articles lyriques / News

Le pouvoir de guérison de la nature

La nature a un effet extraordinaire sur nous, et elle peut même être curative. Son pouvoir de guérison est bien connu et fait partie de nombreuses études psychologiques.

Mais moi, je l’ai testé par moi-même et j’en ai été convaincue.

Toute ma vie, j’y ai eu accès, sous n’importe quelle forme.

Pourtant ça n’avait pas l’air de m’impressionner.

Le fait que j’habitais près de la montagne, que j’avais beaucoup d’eau minérale, que nous pouvions trouver une rivière à proximité, qu’il y avait beaucoup de barrages autour de mon village. Les arbres à fleurs et fruitiers prédominaient dans les jardins, et même n’importe qui pouvait aider à les récolter. Les animaux faisaient partie de ma vie rurale…

Mais tout cela ne me paraissait pas prioritaire, ou plutôt je prenais les choses pour acquises.

Quoi qu’il en soit, la nature m’a toujours entouré et son effet a toujours été le même sur moi qu’aujourd’hui.

Le truc, c’est que maintenant j’entre dans ses bras consciemment parce que je sais qu’il a un pouvoir de guérison sur moi.

En savoir plus sur le pouvoir de guérison de la nature dans la prochaine dose de paroles lyriques de mon article de la semaine ci-dessous.

Voir aussi mon premier aricle lyrique ici.

À propos du pouvoir de guérison de la nature sur moi et comment cela me fait vivre dans le présent

Le bruit de l’eau est un élixir pour mes oreilles et un délice et un soulagement pour mon esprit. Le soleil illumine l’espace aquatique juste devant moi et me captive par son hospitalité. Chaque particule d’eau tombe d’un jet abondant venant de la fontaine et touche les eaux ensolleillées du lac en contrebas.

La beauté de la nature m’émerveille à chaque fois. Le cosmos tout entier est devant mes yeux et me fait l’explorer à chaque changement qui s’y produit.

Et me voici, dans un jardin plein d’arbres en fleurs. Leurs couleurs sont roses et blanches – ça, c’est une belle image. Ils sentent bon et j’ai l’impression de pouvoir y rester pour toujours. J’aime l’air pur et frais, et j’adore vraiment celui-ci.

Quel bonheur, quelle bénédiction d’y aller et de sentir le souffle de la nature par mes narines. J’essaie même de le goûter : il est extrêmement fort, flottant dans l’air.

Alors que j’errais dans les rues ces jours-ci, ce parfum me suivait tout le temps. Le printemps n’est pas encore arrivé, mais les amandiers et les pruniers ont obstinément ouvert leurs oreilles – ces petites beautés roses et blanches qui nous écoutaient marcher parmi elles et ne nous perdaient pas de vue. Ils nous ont offert leur charme et leur tranquillité, jouant le rôle d’hôtes dans leur maison.

Assise sous l’un d’eux, j’ai senti l’humilité en moi et la brièveté du moment et l’éternité de leur charme dans mon for intérieur. J’ai béni mes jours pour continuer à regarder la vie de cette façon. À éprouver cette joie et cette insatiabilité à rester là, à rattraper les petites choses simples qui s’y trouvaient.

Rien ne m’empêcherait de l’apprécier pleinement et de boire ses douces gouttes de bonheur, qui ne se coinçaient plus dans ma gorge, mais passaient facilement et sans difficulté.

Alors, me promener dans le parc, où il y avait des hêtres et toutes sortes de conifères, oh, que ont vu mes yeux ! Ces étoiles colorées qui sont descendues sur terre et nous ont apporté le petit paradis ici me souriaient d’en bas et m’invitaient à me tenir à côté d’eux, à m’accroupir et à les caresser. Parmi les espèces d’arbres et d’arbustes brillaient de petits soleils étincelants. Ils chantaient leur merveilleuse mélodie pour ceux qui ne les oubliaient pas si facilement.

