articles poèmes / défi 1 / News

Bonheur proche de ‘La Nature’

Pour vous montrer à quel point la nature est importante pour moi et à quel point elle est unique, j’y reviendrai dans mon article du jour. Et pas pour répéter ce que j’ai dit avant, mais pour vous montrer les différents visages qu’elle peut avoir et qui sont liés à son effet curatif. Ce sera la suite logique de la série sur la nature.

Bonheur proche de ‘La Nature’

Le poème que je vais vous présenter cette semaine lui est dédié, à la nature que j’aime beaucoup. Parfois, les petits moments, les courts incidents et les événements apparemment insignifiants qui s’y produisent m’aident à me débarrasser du Mal et à croire au Bien.

Parce que toute bonté existe là-bas, dans la Nature. Quel que soit mon contact avec ce « royaume des différentes espèces de plantes et d’animaux vivants », sous quelque forme que ce soit, il peut être inoubliable, voire guérir.

Je vais aussi vous raconter une petite histoire qui est arrivée à mon père il y a quelque temps. Cela a un résultat un peu étrange et inhabituel, mais cela prouve clairement que nous pouvons rencontrer la nature à tout moment. Elle est tout autour de nous.

Par exemple, je peux la sentir à travers une fleur, la voir dans un arbre d’une rue ordinaire, la toucher à travers un oiseau qui vole au-dessus de ma tête lors de mes promenades dans le quartier, l’avoir à travers l’odeur de l’herbe, la rencontrer dans un buisson, apprécier sa beauté à travers un insecte. Je peux également la sentir sur mon visage à travers les petites gouttes de la cascade débordante ou l’entendre avec son son apaisant provenant de la rivière voisine, etc.

Mais d’abord mon poème inspirant de la semaine.

Dans les bras de la nature

Forêt, montagne, champ, chemin de terre, petite rivière et un petit cône. Tous les dons de la nature sont uniques et magiques pour mes yeux

Une promenade dans la nature,
C’est comme entrer dans un monde différent et apaisant.
Et là, ma douleur, je l’oublie un instant,
Ouvrant les yeux sur ses merveilleuses peintures,
Laissant le monde extérieur hors de mon esprit,
Pour moi, seul ce qu’il y a à l’intérieur comptera.
Saluant sa sagesse accomplie.
Mes poumons aspirent son air pur.
Ma conscience plonge dans la paix absolue.
Entourée de vastes espaces verts
Et de belles vues à couper le souffle,
Me mettant à apprécier la plus grande œuvre d’art
Et l’embrassant audacieusement.
Alors j’ai envie de m’y enraciner,
D’y rester pour toujours
Et de m’imprégner de tout ce que ce lieu magique m’apportera.
Je ne veux donc pas partir.
Mais du coup, il est là
Ce dernier moment,
Et tout disparaît sans perdre de temps
Dans un nuage de poussière devant moi.
Pourtant le souvenir restera
Toujours dans mon coeur
Et me réchauffera dans mes tristes moments de froid.
Je vais essayer de me réserver le droit
De demander à être à nouveau dans ses bras
Et de pouvoir en faire l’expérience un autre jour.
Car j’en suis sûre,
La nature est tout autour de moi !
Tant que je veux seulement la ressentir encore une fois.

Petites réflexions sur le poème et la nature

Marcher dans la nature ne signifie pas nécessairement entrer dans un espace vert. Bien sûr, la nature est tout autour de nous. Nous pouvons la rencontrer sous n’importe quelle forme, où que nous soyons. Nous n’avons qu’à lui ouvrir les yeux, ouvrir grand nos oreilles et utiliser tous nos sens pour l’embrasser.

A travers mon écriture, je veux montrer que nous pouvons toucher la nature quand nous le voulons, même si nous ne sommes pas nécessairement dans une forêt, une montagne ou un grand lieu naturel.

Je vois une belle libellule survoler au-dessus d’une rivière et je la regarde longuement. Cela m’emmène dans un monde où je rencontre d’autres belles libellules tout en les admirant. Parce que la nature est majestueuse pour créer des créatures aussi intéressantes. Et comme elle était gentille avec elles.

