défi 2 / News

Boulettes de viande – mon petit bonheur culinaire

Jour ’30’

J’admire les gens qui cuisinent des plats extrêmement gastronomiques. J’avoue que je n’en fais pas partie. Je ne suis pas connue pour mes remarquables talents culinaires.

J’adore la nourriture délicieuse mais je laisse ma mère la préparer pour moi.

Il est important de noter que ce n’est pas tout le monde, mais c’est ma mère qui me prépare des plats délicieux. Par conséquent, c’est quelqu’un en qui j’ai confiance et que je connais. C’est pourquoi j’aime la cuisine délicieuse, mais aussi la cuisine maison.

C’est un bon début avec ces boulettes de viande pour une meilleure cuisine!

Dans le passé, je cuisinais de manière simple et sans prise de tête inutile lors du choix des produits et des épices. Il est arrivé, bien sûr, de cuisiner quelque chose de plus gastronomique. Mais dans l’ensemble, les plats standard sont mes préférés.

Quand le petit est né, les choses ont un peu changé.

Arrivée à Madrid il y a quelques mois, j’ai dû compter sur moi-même pour préparer la nourriture. Je ne m’attendais pas à ce que la cuisine ici et le choix des produits soient pour moi une pierre d’achoppement.

Dans mon désir de préparer à mon fils des aliments sains et variés tout en étant délicieux, je choisissais de tels produits afin de pouvoir remplir ces trois qualités.

Tout comme c’était aussi à l’époque où nous étions au village avec mes parents, en Bulgarie, les premiers mois e la naissance du mon fils.

Hélas, cela a été assez difficile pour moi à Madrid.

C’est ainsi que les boulettes de viande dans ma cuisine ont finalement fait ce que j’avais à faire et m’ont apporté le bonheur culinaire.

Voici mes réflexions sur ce sujet pour aujourd’hui.

Il était une fois … la vie de village !

Lorsque le bébé est né, nous étions toujours en Bulgarie. Mon fils et moi vivions dans le village de mes parents. La nourriture y est dans la plupart des cas naturelle et donc de qualité. Au moins, on peut toujours en trouver une à proximité. Près de l’endroit où nous vivons, il y a des gens qui sont engagés dans l’agriculture et l’élevage.

Mes parents, même, cultivent encore des légumes et des fruits dans notre jardin. Depuis le moment de ma vie consciente, je me souviens que mon père et ma mère étaient engagés dans la culture de fruits et légumes frais. Mon père est agronome et ça fait partie de sa vie de s’occuper de ces histoires de jardins. Il adore le faire et nous, en tant que membres de la famille, sommes ses adeptes 🙂 .

J’adore être dans le jardin. Par conséquent, j’aime le travail physique. J’aime aussi avoir un équilibre entre l’effort physique et la fatigue mentale. C’est génial et naissaire pour moi de profiter des deux tous les jours.

En été, à la maison, nous avions toujours des légumes et des fruits frais sur la table. En hiver, nous conservons les produits dans des bocaux et les consommons tout au long de la saison.

À une certaine époque, nous élevions également des animaux, dont la viande, le lait et les œufs étaient les éléments biologiques supplémentaires sur notre table et dans notre menu. Peu à peu, mes parents ont arrêté d’élever des animaux, mais il y avait toujours des gens autour qui le faisont. Nous pouvons leur acheter des produits animaux frais.

C’est donc l’un des nombreux avantages de la vie rurale, que j’apprécie vraiment.

Quand je ne connais pas la cuisine

Nous sommes venus à Madrid. Alors, j’ai commencé à cuisiner régulièrement et avec une pensée à l’esprit. Autrement dit, je voulais que le petit l’aime et que les plats soient sains. J’ai acheté les choses que j’achèterais si j’étais en Bulgarie.

Cependant, il n’y a pas beaucoup de différence entre les produits vendus sur le marché ici et ceux de mon pays.

Mais peu importe la façon dont je les ai préparés, ça n’a pas marché. J’ai commencé à cuisiner davantage, à assaisonner les plats avec différentes épices, à acheter des produits bio …

Une des choses que je ne pouvais pas bien cuisiner était la viande. Le petit ne pouvait pas bien la mâcher, alors j’ai décidé de me procurer des boulettes de viande prêtes à l’emploi, qui devaient également être de bonne qualité.

Je pensais que soit la viande elle-même n’était pas bonne, soit l’une des épices ne me convenait tout simplement pas. Mais comme il est impossible que toute la viande qui existe dans les commerces soit étrange, car j’en ai acheté plusieurs fois chez lui, j’ai décidé que ce sont les épices qui donnent ce goût particulier, que je n’aimais pas.

Je progresse et atteint un goût culinaire

Il y a quelques jours, j’ai finalement réussi à acheter de la viande, qu’ils ont fait hacher sur place. J’ai décidé, si la raison n’était pas la viande, de prendre de la viande hachée pure et de l’assaisonner à ma guise. Et ce fut un succès. J’ai même senti une odeur des plats bulgares en faisant cuire les boulettes de viande 🙂 . Je ne peux pas décrire le bonheur que cela m’a apporté, car j’essaye des choses depuis des mois. Et ça n’a pas marché.

Il n’est jamais trop tard pour réussir. Si j’en ai le désir, j’aurai une chance de réaliser ce que j’ai prévu. Après tout, nous sommes tous habitants de cette Terre. Nous mangeons, rêvons, nous habillons et faisons ces choses différemment. Tout comme nous aimons différemment ce que nous mangeons, ce dont nous rêvons et comment nous nous habillons.

Une leçon apprise

Donc, je comprends que les gens ici ont des besoins gustatifs différents. C’est normal. Chaque nation a sa propre cuisine. L’important est soit de s’adapter à leur menu, soit si quelque chose ne va pas je dois l’adapter à ma cuisine traditionnelle. Ceci est une autre leçon, une autre expérience et une autre particule de bonheur atteint dans ma vie !

Si vous avez aimé l’article, je vous incite à vous abonner à mon blog pour continuer à recevoir des articles de qualités :)!

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.