J’étais tout le temps entourée d’arbres verts. Ici et là, il y avait des espaces nus où ils manquaient, mais préservant et contenant d’autres merveilles naturelles. Et pourtant j’ai toujours été proche d’eux. Ce qui m’a fait garder un œil sur eux la plupart du temps là-bas. Ces énormes géants verts semblaient toucher le soleil de leurs pointes.

Quelle force et quel pouvoir ils possédaient. Comme ils ont été courageux de vouloir atteindre cette boule de feu, désireux d’y réaliser leurs rêves.

le pouvoir de guérison de la nature sur moi

Le bruit de l’eau a eu un effet magique et apaisant et a ravivé mes sens. J’ai dépassé cette cascade, en montant puis en descendant les escaliers à droite et à gauche de celle-ci. Ce faisant, j’ai senti les gouttes d’eau m’éclabousser le visage et me glacer de leur froid. Mais j’ai aimé cette fraîcheur. J’adorais ressentir cette fraîcheur chaque fois qu’elle était causée par une grâce incroyable.

Ensuite, j’ai vu ces mêmes gouttes atterrir sur mes vêtements et cela a également rafraîchi mon humeur. Cette expérience l’a définitivement amélioré et je me suis tout de suite retrouvée impliquée dans le paysage un instant, voire immédiatement.

Les couleurs saturées y prévalaient. En fait, elles étaient partout. N’étaient-elles pas les couleurs du printemps, mais elles semblaient me parler de bonheur ? Alors, j’oserais de les appeller des couleurs de bonheur.

Donc en plus, il y avait des couleurs tout autour de moi. Différentes et saturées, elles plaisaient à mon œil et l’animaient. Ils l’ont fait les chercher et continuer à les regarder autour de lui pour qu’ils puissent colorer davantage sa monochromaticité et absorber leur multicolorité, passionné par la diversité et la variété. Que demander de plus à une vie qui se résume aussi aux mêmes qualités qui la caractérisent.

C’est pourquoi il était difficile pour mon œil de supporter un tel plaisir et une telle beauté. Agréable effort cependant qui en valait la peine…

J’ai essayé de tout capturer dans mes photos, mais mon cœur y est resté. C’est pourquoi je me suis retrouvée sur ces photos ex post facto. Mon nom était écrit sur chacune d’elles. Mon visage se reflètait dans l’eau. Mes mains débordaient des gouttes claires de la cascade.

Mon âme s’y baignait et semblait renaître. C’était comme si elle avait avalé leur pureté et était devenue complètement nouvelle, pure et vraie.

Mes larmes ont ajouté plus d’eau à chaque zone des lacs et des cascades là-bas.

Tout mon être a réussi à assumer chaque rencontre avec la nature là-bas.

Mes pieds ont fait des pas qui ne disparaîtront jamais dans chaque morceau de terre que j’ai traversé.

Mes cheveux absorbaient chaque rayon de soleil qui pénétrait occasionnellement les branches des arbres. Ou quand ils sont apparus brièvement derrière les nuages, le temps où j’étais à ciel ouvert.

L’air que j’y respirais couvrait tout mon for intérieur et rafraîchissait mes poumons. Le chant des oiseaux là-bas ne s’éteindrait jamais de mes oreilles. Ils rythmeriont mon chemin à partir de maintenant et l’harmoniseriont avec leurs voix talentueuses. Chaque partie de mon corps s’en souviendrait et me demanderait de le lui rappeler en l’emmenant dans la même ambiance un autre jour.

Et je serais prête à le faire de toute façon. Je n’aurais pas l’intention de renoncer à la toute récente redécouverte que j’ai faite pour le monde. Je ne manquerais pas ma chance de revivre ma vie, de la rattraper et même de toucher le soleil, qui éclairerait mon chemin et me conduirait dans la bonne direction.

Le poème ‘Deux géants de la nature s’embrassent’

Ces deux géants de la nature essayant de s’embrasser,
Une étreinte très légère, presque imperceptible suit,
Mais ils y parviennent rarement
Et ce n’est que de temps en temps –
Il leur est impossible de faire plus que cela.
Des caresses réalisées grâce au vent,
Qui leur fait aussi toucher leurs couronnes,
Vertes, massives, situées haut dans l’espace.
Ces deux belles forces de la nature –
Élégantes et gracieuses,
Aspirant à la douce brise qui se dégage
Et qui les secouera légèrement
Pour pouvoir s’offrir plus d’enlacements
Et se donner plus de câlins.
Les chauds rayons du soleil ont hâte enfin de les chatouiller,
Afin qu’ils arrivent étendre largement leurs branches,
Faisant trembler leurs feuilles, qui sonnent au toucher
Pour les rendre encore plus magnifiques.
Alors, émerveillés, nous, par leur pur amour,
Eux, incapables l’un de l’autre
Et à jamais inséparables.

Conclusion

Pour conclure l’article d’aujourd’hui, je voudrais dire que je suis heureuse de redécouvrir le monde en ce moment.

Que je trouve une connexion entre moi et le monde, mais aussi entre la nature et mon état psychologique.

Que le pouvoir de guérison de ce vaste cosmos comme la nature est immense et choquant pour moi et m’aide énormément.

Comment ne pas lui être reconnaissante alors qu’elle fait chaque jour des miracles dans ma recherche du bonheur !

Gratitude !

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout et à bientôt !

Si l’article vous a plu, je vous recommande de vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualité 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

4 mars 2022 à 11h41

Toujours un plaisir de te lire Genka ! 🙂
La Nature est certainement la clé la plus efficace pour apaiser son mental et se connecter à ses enseignements et son monde qui est le nôtre. Grâce à nos 5 sens ont se régale !
Voir la beauté des paysages et des êtres qui nous entoure, toucher l’eau des ruisseaux, manger les fruits sauvages, sentir l’herbe fraîche et entendre la vie ! Une belle mélodie ! Gratitude !
Namasté ! 🙏



6 mars 2022 à 12h58

Magnifique article. Et toujours aussi poétique, un voyage à chaque fois de vous lire. Et les photos sont magnifiques, on a l’impression d’y être avec vous.



7 mars 2022 à 11h04

Un article écrit avec amour et gratitude qui va directement au coeur. C’est magnifique de lire comment tu te reconnecte avec la nature, et ca donne envie de faire pareille.
Sortir, embrasser les arbres, se laisser inspirer par ce qui nous entoure… personnellement, je fais chaque semaine 30 minutes de méditation dans un parc, toujours sous le même arbre. Et croyez le ou non, cet arbre est devenu mon ami, je m’y sens connecté !



    7 mars 2022 à 14h10

    Idée géniale ! La nature nous donne la possibilité de méditer, nous laissant complètement absorbés par le moment présent et ce qu’elle contient.



7 mars 2022 à 17h24

Bonjour
je suis heureuse de dire aussi que la nature me fait autant de bien et que je ne peux m en passer. Merci pour ton partage .



7 mars 2022 à 19h00

Très bel article rempli de poésie 🙂 La nature est une source infinie d’inspiration et de bienfaits.



9 mars 2022 à 10h38

C’est simple, la nature est ce que nous avons de plus précieux. Elle permet également de se retrouver avec nous-mêmes et parfois on en a grandement besoin :).



9 mars 2022 à 11h29

Merci Genka pour ce bel article!
J’ai adoré la photo avec tous les arbres en début d’article. j’y es ressenti une très belle énergie.
Profites bien de chaque moment!
Tu as raison!
Je fais pareil 🙂 !



9 mars 2022 à 20h06

Ahhh cette nature … cette belle nature qui nous ressource et ouvre notre esprit … merci Genka pour cette jolie promenade lyrique 🙏



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.