Elles s’y sentent aussi libres. Je veux aussi être comme elles et ressentir leur liberté et leur aisance. C’est une bonne idée pour moi de m’immerger dans leur monde et de voir à travers leurs yeux.

Pour un instant, je veux oublier le monde extérieur où sont mes soucis. Je suis heureuse quand je les oublie un instant. Il est bon d’effacer les moments mauvais et négatifs et de garder les bons.

Tels seront, par exemple, les moments que j’ai passés dans la nature. J’apprécierai le moment où j’étais dans ses bras et je profiterai pleinement de sa beauté.

L’histoire que je vais vous raconter maintenant est réelle et a à voir avec cette jouissance momentanée.

L’hirondelle prédit le printemps, ainsi que le bonheur

Un jour, quand mon père est descendu dans la rue devant notre maison, une belle hirondelle était de l’autre côté. Elle est restée là si longtemps, gazouillant bruyamment. Elle n’a pas volé non plus, ce qui a impressionné mon père.

Il s’est approché d’elle et elle a continué à gazouiller. Il lui tendit la main, mais à sa grande surprise, elle n’avait pas peur. Au lieu de cela, elle a sauté sur son bras alors qu’elle suivait sa chanson.

Puis mon père a vu qu’il y avait de la gomme sur l’aile de l’hirondelle.

Quelle malchance et quel malheur est arrivé à cet oiseau qui ne pouvait même plus décoller.

Mais quelle chance il avait que mon père soit à côté de lui à ce moment précis, réussissant à l’apercevoir.

Il a libéré donc l’hirondelle de ce désastre collant désagréable qui l’empêchait de reprendre son vol.

Pourtant ce petit oiseau était toujours sur son bras, et il vit qu’il y avait aussi de la gomme sur sa queue. Mon père a donc également nettoyé sa queue de la gomme.

Elle a finallement décollé pour continuer son voyage, en reprenant sa belle chanson.

Puis mon père s’est levé et a continué à marcher, mais l’hirondelle augmentait la force avec laquelle elle chantait. Elle était perché sur le fil électrique au-dessus de la rue. Mon père est resté là pendant dix ou quinze minutes pour l’écouter, puis l’hirondelle s’est envolée.

C’était un petit geste de la part de mon père, mais cela a sauvé la vie de la pauvre hirondelle. Une bonne action, à laquelle elle lui а remercié avec ce qu’elle fait de mieux. Elle lui a chanté une belle chanson. C’était sa gratitude envers lui.

Cela m’a fait sourire. Je voulais partager avec vous cette grande et agréable émotion que j’ai ressentie pendant que mon père me racontait l’histoire. J’ai aussi voulu semer les graines du bonheur et de la gratitude dans nos âmes avec ce petit beau geste !

Saisir l’instant présent

Pour être heureux, on peut simplement capturer l’instant au quotidien, découvrir la beauté du moment et créer du bonheur avec de simples expériences du quotidien.

Nous sommes toujours capables de les découvrir et de nous donner au moment présent si nous voulons être heureux.

Chaque jour, nous avons l’opportunité de devenir heureux en prêtant attention aux simples choses. Cela est également vrai lorsque nous faisons de petits gestes qui remplissent l’âme et rafraîchissent l’esprit.

Qu’est-ce que je veux dire par là ? Cela signifie de tels gestes qui prennent un peu de notre force, mais qui ont un énorme effet positif sur ceux à qui ils sont destinés. Ce sera peut-être une seconde vie pour ceux-ci !

Ils permettent également aux personnes qui en sont responsables de s’en souvenir avec tendresse.

Nous qui écoutons leurs histoires devrions être reconnaissants pour l’humilité que ces bonnes actions humaines nous apportent et suivre leur exemple.

Si vous avez aimé l’article, je vous incite à vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualités 🙂 !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Commentaires

3 juillet 2021 à 10h26

Quel doux article! Ce qui est arrivé à ton père est « magique ». Je retiens aussi ta phrase : »Chaque jour, on a la chance de devenir heureux en prêtant attention aux petites choses. Cela est également vrai lorsqu’on fait de petits gestes qui remplissent l’âme. » Je ne peux que y adhérer puisque je ressend la même chose. Ces petits « riens » qui au final nous apportent tant!



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *