articles poèmes / défi 1 / News

Avoir de l’imagination pour atteindre la Liberté

La nature, qui m’a toujours été préférée, est de retour à l’ordre du jour. L’une de ses belles créatures ailées fait partie du sujet de mon article d’aujourd’hui. Comme cette publication appartient à mon défi d’un an, elle contient un poème. Cette semaine, je l’ai dédié à un oiseau ordinaire qui évoque en moi une pensée de liberté.

Cependant, les oiseaux font partie généralement de mes favoris et je les préfère plusieurs fois dans mes articles.

Vous pouvez lire ma publication ‘Comment Un Oiseau M’a Parlé Du Bonheur ! :)’, où je parle également de la soif de liberté et du besoin d’ailes d’oiseaux pour me sentir libre comme eux.

Donc, dans l’article d’aujourd’hui, je continue le sujet de la liberté humaine, que j’associe au vol des oiseaux et à leurs ailes.

Ici, je vous le présente avec une nouvelle dose de vers. Je reviendrai encore sur l’expression de soi sans limites et le désir infatigable de rêver et de déployer des ailes comme des oiseaux. En savoir plus dans les lignes suivantes !

Une leçon précieuse !

vol d’oiseaux

J’ai trouvé un pigeon
Et l’ai ramené à la maison.
Мon père, ce sage, m’a alors dit,
Que c’était une mauvaise action,
Voire un geste interdit,
Qui l’a énormément choqué …
‘Fais voler à nouveau cet oiseau,
Sinon tu lui enleveras sa liberté,
Je t’assure, mon Dieu,
Laisse-le profiter de sa vie,
De sa beauté !’ – il m’a dit.

‘Personne n’aime être dans une cage,
Sinon ce serait assez dommage,
De regarder toujours les mêmes choses à travers les barreaux,
En ayant des ailes pour atteindre le bout du monde, si beau !’

l’oiseau s’envole vers sa liberté

Puis j’ai lâché le beau pigeon,
Et je l’ai juste fait voler.
J’ai donc tout de suite réalisé,
Que je n’avais besoin que de liberté.
Comme celle appartenant à un oiseau,
Juste pour commencer à créer,
Pour grandir en corps et en esprit,
J’avais aussi besoin de ses ailes pour décoller
Et prendre mon envol vers la réalisation de mes rêves et réussir;

Je devais aussi applaudir,
Chaque pas que je faisais,
Peu importe que ce pas soit petit ou grand,
Mais ! –
Je ne devais jamais me livrer à l’injustice,
Toujours rechercher mes droits,
Avec les décisions que je prenais,
Je devais également être tolérant.
Avoir toujours des pensées positives,
J’aurais certainement un vent propice !

Un de mes rêves d’enfance

Quand j’étais très jeune, je voulais juste avoir des ailes et voler comme un oiseau. J’ai souvent grimpé sur la terrasse, qui est relativement basse, et j’ai sauté de là en espérant voler … Je n’ai pas réussi à le faire et grâce à Dieu j’ai atterri fermement 🙂 .

Une autre tentative de vol consistait à prendre un balai de jardin et à refaire la même tentative. Je faisais des allers-retours dans la cour, prenant de la vitesse et m’imaginant voler. C’était une sensation si agréable …

Je croyais de plus en plus qu’un jour je pourrais voler, alors je l’imaginais régulièrement dans ma tête. Mon désir était si fort que dans mes rêves, je réussissais souvent à voler. J’ai rêvé que je volais et que je me débrouillais plutôt bien.

Alors, j’ai survolé les rues, volant même dans des bâtiments abandonnés d’étage en étage.

Parfois, je rêvais que je volais extrêmement haut et que je voulais atteindre le soleil.

Il y avait même des rêves dans lesquels je pouvais atteindre les nuages ​​et commencer à jouer avec eux. Je les sentais doux et moelleux, comme dans les livres pour enfants. J’y ai passé un bon moment …

Peut-être que les enfants rêvent souvent qu’ils volent, je ne le sais pas. Peut-être sont-ils si libres et intrépides que, dans leurs pensées et leurs rêves, ils n’atteignent et ne conquièrent leurs premiers sommets qu’en vol.

Probablement désireux de grandir très vite, ils volent souvent dans leur esprit pour se sentir plus proches de l’âge adulte.

Ou, ils ont tout simplement regardé des dessins animés avec des personnages volants 🙂 .

Quelle que soit ma raison, je me souviens avoir très envie de voler comme un oiseau. Je ne pouvais même pas m’en débarrasser et je ne pouvais pas l’oublier jusqu’à présent.

meurt pendant ma période difficile

Les lourdes chaînes que j’avais construites au fil des ans autour de mon cœur étaient si serrées qu’il m’était difficile de respirer, de parler, de rire, d’être moi-même. J’ai oublié qui j’étais, j’ai perdu la trace de moi-même et de mes besoins réels.

Je suis tombée dans un trou, comme si je voulais sombrer au fond de la terre et être oubliée. Me cachant là du monde, me cachant là du monde pour ne jamais sortir de là, je ne pouvais pas m’approcher de moi-même, me ressentir, me pardonner.

