent voir, mes oreilles peuvent entendre et mes mains peuvent toucher !

On ne peut pas acheter le bonheur

On essaye de vivre avec plus des objets dans nos maison. Par conséquent, la valeur des évènements de vie est oubliée. Ceux qui sont bons et inoubliables. Ceux qui remplissent nos cœurs d’un vrai bonheur, qui nous font oublier pensées négatifs et avec qui on se sent apaisé et en bonne humeur.

Chacun peut trouver un endroit pour se sentir bien et vivre au mieux sa vie. Mais surtout, on doit pratiquer la paix intérieure, car de cette façon, il sera plus facile de trouver de tels coins de la terre.

Parfois, on ne peut pas le réaliser, alors on achète et dépense de l’argent pour des choses inutiles. De cette façon, on veut obtenir le bonheur dont on a vraiment besoin.

Comme si l’on voulait acheter ce sentiment de bonheur, ou en d’autres termes, acheter du bonheur. Pourtant, on ne peut pas acheter quelque chose qui n’a pas de prix et qui n’est vendu nulle part.

Notre réconfort consiste à atteindre notre paix intérieure

Оn se confond donc, on confond même aux autres autour de nous, essayant de nous croire nous-mêmes et de les faire croire qu’on est heureux quand on achète quelque chose de matériel. En plus, on veut en tirer un certain réconfort, mais on ne réalise pas que c’est un état d’esprit momentané.

On ne peut pas choyer notre ego à chaque heure en nous livrant à de courtes minutes de plaisir avec des choses matérielles pour lesquelles on dépense de l’argent. Même beaucoup d’argent qu’on n’a parfois pas.

C’est pourquoi on devra découvrir par nous-mêmes ce qui nous rendra heureux à long terme. Ce qui rechargera notre corps en énergie et renouvellera notre force sans avoir à y investir beaucoup d’argent. Là, on se rafraîchira chaque jour avec quelque chose de nouveau ou même d’ancien, dont la magie ne disparaîtra jamais.

Même juste l’harmonie que ce lieu ou cette expérience ou quoi que ce soit nous apporte, paysage par exemple ou autre, nous fera nous sentir bien.

Cela peut être un endroit où on est nous-mêmes et où, cependant, on est nécessairement en paix intérieure avec nous-mêmes, car c’est ce qui est le plus important.

On doit trouver un équilibre dans nos achats et nos coûts des biens matériels. On doit investir plus d’argent et de temps dans nos expériences précieuses et de valeur car elles nous donnent une meilleure qualité de vie !

C’était, en fait, tout de moi sur la question de l’importance des biens matériels dans le bonheur.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.