J’avais peur de moi et j’avais peur des gens. Je me sentais assez faible et impuissante et je pensais que je ne méritais pas la vie que Dieu m’avait donnée.

J’ai même pensé que tout le monde croyait que je ne méritais pas le bonheur.

L’image dans ma tête était la suivante : Moi, contre le monde entier. Un monde qui dans mon esprit était déterminant pour ce que j’étais censée être, ce que je devais faire et comment je devais agir. En général, toute ma vie en dépendait.

Cependant, j’étais seule dans ce trou. Il n’y avait personne d’autre que quelques bras tendus.

J’ai pourtant réussi à les attraper de temps en temps.

En fait, mes pensées ne coïncidaient pas avec celles des personnes qui m’ont tendu la main. C’est pourquoi il m’était difficile d’écouter leurs paroles.

Bon, il m’est arrivé parfois de sortir du trou, mais je me suis cachée à nouveau à l’intérieur, honteuse de moi et des reproches de tout le monde. Ou du moins des réprimandes qui n’étaient que dans ma tête.

C’était comme si les gens étaient mes juges et décidaient même de mon sort.

Il n’y avait que quelques bras tendus, mais ils étaient suffisants. Les gens qui les possédaient m’ont aidé à ouvrir les yeux. Ils m’ont fait comprendre que le monde n’était pas contre moi ou que j’étais contre. Je me suis seulement fait du mal et je vivais contre moi-même.

Celle qui coûtait le plus de réaliser que j’étais unique et importante dans ce monde, c’était moi-même. Le changement est donc venu principalement de moi. Mon attitude changée a contribué à ce que cela se produise.

Les personnes qui m’ont aidée m’ont fait réaliser que cette aliénation des relations humaines était en fait une évasion de ma vie et de mon bonheur. Que mon état soit bon ou mauvais, ils sont restés avec moi et m’ont aidé à me relever.

J’ai réalisé que pour les autres, je n’étais qu’un être humain, comme tout le monde. Une personne qui est acceptée avec ses qualités et ses défauts et qui continue néanmoins à avancer. J’ose dire que même grâce à eux. Les erreurs font de nous des êtres humains avant tout et ce sont elles qui construisent notre chemin vers le changement que nous voulons être.

C’est comme ça que j’ai réalisé que je devais vivre ma vie à fond et faire ce que j’aime. Je cherche à devenir la meilleure version de moi-même.

mais prend vie aujourd’hui !

Ma vie a changé depuis. Avec tous les aspects positifs et négatifs, je suis qui je veux être, avec les gens que j’aime et apprécie. Ces gens m’aiment aussi et m’apprécient. Je fais ce que je veux avec désir et passion, je ne prends pas la peine de me montrer, d’être moi-même.

Mon petit fils, qui m’a totalement changé, est un témoin et mon plus grand fan de la révélation de mon âme et de mes ambitions de réaliser mon bonheur au quotidien.

En rendant heureux les gens autour de moi, je me sens également heureuse. Les jours se passent facilement et sans tension.

Et j’ai réussi à déployer mes ailes et à voler. J’ai même atteint les nuages ​​et le soleil.

Parce que les choses que j’accomplis chaque jour au niveau du « développement personnel » sont pour moi des réalisations extrêmement élevées.

J’accepte ma vie comme une récompense et je me pardonne

À ce stade de ma vie, j’accepte chaque jour comme une bénédiction et une récompense. Je comprends que même avec le moindre succès et le moindre changement positif, je dois me récompenser, encourager, féliciter, voire chouchouter avec n’importe quoi.

Et surtout, je remercie ma vie et ma chance de la vivre. Je suis reconnaissante pour tout ce que je suis et je possède. Une pleine gratitude pour la vie qui me donne des opportunités d’avancer. Je profite de chaque instant, de chaque seconde, de chaque respiration que je prends. Je suis reconnaissante envers moi-même. Et je me pardonne tous les jours.

J’accueille la liberté de mon esprit et de ma conscience

C’est ainsi que je réalise et applique cette liberté pour laquelle je me bats. La liberté de mon esprit, de mes pensées et de mes actions, de ma conscience. Je n’en ai pas honte, aussi de mes rêves et de mes passions, je m’apprécie réellement. Je continue à me battre avec moi-même pour l’obtenir, car seules mes pensées m’empêchent d’avoir cette liberté que je recherche.

Mes croyances limitantes (celles qui m’appartiennent) sont celles qui peuvent entraver ma liberté de me déployer à grande vitesse. Je suis celui qui doit les supprimer et me permettre de prospérer. Le reste du monde n’a aucun contrôle sur mes sentiments et mes croyances (à moins que je ne le permette) et ne peut pas les changer si je n’y crois pas.

Par conséquent, la décision de se débarrasser des préjugés et de se sentir enfin libre doit venir de nous et de nous seuls.

C’est donc à nous de déterminer si nous aurons le courage de montrer notre liberté ou de la garder pour nous, en cultivant aux libertés des autres d’influencer les nôtres. Chaque jour est un nouveau départ pour nous. Profitons-en !

Si vous avez aimé l’article, je vous incite à vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualités 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

28 avril 2021 à 7h38

Merci pour cette célébration de l’imagination et de la liberté !
Merci également pour l’authenticité de ton partage, très touchant.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *